Matam : « l’évolution des programmes scolaires dépasse les prévisions » (DCE)

Ibrahima 2 Barry, directeur communal de l’éducation de Matam

À moins de deux mois du début des examens nationaux 2021, prévus au mois d’août prochain, les acteurs du système éducatif s’activent à tous les niveaux pour une année scolaire réussie. A Matam, les préparatifs se passent à la satisfaction des autorités éducatives de cette commune de Conakry. C’est en tout cas le sentiment exprimé par le directeur communal de l’éducation dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce mardi, 15 juin 2021. Ibrahima 2 Barry se félicite notamment de l’évolution des programmes d’enseignement qui se situe, selon lui, à un niveau supérieur à celui qui est prévu dans la répartition scolaire.

« Concernant les préparatifs des examens, nous avons pris le devant en sensibilisant, en répartissant les cadres de la DCE, notamment les cadres de la cellule des examens, les cadres de l’inspection pédagogique au niveau des 5 DSE de Matam. Cette année, nous avons envoyé presque tous les cadres de la DCE sur le terrain. Donc à date, nous sommes rassurés que l’évolution des programmes à Matam est normale. Il y a même dans certaines écoles, dans certaines matières, un dépassement par rapport à la prévision du calendrier scolaire élaboré par l’inspection générale de l’éducation.

Si nous prenons le cas de l’élémentaire, à la date du 15 juin, dans les conditions normales, tous les maîtres du primaire doivent être à la hauteur de 75,48% de l’évolution du programme. Mais dans certaines écoles de la commune de Matam, ils sont entre 78,89% et 82% de l’évolution. Au niveau communal, ce pourcentage varie entre 76 et 77%  à l’élémentaire. Au niveau du secondaire, il y a eu également progrès. Vu qu’il n’y a pas eu de perturbation des cours cette année, dans la semaine du 7 au 12 juin, la répartition devait être à 77,52%.

Mais d’après nos services d’inspection pédagogique, aujourd’hui, dans la commune de Matam, ce taux de progression tourne autour de 80,75%. Donc, de façon générale, il y a un léger dépassement par rapport aux prévisions. Cette année, nous ne parlerons pas de retard, mais plutôt du dépassement de la répartition annuelle du calendrier scolaire. Même si on demandait d’organiser les examens demain, Matam serait prêt par rapport à l’évolution des programmes », a déclaré le responsable éducatif.

Le DCE de Matam se réjouit aussi du fait que les préparatifs des examens nationaux se passent sans difficultés majeures dans sa commune. Selon lui, les seules difficultés rencontrées se situent au niveau de l’élaboration des listes de candidatures. Une opération qui s’est passée dans la plus grande rigueur, indique M. Barry. « Les listes envoyées par les écoles sont déposées au niveau de la cellule examens de la DCE de Matam. Les cadres de cette cellule étudient les listes. Par exemple, quand ils prennent les listes du brevet, ils vérifient si tous les candidats ont eu l’examen d’entrée en 7ème année.

Il peut y avoir des anomalies au niveau du nom, de la session rapprochée, S’ils trouvent des anomalies, les listes seront retournées dans les écoles pour qu’elles soient corrigées. Nous avons aussi exigé que tout candidat rejeté par erreur présente la copie originale du diplôme de l’examen précédent. C’est là où le processus devient lent. La nouveauté cette année, c’est qu’aucun candidat des sessions rapprochées ne sera présenté à Matam. Nous avons demandé à la cellule examens que personne ne se présente qui a fait une session rapprochée encore moins qui n’a pas son diplôme précédent », a-t-il annoncé.

Pour la réussite des prochains examens nationaux, Ibrahima 2 Barry appelle tous les responsables concernés à assumer pleinement leurs responsabilités. « La préparation des examens de fin d’année ne se fait pas dans les classes d’examen, c’est tout une chaîne. C’est pourquoi nous nous sommes attelés à la formation des enseignants, faire en sorte qu’il y ait une remise à niveau. Nous demandons donc aux parents d’élèves, à nos chers enseignants, d’être à la hauteur de la confiance qui leur sera portée.

Formons des bons produits et non des fraudeurs pour éviter qu’ils ne volent lorsqu’ils seront des cadres supérieurs. Quant aux parents d’élèves, nous leur demandons de sensibiliser leurs enfants et de leur retirer tous les téléphones pendant la période des examens. Le téléphone est éliminatoire que ça soit dans la salle ou en dehors. Tout candidat ou surveillant qui sera pris avec un téléphone sera automatiquement remercié. Pour éviter que ça crie, on peut même éliminer un surveillant ou candidat sans qu’il ne soit informé », a dit le directeur communal de l’éducation de Matam.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS