C’est une révélation grave et étonnante qu’a faite le Premier ministre guinéen ce mercredi, 7 avril 2021, devant l’Assemblée nationale. Interrogé par un député sur les casses de maisons effectuées récemment par les autorités à Conakry, Dubréka et Coyah, Ibrahima Kassory Fofana a laissé entendre que personne ne sait d’où est venu l’ordre de casser ces habitations.

Selon lui, l’ordre donné par le président Alpha Condé était de libérer tout simplement les emprises des routes et non de casser des maisons, a constaté Guineematin.com à travers ses journalistes présents à l’hémicycle.

« Il s’est passé autour de ces casses quelque chose révélateur des tares ou insuffisances dans le fonctionnement de notre système administratif. Le président de la République m’a interpellé parce qu’il avait appris que le préfet de Dubréka est en train de casser des maisons.

Il a dit que cela est vrai, si le préfet s’est rendu coupable de ça, il va l’enlever. J’ai convoqué le préfet avec ses services pour lui demander qu’est-ce qui se passe. Lui-même, il n’était pas au courant, il a subi. Il m’a amené des papiers venant de Conakry. Je rends compte au président de la République, il était dans tous ses états d’énervement.

Vous serez surpris de l’entendre : il (le président Alpha Condé) n’a pas donné l’ordre de détruire les maisons. Il n’était même pas au courant. C’est quand on s’est retrouvé, le président de la République et moi, avec le ministère de l’urbanisme avec ses cadres, qu’on s’est rendu compte que l’ordre qu’il a donné n’a pas été respecté (…) L’ordre de casser les maisons, personne ne sait d’où ça vient », a déclaré le Premier ministre.

Face à l’étonnement suscité par cette déclaration, le chef du gouvernement guinéen s’est empressé de rassurer les députés. Il a annoncé que tous ceux qui ont été victime de cette casse seront dédommagés.

Le président de la République a décidé que tous ceux qui ont des titres fonciers dont les maisons sont cassées, qu’ils présentent les papiers, l’Etat s’engage à les rembourser. C’est une décision ferme du président et je suis appelé à y veiller. J’ai demandé au ministre de l’urbanisme de s’organiser pour prendre note de tous ces cas, irrégulièrement cassés.

Parce que l’instruction du président c’était de libérer juste les emprises des routes. Mais que des gens aillent dans les quartiers pour casser les maisons des citoyens, nous ne savons pas d’où ça vient », a insisté Ibrahima Kassory Fofana.
Il ajoute que lumière sera faite sur cette situation et que « des sanctions seront prises contre ceux qui se sont permis de faire ça ».

Abdallah Baldé et Mohamed Doré pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com