Télimélé : les fils de Kaïlondji-Dando lancent les travaux de reconstruction de leur ancienne école primaire

Elhadj Hamâté Sy et Elhadj Mamadou Oury Diallo, président du district de Kaïlodji au milieu d’un groupe d’élèves

C’est un signe de l’engagement des fils et filles de Kaïlondji-Dando (un district relevant de la sous-préfecture de Sogolon, dans la préfecture de Télimélé) à promouvoir l’éducation chez eux. Ces citoyens, résidents et ressortissants, ont décidé de construire trois nouvelles salles de classe dans leur village pour faciliter la scolarisation de tous les enfants en âge d’aller à l’école. La pose de la première de cette infrastructure scolaire a eu lieu le samedi, 12 juin 2021, en présence des autorités administratives, communales et éducatives de Sogolon, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Le district de Kaïlondji-Dando a eu sa première école primaire en 1960, deux ans après l’indépendance de la Guinée. Un bâtiment de trois classes qui a formé plusieurs générations d’élèves, avant de tomber en ruine sous le poids de l’âge et du manque d’entretien. Aujourd’hui, les 166 élèves du district dont 94 filles sont entassés dans trois salles de classe offertes par la coopération allemande, les seules qui existent dans cette localité. C’est pourquoi, les fils et filles de la de Kaïlondji-Dando ont décidé de se donner les mains pour reconstruire leur première école primaire. Une initiative qui permettra non seulement de décongestionner les trois salles de classe existantes actuellement, mais aussi d’avoir un cycle primaire complet dans le village.

Bachir Sylla, journaliste, coordonateur du projet C2P Dando

« Ce projet est initié par la communauté de Dando à travers Kumpital Dando, qui est une plateforme créée sur WhatsApp pour permettre à tous les fils et toutes les filles de Dando de se retrouver, d’échanger des idées et des stratégies pour le développement de notre localité. Le coût du projet est estimé à environ 270 millions de francs guinéens, de la pose de la première pierre jusqu’à la remise des clés, avec tous les équipements qu’il faut. Le financement sera assuré par les ressortissants, les résidents et les bonnes volontés que nous sollicitons », a indiqué le journaliste Bachir Sylla, ressortissant de Kaïlondji-Dando.

Le coordonateur du projet C2P Dando a mis l’occasion à profit pour remercier ceux qui ont déjà mis la main à la poche afin de soutenir le projet. Il a aussi tendu la main à d’autres puisque, souligne-t-il, le budget est loin d’être bouclé. Et ce n’est pas le seul projet que les fils de ce district veulent réaliser pour promouvoir l’éducation chez eux. « A l’avenir, nous envisageons la construction d’un collège puisque dans la sous-préfecture, il n’y a que 2 collèges. C’est beaucoup, mais c’est nettement insuffisant pour une sous-préfecture aussi grande. Donc nous rêvons d’avoir un collège et pourquoi pas un lycée pour notre sous-préfecture. Après ces travaux, nous souhaitons faire des réalisations dans d’autres villages relevant du district de Kaïlondji, soit des écoles, des postes de santé, des ponts, etc.», annonce Bachir Sylla.

Youssouf Bah, DSEE Sogolon

Présent à cette cérémonie, le directeur sous-préfectoral de l’enseignement élémentaire de Sogolon a salué vivement l’initiative des fils et filles de Kaïlondji-Dando. Youssouf Bah se dit réconforté de voir des citoyens venir en appui à l’Etat pour promouvoir l’éducation de leurs enfants « Nous sommes animés aujourd’hui par des sentiments de fierté et de réconfort. Cette nouvelle école qui verra le jour incessamment va décongestionner un peu les 3 autres classes disponibles. Nous souhaitons également la construction de logements pour les enseignants. Cela va également contribuer à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants de cette école », a dit le DSEE.

Minkaël Diallo, maire de la commune rurale de Sogolon

Dans son intervention, le maire de la commune rurale de Sogolon, Minkaël Diallo, a rappelé que le district de Kaïlondji n’est pas à sa première expérience dans la construction des infrastructures d’intérêt communautaire. « Ils ont construit plusieurs autres infrastructures, notamment le poste de santé, la reconstruction de la mosquée de Kaïlondji, la réhabilitation de celle de Dando, la construction de l’école primaire de Doundoun… Donc, cette reconstruction de l’ancienne école primaire de ce district est loin d’être une surprise pour nous. Et, je demande aux autres districts de leur emboîter le pas», demande le maire.

Seydouba Bangoura, sous préfet de Sogolon

De son côté, le sous-préfet de Sogolon, Seydouba Bangoura, qui a présidé la cérémonie, s’est dit impressionné par ce projet. « Ce que je viens de voir à Kaïlondji m’a impressionné. J’ai compris que c’est une localité qui opte pour le développement et j’ai compris que les sages ont bien éduqué leurs enfants en les envoyant à l’école. Ces enfants se sont pliés pour avoir des bénédictions. Voilà qu’aujourd’hui cette bénédiction a porté fruit. Ces enfants n’ont pas oublié leur localité et c’est pourquoi ils reviennent pour aider leurs parents et leurs jeunes frères à aller de l’avant. Nous, en tant que représentants de l’Etat, nous ne pouvons que remercier ces populations. Et nous allons les épauler et les encourager dans le cadre du développement de leur localité », a promis l’autorité sous-préfectorale.

De retour de Kaïlondji, Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS