WikiChallenge : une Afrique méconnue racontée par les enfants des Ecoles Numériques de la Fondation Orange

24 juin 2021 à 20 08 54 06546

Le jury de la Fondation Orange a désigné les 2 lauréats nationaux du WikiChallenge en Guinée , un concours ouvert aux élèves de 9 à 13 ans scolarisés dans les Ecoles Numériques de la Fondation Orange. Les écoles Primaires de Coyah et St David de Kagbelen remportent respectivement 2000€ et 1000€ de fournitures scolaires dont des cartables, cahiers et ordinateurs.

Le WikiChallenge offre la possibilité pour les écoliers de découvrir le numérique et progresser en écriture en rédigeant des histoires sur leur culture locale. Leurs récits sont publiés sur Vikidia, l’encyclopédie participative des 8-13 ans. 

Ces deux écoles sont parmi les 17 inscrites au Challenge en Guinée. Toutes sont inscrites au programme des Ecoles Numériques de la Fondation Orange Guinée. Pour les encourager et faciliter la rédaction de ces articles numériques, les élèves et enseignants ont reçu une formation du Groupe des Utilisateurs Wikipedia Guinée, mobilisé par la Fondation Orange Guinée. 

Cette troisième édition du concours d’écriture WikiChallenge organisé avec l’association Wiki In Africa a rassemblé plus de 100 établissements scolaires dans 9 pays d’Afrique . Equipés de kit numériques (tablettes, serveurs Raspberry-Pi et logiciels spécifiques), les écoliers partagent un aspect souvent méconnu de leur culture, de leur quotidien ou de leur histoire. La mise en ligne de leurs histoires révèle une Afrique souvent ignorée au travers du regard insolite et émouvant des enfants qui la racontent. 

De plus, le jury de la Fondation Orange a désigné le 4 juin dernier les 3 lauréats internationaux de ce concours. Trois écoles de Madagascar, du Sénégal et de la République Démocratique du Congo recevront chacune 5 000 euros de fournitures scolaires. Les prix nationaux et internationaux seront remis lors de cérémonies organisée à partir de la rentrée scolaire 2021 dans chacun des 9 pays participants.

Depuis 2014, la Fondation Orange a équipé 1000 Ecoles Numériques parmi lesquelles, depuis 2016, 52 écoles primaires en Guinée ont reçu un total de 72 kits pour accéder quotidiennement aux contenus pédagogiques et scolaires, découvrir le numérique ainsi que le monde qui les entoure. 

Les histoires écrites dans le cadre du WikiChallenge en Guinée sont à retrouver ici https://bit.ly/3cRyqRY

A propos de la Fondation Orange Guinée

La Fondation Orange Guinée s’engage pour un accès égal à l’éducation, la santé et la culture. Ses programmes entendent contribuer améliorer la santé maternelle et infantile, renforcer l’employabilité des jeunes, encourager l’autonomisation des femmes. 

Parce que le numérique est devenu incontournable, la Fondation Orange Guinée en fait un facteur d’égalités de chances pour offrir un sourire aux élèves des établissements inscrits dans son programme des écoles numériques ; aux apprenantes des maisons digitales, aux communautés des Villages Orange ou encore, aux artistes et écrivains. 

En savoir plus : https://www.orange-guinee.com/fr/fondation.html

A propos de la Fondation Orange 

La Fondation Orange s’engage pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et des femmes en difficulté : les jeunes sans qualification ni emploi, les femmes en situation précaire, les personnes avec autisme. Depuis 30 ans, les actions de la Fondation leur donnent accès à l’éducation, à la santé, à la culture pour leur permettre de mieux s’intégrer dans la société. Nous contribuons également à la démocratisation de la culture auprès de tous les publics en favorisant l’accès à la musique vocale, aux livres, aux musées. La Fondation intervient aujourd’hui dans tous ces domaines, pour que le numérique devenu essentiel, soit un facteur d’égalité des chances. Ainsi, avec le soutien de ses salariés engagés, la Fondation Orange permet chaque année, dans 30 pays, à près de 2 millions de personnes de prendre un nouveau départ. 

« Fondation Orange, la fondation du numérique solidaire » En savoir plus : fondationorange.com

Vikidia est une encyclopédie pour les 8 – 13 ans. Elle reprend le modèle de fonctionnement de Wikipédia avec la particularité d’inviter des enfants et adolescents à en être partie prenante avec les participants adultes. Elle compte plus de 27 000 articles en français en licence libre. Rendez-vous sur fr.vikidia.org

Lire

Tibou Kamara sur le retard de la subvention allouée à la presse : « ne vous inquiétez pas… »

24 juin 2021 à 20 08 03 06036
Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

C’est une sortie qui va sans doute apaiser les inquiétudes de plusieurs patrons de presse en Guinée. En marge du compte rendu du conseil des ministres de ce jeudi, 24 juin 2021, le ministre porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara, a abordé la question du retard du payement de la subvention de l’Etat allouée aux organes de presse en Guinée. Selon lui, ce retard n’est pas lié à un « refus » ou à une « mauvaise volonté » du gouvernement et que la subvention sera « sans doute » payée.

