Conakry : l’OIM clôture son projet de recherche sur la migration et développement

L’Organisation internationale pour les migrations a clôturé ce mardi, 30 mars 2021, ses travaux de recherche sur la migration irrégulière et le développement socio-économique durable. La cérémonie s’est tenue dans un réceptif hôtelier de Conakry, sous la présidence du chef de mission par intérim de l’OIM en Guinée. Elle a connu la présence de l’Ambassadeur de la Grande Bretagne en Guinée et de la chef de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Des chercheurs des universités guinéennes, mais aussi de l’université de Londres, de l’université Cheick Anta Diop de Dakar, ainsi que les collaborateurs du bureau régional de l’OIM à Dakar, ont également participé par visioconférence à cette cérémonie, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est en février 2018 que l’OIM a lancé le projet de recherche sur la migration et le développement, avec le soutien technique et financier de la Grande Bretagne. Un projet qui, selon les organisateurs, visait à comprendre les mécanismes des choix et des décisions des personnes en matière de migration et le lien qui existe avec le projet de développement. Le thème choisi pour ce travail est : « Comment et dans quelles mesures les interventions destinées à réduire la pauvreté et améliorer les moyens de subsistance des populations affectent-elles les aspirations, les décisions et les mouvements migratoires des personnes ? »

Selon Maximilian Diaz, chef de mission par intérim de l’OIM en Guinée, cette activité de recherche concerne trois pays de l’Afrique de l’Ouest à savoir la Guinée, la Gambie et le Sénégal. Et, à l’issue des travaux, il conclut que la gestion des phénomènes migratoires constitue l’un des clés du développement économique et social des pays, dont certains jeunes tentent l’aventure périlleuse vers l’Europe.

« La migration et le développement sont deux concepts indissociables. La gestion des phénomènes migratoires favorise une bonne coordination des interventions en matière de développement économique, des politiques publiques dans les prises de décisions et l’orientation les interventions de développement », a déclaré M. Diaz.

La Grande Bretagne, partenaire technique et financier de l’OIM et de la Guinée dans la lutte contre la migration irrégulière, a été représentée à cette cérémonie par son Ambassadeur David Mcilrov. Dans son allocution, le diplomate britannique a exprimé sa fierté ainsi que celle de son gouvernement d’accompagner l’organisation internationale pour les migrations dans la réalisation de ce projet.

« Le gouvernement britannique et moi-même sommes fiers de soutenir ce projet qui est primordial pour connaître les raisons qui poussent les jeunes à quitter le pays. Donc il est très important pour nous d’aider le gouvernement et ses partenaires locaux et étrangers à trouver des solutions à ce phénomène migratoire à travers notamment ce projet. Le gouvernement britannique a un partenariat long avec l’OIM et le gouvernement guinéen dans le cadre de la lutte contre la migration irrégulière.

Notre programme est de soutenir notamment la formation professionnelle, l’esprit d’entreprise des jeunes qui risqueraient de migrer. Nous avons misé sur le renforcement des capacités du gouvernement guinéen et ses partenaires locaux à identifier et à protéger les migrants vulnérables. Cela comprend la formation des fonctionnaires et les acteurs de la société civile sur la procédure de protection des victimes de la traite.

Donc on soutient la création d’un système de gestion pour les migrants vulnérables afin de faciliter l’accès aux services juridiques et administratifs. Nous espérons que la jeunesse de Guinée peut trouver un nouvel espoir de réussite ici même en Guinée », a dit David Mcilrov, l’Ambassadeur de la Grande Bretagne en Guinée.

Venue représenter le gouvernement guinéen à cette cérémonie, Mme Daloba Soumah, cheffe de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la scientifique, a exprimé l’engagement de son département à œuvrer aux côtés de l’OIM pour la réinsertion des migrants de retour en République de Guinée.

« Je remercie l’OIM qui a initié ce projet. Vous savez, de nos jours, les jeunes pensent que le bonheur se trouve ailleurs. Ils pensent que l’Europe est le paradis terrestre. Mais une fois sur le terrain, ils se rendent compte qu’il y a une différence entre leur pays d’origine et l’Europe. Donc c’est dans ce contexte que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’est engagé non seulement à accompagner les jeunes migrants de retour en Guinée pour leur insertion dans la vie active, mais aussi à accompagner l’OIM dans sa dynamique de réinsertion dans la vie socioprofessionnelle », a indiqué Daloba Soumah.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : +22462291925

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS