Général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, président de Guinée Bissau

Le président de la Guinée Bissau n’a pas du tout apprécié la signature d’un accord de défense entre la Guinée et le Sénégal, visant la réouverture de la frontière entre les deux pays. Et il a tenu à l’exprimer haut et fort et sans langue de bois au cours de la cérémonie qui s’est tenue en marge du 59ème sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, ce samedi 19 juin 2021, à Accra (Ghana).

Dans un ton ferme, Umaro Sissoko Embalo a demandé à l’organisation sous régionale de dire la vérité à son homologue guinéen, Alpha Condé, qui a décidé en octobre 2020, de fermer les frontières de son pays avec ses voisins du Sénégal, de la Guinée Bissau et de la Sierra Léone. Il a annoncé dans le même temps que son pays n’acceptera jamais de signer un accord pour la réouverture de sa frontière commune avec la République de Guinée.

« Je suis en train d’assister ici à une cérémonie que personne ne comprend. Nous ne comprenons pas, parce qu’il n’y a pas de guerre entre le Sénégal et la Guinée. En se basant sur l’esprit de la CEDEAO, nous devons dire la vérité au président Alpha Condé. Il n’avait pas le droit de fermer les frontières avec la Guinée Bissau, le Sénégal et la Sierra Léone. Moi, je n’enverrai jamais des ministres pour signer ce type d’accord », a dit Sissoko Embalo, dont l’intervention a été interrompue par son homologue ghanéen, qui est le président en exercice de la CEDEAO.

Les relations entre les présidents guinéen et bissau-guinéen n’ont jamais été au beau fixe. Umaro Sissoko Embalo a toujours accusé Alpha Condé (médiateur dans la crise en Guinée Bissau) d’avoir effectué des manœuvres, visant à l’empêcher de gagner l’élection présidentielle qui l’a porté à la tête de son pays. Il ne cache pas aussi sa proximité avec Cellou Dalein Diallo, le principal opposant d’Alpha Condé, qu’il considère comme un frère.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin