Guinée : JMJ et Yacine Diallo plaident pour la libération du journaliste Diouldé Diallo

Doyen Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Ce sont deux voix de plus qui demandent la libération du journaliste Amadou Diouldé Diallo, écroué à la maison centrale de Conakry depuis plus de deux semaines, précisément le 1er mars 2021, pour « offense au chef de l’Etat et diffamation ». Justin Morel Junior (ancien ministre de la communication) et Boubacar Yacine Diallo (actuel président de la Haute autorité de la communication) ont plaidé cette semaine dans les médias la cause de ce célèbre journaliste sportif guinéen au près des autorités.

L’un a demandé au président Alpha Condé d’avoir « le cœur large », alors que l’autre plaide pour au moins « une liberté provisoire » en faveur de ce doyen de la presse guinéenne, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ils se sont exprimés sur deux médias différents, mais tous souhaitent la même chose. Et, cette chose qu’ils appellent de tous leurs vœux est bien la libération du journaliste Amadou Diouldé Diallo (en prison depuis 17 jours maintenant). Ils, ce sont Justin Moral Junior et Boubacar Yacine Diallo, respectivement ancien ministre de la communication et président de la HAC.

Invité des ‘’Grandes Gueules’’ de la radio Espace Fm hier, mardi 16 mars 2021, l’ancien ministre Justin Morel Junior a mis cette occasion à profit pour demander au chef de l’Etat guinéen d’élargir le doyen Amadou Diouldé Diallo. Et, pour formuler sa demande de clémence, Justin Morel Junior a appelé le président Alpha Condé à avoir le « le cœur large » et d’être « accessible au pardon » dans ce pays qu’il dirige depuis 2010.

« Je souhaite qu’il (Alpha Condé) ait le cœur large, qu’il soit accessible au pardon. Au passage, j’aimerais bien que notre jeune frère Amadou Diouldé Diallo et d’autres hommes politiques connaissent bien la volonté du pardon et d’intégration de tous les fils de Guinée pour qu’ensemble, on puisse construire ce beau pays», a-t-il plaidé.

Cependant, 24 heures avant lui, Boubacar Yacine Diallo avait déjà plaidé pour la sortie de prison du journaliste Amadou Diouldé Diallo. Et, c’était sur le plateau de la télévision nationale (RTG) où il était invité pour parler des activités de la HAC en termes de régulation des médias en Guinée. Le président de la HAC a ouvert une brèche pour évoquer le cas de ce journaliste sportif qui croupit en prison depuis plus de semaines déjà.

« Quand les journalistes sont arrêtés, la loi dit que quand la justice se saisit, la HAC se dessaisit même si elle s’était autosaisie. Par contre, nous faisons des médiations et parfois nous posons des doléances. Par exemple, pour le cas Amadou Diouldé Diallo dont on parle aujourd’hui, nous avons touché des autorités pour voir dans quelle possibilité ce journaliste peut au moins obtenir une liberté provisoire », a indiqué Boubacar Yacine Diallo, pour ainsi rassurer que son institution n’est pas insensible à la galère actuelle de ce doyen de la presse guinéenne.

Ainsi, ces appels de Justin Morel Junior et Boubacar Yacine Diallo pour la libération de ce journaliste et historien guinéen viennent s’ajouter à nombreux autres appels dont ceux de l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS), de l’Union des Journalistes de la Presse Libre Africaine (UJPLA) et du COSAD (Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo) composé de journalistes indépendants.

Pour rappel, le journaliste Amadou Diouldé Diallo a été arrêté dans la matinée du samedi, 27 février 2021, à Kipé (dans la commune de Ratoma), par des policiers qui l’ont ensuite conduit à la direction centrale de la police judiciaire (DPJ) où il a été placé en garde à vue. Et, le 1er mars il a été déféré au parquet du tribunal du tribunal de première instance de Dixinn où il a été finalement placé sous mandat de dépôt et conduit en prison à la maison centrale de Conakry.

Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS