Inceste à Conakry : Il viole, enceinte et fait avorter la fille de son grand frère (OPROGEM)

Le suspect a été présenté à la presse ce lundi, 07 juin 2021, par l’office de protection du genre, de l’enfant et des mœurs (OPROGEM). Laye Sékou Condé, un jeune de 37 ans, a été interpellé pour avoir entretenu des relations sexuelles intenses avec la fille de son grand frère. Sa relation avec cette mineure de 15 ans a duré deux (2) ans et a occasionné une grossesse qui a finalement été interrompue. Le mis en cause a été auditionné et inculpé de « viol sur mineure et avortement », a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, Laye Condé est un chauffeur domicilié à Kipé, un quartier de la commune de Ratoma. Il profitait de l’absence de sa femme pour assouvir ses pulsions sexuelles sur cette mineure qui vit chez lui.

« La victime a subi ces agressions sexuelles pendant 2 ans. Elle est tombée enceinte, elle s’est fait avorter. Et, après avoir été fait avortée de la grossesse par celui qu’elle appelle : mon père, elle pensait que tout allait s’arrêter. Mais, que le père adoptif avait pris goût, la chose continua et s’est intensifiait au fil des jours, jusqu’à ce que la victime décida de se confier à une tierce personne du quartier. Ainsi, de bouche à oreille, l’information s’est répandue comme une pandémie… Sur l’audience de la victime, nous avons eu plus de détails sur ce cas d’inceste. Mais, au-delà de l’inceste, il y a eu cas d’avortement. De l’audition de la fille, nous avons pu interpeller le médecin qui a eu à faire l’avortement sur la fille et toutes les parties sont passées aux aveux. Pour un premier temps, le père a nié à bloc. Mais, avec l’arrivée du médecin, il (Laye Sékou Condé) était obligé de passer à l’aveu. Il reconnaît avoir eu des relations intimes avec cette fille », a déclaré le commissaire Harry Facques.

Interrogé par la cohorte de journalistes qui étaient à l’OPROGEM ce lundi, a reconnu avoir couché trois fois avec sa victime.

«Elle est la fille d’un grand frère dans la famille, mais ce n’est pas non plus mon frère de même père ni de même mère. Durant ces deux (2) dernières années, c’est moi qui assure sa garde. Elle a été enceintée par un petit du quartier. Avant ça, sa maman biologique avait demandé qu’elle parte au près d’elle au village pour ne pas qu’elle tombe dans les pièges de l’adolescence. Moi, j’ai dit que je veux qu’elle reste avec moi jusqu’à ce qu’elle ait un mari et que j’allais bien prendre soin d’elle. C’est pourquoi, quand elle est tombée enceinte, j’ai fait avorter la grossesse. Mais, je reconnais quand- même, après cet avortement, avoir couché avec elle trois fois. Et, on le faisait dans ma boutique à l’absence de ma femme », a avoué Laye Sékou Condé.

De son côté, Lansana Touré, l’infirmier qui a effectué l’avortement de la grossesse de la victime de Laye Sékou Condé, a dit avoir agit sur sollicitation de suspect et de la victime dans cette affaire.

« Monsieur Laye Sékou Condé est venu me voir avec sa fille. Il a dit : on a un problème, il m’a expliqué. J’ai dit : c’est ça que tu as fait ? Il a répondu : Oui. Premièrement, j’ai essayé de lui faire savoir que la fille est un enfant de quinze ans, elle ne pouvait pas supporter cette grossesse. De deux, qu’il est le père de la petite et que c’est honteux ; et que si on laisse cette grossesse évoluer, ça va jouer sur l’histoire de la fille. Partout où elle passera, les gens diront qu’elle a été enceintée par son père. Et, il a dit qu’ils sont venus pour interrompre la grossesse, de les aider. C’est ainsi que j’ai procédé à l’interruption de la grossesse », a confié Lansana Touré.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS