N’Zérékoré : plusieurs acteurs locaux outillés sur les droits économiques, sociaux et culturels

Un atelier régional d’échanges sur le droit au développement, les droits économiques, sociaux et culturels et la reconstruction en mieux post-COVID-19, s’est ouvert ce jeudi, 3 juin 2021, à N’Zérékoré. Organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH), il regroupe des cadres de l’Administration publique, des Agences des Nations Unies et des organisations de la société civile en Guinée. Ils seront outillés sur la promotion des droits économiques, sociaux et culturels et le droit au développement en République de Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

En Guinée, comme dans plusieurs autres pays du monde, la pandémie de Covid-19 a entraîné la restriction de certains droits civils et politiques (mouvements, manifestations publiques, réunions…). Et cette situation a eu des conséquences sur la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels (fermeture temporaire des écoles, difficultés d’accès aux soins médicaux et à certains besoins sociaux de base, etc.). En plus de cela, le constat révèle que dans notre pays, les droits économiques, sociaux et culturels (santé de la reproduction, accès à l’eau, à l’alimentation, à un environnement sain…) sont très peu mis en évidence.

C’est pour inverser cette tendance que le Bureau du Haut-Commissariat des Nations aux Droits de l’Homme (HCDH) en Guinée a décidé d’organiser cet atelier régional à N’Zérékoré. Cette rencontre de deux jours regroupe 35 participants, dont des cadres de l’administration, des magistrats et des auxiliaires de justice, et des acteurs de la société civile de la région administrative de N’Zérékoré. Selon Dr Patrice VAHARD, représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme en Guinée, cet atelier régional porte sur deux sujets qui sont assez importants.

Dr Patrice VAHARD, représentant du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée

« Le premier c’est sur le droit au développement et le second sur les droits économiques, sociaux et culturels. Nous avons décidé en accord avec les autorités de la République de Guinée, de mettre un accent particulier sur le droit au développement qui rassemble à la fois les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, mais aussi mettre l’accent sur la participation active des populations au processus de développement et au bénéfice des produits du développement.

Nous avons décidé de rassembler dans cette salle des juges, parce que le respect de la loi et la meilleure protection des droits de l’homme se fait d’abord au plan local. Mais souvent, dans les cours et tribunaux, c’est  important que nous outillons les magistrats et les auxiliaires de justice avec suffisamment d’éléments pour rendre justiciables les questions liées aux droits économiques et socioculturels », a-t-il expliqué.

Cette rencontre d’échanges permettra aux participants d’approfondir leurs connaissances et compréhension de la dimension « droits de l’homme » dans le mandat de leurs entités respectives, en particulier dans la mise en œuvre des DESC (droits économiques, sociaux et culturels) et du droit au développement ; des concepts et du contenu normatif du droit au développement et des droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que leurs liens avec les ODD et les actions en cours de relèvement post-COVID-19 ; du cadre d’analyse de la mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels -DESC (disponibilité, accessibilité, acceptabilité, adaptabilité) avec des exemples concrets, etc.

Jean Smith Sandy, Directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré

Une initiative bien appréciée par les autorités régionales : « le présent atelier qui vise le renforcement des capacités sur la prise en compte des droits de l’homme dans les programmes de développement à l’attention des cadres de l’État, notamment de l’administration publique, de la justice, de la sécurité et des acteurs de la société civile, va contribuer à réduire les gaps actuels et accélérer la mise en œuvre des objectifs pour le développement durable. Au nom de monsieur le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré, je demande à tous les cadres présents  à cet atelier et à tous les invités, d’accorder le maximum d’attention au contenu des sessions de cet atelier », a dit Jean Smith SANDY, directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré.

Après N’Zérékoré, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme va organiser un atelier régional sur les mêmes thèmes, les 16 et 17 juin prochain, à Conakry.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224 620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS