Hausse du prix de pain : le préfet réquisitionne les services de sécurité pour « traquer les vendeurs indélicats »

Après près d’une semaine de vaines négociations avec les boulangers de sa juridiction géopolitique, le préfet de N’Zérékoré est passé à la vitesse supérieure pour faire valoir la force et l’intimidation. L’autorité préfectorale a réquisitionné les services de sécurité pour traquer et interpeller toute personne qui vendrait la niche de pain à 4000 francs guinéens dans la ville. Et, ce mercredi, 31 mars 2021, c’est à une véritable « chasse au boulangers et aux vendeurs de pain » que ce sont livrés les policiers dans la commune urbaine. Au moins une dizaine de personnes ont été arrêtées par ces agents.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est au cours d’une réunion tenue hier (mardi) à l’insu des boulangers que le préfet a donné l’ordre d’arrêter toute personne qui vendrait le pain à plus de 2500 francs guinéens. Cette décision du préfet est la réponse à l’entêtement des boulangers à augmenter le prix du pain sur le marché, sans l’avale des autorités.

« Le préfet les (les boulangers) a convoqué hier pour une réunion, ils n’ont pas répondu à l’appel. C’est là que la décision a été prise d’arrêter tous ceux qui feront le pain à 4000 », a confié Issiagha Bérété, le trésorier de la chambre préfectorale de commerce de N’zérékoré.

A noter que les boulangers menacent déjà d’aller en grève à partir de ce 1er avril.

À suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : 620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS