Labé : l’UICN lance les actions de restauration et de conservation du site Ramsar Gambie-Oundou-Liti

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a procédé au lancement officiel de l’activité de mise en œuvre des actions de restauration et de conservation du site Ramsar Gambie-Oundou-Liti, dans le massif du Fouta Djallon. La cérémonie a eu lieu le mardi, 1er juin 2021, dans la ville de Labé, en présence des autorités régionales et des représentants des communautés concernées. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, prévue le 5 juin prochain, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

La Guinée compte actuellement 16 sites Ramsar. Des écosystèmes particuliers qui revêtent une importance capitale pour l’humanité et la conservation de la biodiversité. En effet, ils créent des produits et moyens d’existence durable pour l’humanité, épurent et filtrent les substances dangereuses dans les eaux polluées et constituent des amortisseurs de choc de la nature. Mais le constat que ces sites subissent actuellement d’énormes pressions et menaces d’origine anthropique ou naturelle qui affectent gravement les ressources naturelles qu’ils recèlent.

Parmi ces menaces, figurent les pratiques agricole et d’élevage extensives traditionnelles, qui occasionnent des dégradations et des pertes d’habitats pour les espèces et le braconnage qui contribue à la raréfaction des ressources fauniques. C’est partant de ce constat que l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), à travers le projet PREE (Partenariat Régional sur l’Eau et l’Environnement en Afrique centrale et occidentale), a décidé de mener des actions concrètes de protection et de restauration de ces écosystèmes dégradés.

Pour cette année, ce sont les sites Ramsar Gambie-Oundou-Liti (situé entre les préfectures de Koubia et de Mali, dans la région de Labé) et Ramsar Tinkisso (situé entre les préfectures de Dabola, Dinguiraye et Kouroussa) qui sont concernées par ces actions. L’étape de Labé a démarré ce mardi 1er juin 2021, à travers une cérémonie qui a mobilisé l’ensemble des acteurs concernés. Une occasion mise à profit par Richard Labilé Sagno, le représentant de l’UICN en Guinée, pour expliquer l’origine de cette initiative et annoncer les activités à réaliser sur le terrain.

Richard Labilé Sagno, représentant de l’UICN en Guinée

« L’UICN est un organisme international qui a beaucoup d’expertise en matière environnementale, qui est représenté dans 54 pays. Et cette année, la Guinée a bénéficié d’une représentation physique au sein de cette institution. Et les Nations Unies ont initié une action au niveau global pour que cette année, on puisse coordonner un peu la célébration de la journée mondiale de l’environnement. Et pour cela, nous allons mener des activités sur le terrain dans le but de restaurer les écosystèmes. Ces activités se feront sur le site Ramsar Tinkisso et le site Ramsar Gambie-Oundou-Liti », a-t-il indiqué.

Parlant de ce dernier site qui se trouve dans la région de Labé, il a annoncé que « nous allons élaborer un plan de gestion qui nous permettra de planifier ce que nous allons faire dans 5 ans, qui prend en compte les priorités de chaque couche. Mais aussi, nous allons faire des actions de reboisement. Avec la communauté, nous allons identifier des sites qui sont vulnérables pour reboiser ces zones afin de favoriser l’équilibre des écosystèmes. A Kona également, dans la préfecture de Tougué, nous avons deux grosses activités à réaliser. Il s’agit de l’aménagement d’un périmètre irrigué de 4 hectares équipé d’énergie solaire », a dit Richard Labilé Sagno.

A côté de ces activités de restauration et de protection des écosystèmes, le projet prévoit aussi un appui aux femmes qui évoluent dans l’exploitation du Néré et du Karité. « Malheureusement, les femmes qui sont dans le circuit ne connaissent pas le système du marché. Et nous, dans ce sens, nous allons accompagner ces femmes pour les former dans ce qu’on appelle la méthode ADM (Analyse et Développement des Marchés) accompagnée par des outils qu’on va mettre à leur disposition pour améliorer leurs conditions de vie et leurs revenus », a ajouté le représentant de l’UICN en Guinée.

Le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts a été représenté à cette cérémonie par le directeur général de l’Office Guinéen des Parcs et Réserves (OGUIPAR). Mamady Saiba Keïta a exprimé la satisfaction du département par rapport au lancement de ces actions qui vont durer cinq jours, et qui visent à assurer la restauration et la conservation du site Ramsar Gambie-Oundou-Liti.

« Ces cinq jours sont d’une importance capitale pour le gouvernement du Pr Alpha Condé et particulièrement le ministère de l’Environnement des Eaux et Forêts. La restauration de l’écosystème des zones humides s’inscrit parmi les priorités de la stratégie environnementale de notre pays, afin de contribuer à l’effort de la communauté internationale dans la conservation de la nature. Je remercie l’UICN pour son accompagnement au gouvernement guinéen pour lui permettre d’honorer ses engagements internationaux en matière de gouvernance de l’environnement et des ressources en eau », a dit M. Keïta.

A noter que le projet PREE (Partenariat Régional sur l’Eau et l’Environnement en Afrique centrale et occidentale) de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) est financé par l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI). Il est mis en œuvre en collaboration avec l’Office Guinéen des Parcs et Réserves (OGUIPAR).

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS