A moins de deux mois du pèlerinage aux lieux saints de l’Islam, (le 19 juillet est probablement la journée d’Arafat), la Guinée n’est pas fixée sur sa participation ou non au Grand pèlerinage de la Mecque pour l’année 2021. Malgré les sollicitations d’entretien exprimées plusieurs fois par un reporter de Guineematin.com auprès des autorités de l’Ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite en Guinée, il n’y a toujours aucune réponse.

Le mercredi dernier, 2 juin, une source non officielle de la chancellerie, a expliqué ceci à notre rédaction de la part du Chargé d’affaire du Royaume saoudien : « ils accéderont à la demande de Guineematin.com dès qu’ils auront une réaction du ministère du Hajj et de la Omra ». comme pour dire qu’ils ne peuvent rien nous dire pour le moment, ne sachant pas eux-mêmes si la Guinée sera autorisée ou pas à participer à ce pèlerinage.

Même son de cloche au Département guinéen des Affaires religieuses. Aucun responsable du Secrétariat général aux affaires religieuses n’accepte de se prêter à nos récurrentes questions sur la participation ou pas des candidats guinéens au Grand pèlerinage 2021.

Dans les couloirs de ce Département, des voix soutiennent de plus en plus l’impossibilité, en tout cas, pour la Guinée, de prendre part, comme dans le passé, à ce voyage religieux. Même si l’Arabie Saoudite a annoncé, le 6 mai dernier, la tenue du Grand pèlerinage cette année.

Ces pessimistes évoquent la présence non seulement du nouveau coronavirus qui a fait d e nombreuses victimes un peu partout dans le monde, même en Arabie Saoudite, mais également de la résurgence d’Ebola et de la présence de la fièvre Lassa en Guinée. En terme clair, même si les deux dernières maladies sont circonscrites, des inquiétudes demeurent à ce niveau pour la participation de la Guinée à ce rendez-vous mondial.

Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Un groupe de cadres qui croit encore au miracle pense qu’il est bien possible pour les fidèles musulmans de la Guinée de renouer avec le voyage religieux, après une année d’interruption, liée au confinement généralisé de mars 2020, imposé par la propagation vertigineuse du Covid-19 dans le monde.

Il est à préciser qu’à ce jour, au Secrétariat général des affaires religieuses, il n’est mentionné nulle part, sur aucune affiche, des conditions de participation au pèlerinage de cette année, encore moins des modalités à suivre pour être du lot des pèlerins. Ce qui pousse certains à conseiller aux futurs candidats de se garder pour le moment de donner leur argent à qui que ce soit, jusqu’à ce que le Royaume Saoudien informe officiellement la Guinée l’autorisation ou non de prendre part au pèlerinage de cette année.

A rappeler que l’année dernière et les deux années sévères d’Ebola, la Guinée n’avait pas été autorisée à envoyer des pèlerins à la Mecque. Habituellement, avec plus de 90% de la population musulmane, la Guinée  fait voyager plus de sept mille candidats au pèlerinage.

À suivre !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin