Foniké Menguè entouré de deux avocats et de quelques partisans

Environ quatre mois après sa condamnation, Oumar Sylla, alias Foniké Mengè, se retrouve à nouveau devant la justice guinéenne. Le procès en appel du responsable de la mobilisation et des actions du FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) s’est ouvert ce jeudi, 20 mai 2021, devant la Cour d’appel de Conakry, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Boubou bleu, écharpe rouge-jaune-vert (le drapeau national) au cou, lunettes noires…, c’est ainsi que l’activiste de la société s’est présenté à la Cour d’appel de Conakry pour ce nouveau procès le concernant. A son arrivée sur les lieux, ce farouche opposant au troisième mandat du président Alpha Condé a été ovationné par un groupe de jeunes, scandant le slogan : « Camarade salut ! ».

A l’ouverture de l’audience, la parole a été donnée au procureur, Mohamed Kaba. Et sans surprise, ce dernier s’est rangé du côté de son homologue de Dixinn, qui avait relevé appel suite au premier procès de Foniké Menguè. Un procès à l’issue duquel le Tribunal de Première Instance de Dixinn avait déclaré le prévenu non coupable des faits qui lui étaient reprochés, ordonnant sa remise en liberté.

Pour M. Kaba, les mots employés par Foniké Menguè dans un post sur sa page Facebook et les propos qu’il a tenus dans l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace FM sont bel et bien des fausses informations et constituent des menaces. Après l’intervention du procureur, c’était au tour des avocats de la défense de répliquer.

Mais dès après la prise de parole de Me Mohamed Traoré, il a été interrompu par le procureur, qui est revenu pour demander une suspension de l’audience pour renforcer la sécurité de la salle d’audience. Une attitude qui a irrité les avocats de la défense, qui ont sorti leurs griffes, rappelant que le président de la Cour est le seul maître des lieux. Finalement, le président de la Cour, Seydou Keïta, a accédé à la demande du procureur.

A la reprise de l’audience, le procureur Mohamed Kaba a pris encore la parole pour solliciter cette fois un renvoi du dossier. Une demande à laquelle les avocats de la défense ont dit être prêts à accepter à une seule condition : c’est la remise en liberté provisoire de leur client. Actuellement, les débats tournent autour de cette question.

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com