Pluie mélangée à de la boue à Kankan : les explications d’un spécialiste

Face aux interrogations suscitées par la pluie mélangée à de la boue enregistrée dans la nuit du dimanche au lundi 3 mai 2021, à Kankan, un spécialiste de la question tente de rassurer les citoyens. Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, le directeur régional de la météorologie a expliqué que cette situation est due à un phénomène naturel.

Lundi matin, les habitants de la ville de Kankan ont été surpris de constater de la boue sur les véhicules, les arbres et d’autres objets laissés dehors. Une boue venue avec la pluie qui s’est abattue la nuit précédente sur la capitale de la Haute Guinée. Cette situation inédite dans cette ville a suscité beaucoup d’interrogations au sein de l’opinion. Et, le directeur régional de la météorologie est sorti ce mardi pour édifier les citoyens sur cette situation. Amara Camara explique que c’est une poussière en provenance de la zone sahélienne qui est à l’origine de cette boue.

« Ce dépôt de poussière sous forme de boue que vous avez constaté provient des hautes altitudes à partir de la région sahélienne, à savoir : le Niger, le Tchad et le Mali. Cette poussière en suspension se déplace si la direction du vent se dirige vers chez nous. Ça peut mettre des jours selon la force du vent. Quand cet amas de poussière en altitude arrive au-dessus de nous et que cela coïncide à la tombée de la pluie, il se transforme en gouttelettes de boue qui se déposent sur les objets. Vous voyez que tout est sale, c’est la poussière qui a été mouillée par la pluie », a-t-il expliqué.

Malheureusement, cette situation peut avoir des conséquences négatives sur les plantes et même sur la santé humaine, indique ce spécialiste. « Si cette pluie sale se dépose sur les cultures, ça anéantit l’évolution de la plante. Quand ça persiste, ça peut détruire les plantes, parce que c’est de la pluie acide. Elle contient beaucoup d’ingrédients : ça peut être des gaz issus des usines, ça peut être des poussières issues des tirs d’armes. Et, l’eau de cette pluie n’est pas consommable, parce qu’elle peut créer des maladies diarrhéiques », a fait savoir Amara Camara.

En juin 2020, une situation similaire avait été enregistrée dans la préfecture de Mandiana.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS