Conakry : la ministre Aïssata Daffé accueille 20 mineurs non-accompagnés en provenance du Sénégal

La ministre de l’Action Sociale et de l’Enfance, Hadja Aïssata Daffé, a accueilli hier, jeudi 18 mars 2021, 20 mineurs guinéens non-accompagnés qui vivaient dans une situation d’extrême vulnérabilité au Sénégal. Une cérémonie a été organisée à cet effet à l’aéroport international de Conakry-Gbessia. Elle a connu la présence de plusieurs acteurs qui ont contribué au retour volontaire et humanitaire de ces enfants dans leur pays, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Le retour de ces enfants est le fruit de la collaboration entre les gouvernements du Sénégal et de la Guinée, avec l’accompagnement technique de plusieurs partenaires comme l’OIM, l’UNICEF, le HCDH, Terre des Hommes, et le Réseau Afrique de l’Ouest pour la protection des enfants. Cette opération humanitaire a été possible grâce à l’appui financier de l’Union Européenne à travers le Fonds Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique, de l’Agence Italienne pour la Coopération et le Développement et du Foreign, Commonwealth & Development Office de la Grande Bretagne. Agés de 6 à 16 ans, ces enfants ont été recueillis par les autorités sénégalaises dans les rues de ce pays voisin de la Guinée, où ils vivaient dans des conditions difficiles, loin de leurs familles.

Madame Tima Abi Sané

« Il y a un programme développé au sein du ministère de la femme, du genre et de la protection des enfants, dénommé programme zéro enfant dans la rue dans le contexte du Covid-19. Donc, c’est un programme initié par le gouvernement du Sénégal et dont l’objectif était de retirer tous les enfants en situation de vulnérabilité, surtout que cette vulnérabilité est accentuée avec l’avènement de la Covid-19. C’est dans ce cadre qu’on a organisé les opérations de retrait de tous ceux qui étaient en situation de rue pour les placer dans des centres dédiés pour la prise en charge des enfants et procéder à la recherche des familles avec l’appui de nos partenaires…

Donc, on a identifié les familles, on a établi le contact, on a travaillé avec les partenaires de la Guinée, que je remercie au passage, et finalement, tous les partenaires ont accompagné le gouvernement du Sénégal et de la Guinée pour procéder au retour des enfants dans leurs familles qui est leur place. Nous n’avons fait que respecter le droit de ces enfants-là, les placer dans leurs familles et les accompagner », explique Madame Tima Abi Sané, coordinatrice du programme de réintégration socio-économique des enfants en situation de vulnérabilité au niveau de la direction de la promotion des droits et de la protection des enfants du Sénégal.

C’est l’Organisation Internationale pour les Migrations qui s’est chargée d’organiser le retour volontaire humanitaire de ces enfants, à bord d’un vol régulier. Maximilian Diaz, chargé des migrations au niveau de l’OIM, promet que ces mineurs bénéficieront de toute l’assistance nécessaire jusqu’à leur arrivée dans leurs familles respectives.

Maximilian Diaz, chargé des migrations au niveau de l’OIM

« Je voudrais tout d’abord remercier nos chers partenaires qui se sont tous réunis pour fournir l’assistance nécessaire pour assurer une arrivée en toute sécurité de ces mineurs. Un grand merci également à nos collègues de l’OIM Sénégal et du Réseau Afrique de l’Ouest pour la protection des enfants à Dakar, qui ont également joué un rôle déterminant dans cette coordination.

Grâce à l’excellent travail d’équipe entre tous les partenaires, nous ferons de notre mieux pour assurer leur sécurité et leur réintégration dans leurs communautés. Avant leur départ, ils ont tous été testés pour le COVID-19 et ont reçu un test négatif afin de pouvoir embarquer dans l’avion. Maintenant, ils vont être transférés au centre de transit géré par l’OIM à Taouyah, précisément à l’hôpital Jean Paul 2. Là, ils recevront les kits identifiés, seront profilés et conseillés par des travailleurs sociaux de la direction nationale de l’enfance, avant d’être accompagnés vers leur destination finale par une équipe mixte répartie entre les différents acteurs », a fait savoir M. Diaz.

Au nom du gouvernement guinéen, la ministre de l’Action Sociale et de l’Enfance, Hadja Aïssata Daffé, a remercié tous les acteurs qui ont contribué au retour de ces enfants dans leur pays. « J’ai été tellement émue quand j’ai vu ces petits enfants. On ne peut pas croire qu’une famille lâche un enfant à cet âge pour quoi que ce soit, même si c’est pour apprendre le coran. Moi, je crois qu’ils sont trop jeunes pour les laisser aller vivre seuls à l’extérieur du pays. Je me ferai le devoir de remercier au nom du gouvernement, tous ceux qui se sont impliqués pour que nous puissions retrouver ces enfants aujourd’hui sains et saufs.

Aller ramasser un enfant d’autrui dans la rue et essayer de le ramener dans sa famille, on ne pourra vous dire que merci. Le gouvernement à travers le ministère des Affaires étrangères, à travers le ministère de l’Action sociale et de l’enfance, vous dit merci. Et je profite de l’occasion aussi pour remercier tous les partenaires que ça soit ici, au Sénégal, qui ont eu à se mobiliser pour pouvoir ramener nos enfants. C’est vrai, on parle de libre circulation des personnes et de leurs biens, mais ce n’est pas les enfants de cet âge. Donc, nous sommes contents et je crois que le travail va continuer. La Guinée va servir d’exemple dans ce domaine-là », a promis la ministre.

Mohamed DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS