Me Traoré dément Fabou Camara : « Amadou Diouldé Diallo n’a reçu aucune convocation »

Me Mohamed Traoré

Au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi, 9 mars 2021, dans les locaux du ministère de la sécurité et de la protection civile, le directeur central de la police judiciaire s’est exprimé sur l’interpellation du célèbre journaliste et historien Amadou Diouldé Diallo. Le Contrôleur général Aboubacar Fabou Camara a déclaré que ce doyen de la presse sportive de Guinée a reçu deux convocations auxquelles il a refusé de répondre avant son arrestation.

Et cette sortie n’a pas tardé à susciter des réactions. Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce mardi soir, Me Mohamed Traoré, membre du collectif des avocats d’Amadou Diouldé Diallo, a démenti catégoriquement la déclaration de l’officier de police. Il réitère que le journaliste n’a reçu aucune convocation avant son interpellation.

« En tant que membre du collectif des avocats de M. Amadou Diouldé Diallo, nous contestons formellement cette déclaration. Lorsque M. Amadou Diouldé Diallo a été arrêté, il a été conduit à la direction centrale de la police judiciaire. Son audition a eu lieu dans le bureau du chef de la division des investigations criminelles, où nous étions tous présents. C’est-à-dire M. Amadou Diouldé Diallo, nous ses avocats et trois enquêteurs, dont le chef de division.

Etonnés que nous sommes par la manière dont il a été interpellé, nous lui avons posé la question de savoir s’il avait reçu au préalable une ou des convocations, il a dit clairement et sans aucun doute devant les enquêteurs qu’il n’a reçu aucune convocation. Et aucun des enquêteurs n’a pu rapporter la preuve du contraire. Mais, nous ne nous sommes pas contentés simplement des déclarations de M. Amadou Diouldé Diallo. Lorsque nous avons été devant le procureur, quand donc M. Amadou Diouldé Diallo a été déféré, nous sommes revenus sur la même question.

Personnellement, j’ai demandé au procureur de me laisser consulter le dossier afin de voir s’il contient la preuve de la réception d’une ou des convocations par M. Amadou Diouldé Diallo. J’ai consulté le dossier devant le procureur, cette preuve-là n’a pas été établie. Et nous en avons fait la remarque à M. le procureur. Je ne vais pas révéler ce qui a été sa réaction, mais tout ce que je sais, là-bas, séance tenante, il a été démontré qu’aucune convocation ne lui avait été adressée avant son interpellation.

Et donc, nous avons au procureur de veiller désormais, à ce que les agents qui viennent lui demander une réquisition aux fins de comparution forcée lui rapportent la preuve qu’ils ont effectivement déposé la convocation au citoyen et que celui-ci n’y a pas répondu. Parce que c’est seulement dans cette hypothèse que les officiers de police judiciaire peuvent demander au procureur de leur délivrer un document qui leur permettra de faire comparaître de manière forcée l’intéressé », a réagi l’avocat.

Certain de ce qu’il dit, il met au défi le Contrôleur général Fabou Camara de rapporter la preuve du contraire. « Le collectif des avocats de M. Amadou Diouldé Diallo met au défi le directeur central de la police judiciaire de rapporter la preuve de cette déclaration. De présenter un seul document qui indique que M. Amadou Diouldé Diallo a reçu une convocation. Vous savez, il ne suffit pas dire : nous avons émis des convocations.

Les convocations, quand elles sont émises, elles sont destinées à être délivrées aux citoyens. Et pour que le service de police judiciaire concerné puisse rapporter la preuve qu’il a déposé la convocation au niveau du citoyen et que celui-ci l’a reçue, il y a récépissé que le citoyen délivre, avec son nom, la date de réception et sa signature. Malheureusement, un tel document n’existe pas. Donc cela veut dire que les agents se sont contentés de remplir une convocation et aller présenter ça devant le procureur pour dire que M. Amadou Diouldé Diallo n’a pas accepté de répondre.

Comment peut-il répondre à une convocation qu’il n’a pas reçue ? Je pense que le directeur central de la police judiciaire veut simplement disculper entre guillemets ses agents, parce que c’est une pratique qui commence à être constante au niveau de la direction centrale de la police judiciaire », a laissé entendre Me Mohamed Traoré.

A rappeler qu’au lendemain de son placement en détention provisoire à la maison centrale de Conakry, Amadou Diouldé Diallo a présenté des problèmes de santé qui ont conduit à son évacuation à l’hôpital. Cela fait une semaine aujourd’hui qu’il est hospitalisé au CHU Ignace Deen. La Cour d’appel de Conakry doit se prononcer demain sur la requête introduite par ses avocats pour demander sa remise en liberté sous contrôle judiciaire.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS