Elhadj Alimou Diallo, président de la chambre régionale de commerce de Boké

Comme annoncé précédemment, le maire de la commune urbaine de Boké a annoncé lundi dernier, 17 mai 2021, des « opérations de déguerpissement » des occupants du marché central de la ville en vue de sa reconstruction. Cette initiative de l’autorité communale, très décriée par les femmes vendeuses de ce marché, est largement soutenue par la chambre régionale de commerce de Boké.

Mais, dans un entretien accordé mardi à Guineematin.com, le président de ladite chambre a relevé tout de même « des inquiétudes » sur la situation du « marché 400 bâtiments », situé dans le quartier Yomboya, où les actuels occupants du marché central sont appelés à déménager. Il s’agit notamment de l’installation dans ce marché de certains conteneurs qui masquent des boutiques ou qui obstruent le passage sur les lieux.

Elhadj Alimou Diallo demande à la mairie de se pencher sur ces inquiétudes afin de faciliter la circulation des commerçants et des usagers dans ce marché. « Quand nous avons appris que le grand marché de Boké sera rénové, je ne pouvais que me réjouir. Car, c’est un pas de plus vers le développement. Et, personne ne peut s’opposer à ça, en tout cas pas moi pas, la chambre de commerce. Mais, une équipe de la chambre régionale de Commerce a fait un certain nombre constat au niveau du marché de Yomboya et nous avons relevé quelques manquements qu’on voulait que la mairie rectifie.

Parce qu’au moment de cette visite, nous avons constaté trois points essentiels : l’installation des conteneurs devant certaines boutiques et sur les artères bloquant l’accès et empêchant la libre circulation ; les dimensions très réduites des conteneurs qui pourront affecter la qualité de certains produits qui y seront vendus ; l’installation des conteneurs entre les boutiques numéro 30 et 31 qui ferme carrément l’accès aux boutiques qui font face à la gare routière…

Après ces constats, nous avons écrit au maire et on a demandé à ce qu’on descende ensemble au marché avec des techniciens pour leur montrer ce que nous avons vu, nous avons même demandé une rencontre avec les conseillers de la commune pour discuter afin de résoudre ces différents problèmes… Nous sollicitons encore que les 10 millions versés soient comme une avance de location et non une caution. Et que la location soit fixée à 150.000 francs par boutique et par mois pour ce départ », a dit le président de la chambre régionale de commerce de Boké.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com
Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com