« En ce qui concerne la subvention qui est allouée à la presse, il n’y a pas de refus ou de mauvaise volonté de la part du gouvernement. Mais comme vous l’avez écouté également dans le compte-rendu, il y a un certain nombre de réformes qui ont été introduites dans la chaîne administrative et financière et qui font que les dossiers sont regardés avec beaucoup plus de vigilance, beaucoup plus de rigueur jusqu’à ce que la pratique soit assimilée par tous. Il peut avoir certaines lenteurs ou des retards liés à ce processus de réforme qui est en cours. Je pense qu’en ce qui concerne la subvention, vous êtes à l’ultime étape qui est celle du paiement. Certains de nos confrères m’ont approché, je leur ai donné l’information et on va s’impliquer tous pour que cette subvention soit payée. Parce que c’est une volonté politique qui l’a institué et c’est également notre engagement à soutenir toutes les libertés y compris celle de la presse. Donc, ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas perdu, il y aura sans doute. Je pense que comme d’habitude, vous allez bénéficier de la subvention instaurée par l’Etat et qui est considérée aujourd’hui comme un droit pour la presse », rassuré le ministre Tibou Kamara.

Mohamed Guéasso DORE pour Guineematin.com

Tel. : +224 622 07 93 59

Lire

Faire part : le journaliste Mamadou Laafa Sow, de nouveau père d’une fille

24 juin 2021 à 19 07 59 06596

Mamadou Laafa Sow, journaliste-reporter au site d’informations Guineematin.com, et son épouse, Mme Sow Aïssatou Baldé, sont très heureux de vous annoncer la naissance sous leur toit d’une fille, le mardi 22 juin 2021.

Par la même occasion, ils vous informent que le baptême du nouveau-né aura lieu le mardi 06 juillet 2021, à Koloma Soloprimo, tout près de la mosquée d’Elhadj N’Falla Nabé. 

Pour plus d’informations, veuillez appeler les numéros suivants : 622 91 92 25/ 666 91 92 25.

Lire

Découverte de l’or à Gaoual : voici les instructions du président Alpha Condé

24 juin 2021 à 19 07 47 06476
Alpha Condé, président de la République

La récente découverte de l’or dans la préfecture de Gaoual a été évoquée en Conseil des ministres ce jeudi, 24 juin 2021. Selon le compte-rendu de la rencontre, présenté par le porte-parole du gouvernement, le président de la République a donné les directives à suivre pour aller vers l’exploitation de ces mines d’or. Alpha Condé a demandé notamment au Premier ministre, de mettre en place une commission d’enquête « pour faire toute la lumière » sur la situation réelle qui prévaut sur le terrain.

« Monsieur le Président de la République, a instruit le Premier Ministre, Chef de Gouvernement, de mettre en place et sans délai une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur la situation réelle qui prévaut dans la préfecture de Gaoual dans la région administrative de Boké, suite à la découverte récente d’une mine d’or dans la localité de Kounsitel. Le Chef de l’Etat a exigé du Gouvernement de prendre toutes ses responsabilités pour parer à tout débordement de la situation et instruit que les populations vivant dans cette nouvelle zone aurifère bénéficient de tous leurs droits, jouissent pleinement de leur liberté et surtout vivent dans la sécurité.

Quant au Ministère des Mines, Monsieur le Président de la République, a instruit que toutes les dispositions soient prises en la matière pour faire des études dans l’immédiat qui détermineront le périmètre d’exploitation, et ainsi procéder aux autorisations nécessaires pour une exploitation par les orpailleurs agréés ou une exploitation industrielle ou les deux à la fois, selon les conclusions des experts. A ce niveau il a insisté sur le fait que les résidents de la localité doivent être mis en priorité », a annoncé le ministre de l’industrie et des PME, Tibou Kamara.

Après la découverte de trois sites miniers à Gaoual : un dans la commune urbaine et deux dans la sous-préfecture de Kounsitel, on a assisté à un déferlement humain dans la préfecture. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, venues de toutes les régions du pays, ont envahi la préfecture, devenue brusquement l’eldorado guinéen. Ce qui a amené le gouvernement à fermer d’abord les mines d’or, le temps de prendre des dispositions pour réglementer leur exploitation.

Cette semaine, des femmes et des jeunes ont manifesté dans la ville pour réclamer la réouverture de ces sites. Le mouvement de protestation, qui a secoué Gaoual pendant deux jours (lundi et mardi), s’est soldé par deux morts et un blessé. Suite à cela, les autorités ont donné un délai de 48 heures aux orpailleurs venus d’ailleurs et qui ne sont toujours pas rentrés chez eux, pour quitter la préfecture.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. : 628 12 43 62

Lire

Parlement : la ministre des Travaux publics annonce la construction de 5 ponts de plus de 700 mètres linéaires

24 juin 2021 à 19 07 39 06396
Emilie Diaby, ministres des Travaux publics

Pour sa première apparition en séance plénière, la ministre des travaux publics, Emélie Diaby a expliqué aux députés, l’importance pour son département dans la modernisation du réseau routier national et notamment celui de Conakry et environs, concerné par l’accord de prêt de de don relatifs au projet de construction de cinq ouvrages d’art et de quinze km de route d’accès, signés le 5 mai 2021, entre la Guinée, d’une part et l’Agence Néerlandaise pour l’entreprise (RVO) et la Banque de développement des entreprises (EMO), d’autre part, pour un montant de cinquante-neuf millions cent quatre-vingt-dix mille trois cent neuf euros (59 990 339 Euros).

Selon la ministre des Travaux publics, les ouvrages listés concernent Kakimbo et les quartiers de Ratoma et Kipé, Démoudoula et petit Simabaya, Kiroty et Lambanyi à Conakry et Kassoya et Sanoya dans la préfecture de Coyah. La longueur totale de ces ouvrages est de plus de  700 a réalisation de ces ponts et la construction d’une route de 15 km permettront de rendre plus fluide la circulation à Conakry et ses environs. Un accent mis sur la sécurité, le désengorgement de certains quartiers, la protection de l’environnement et le développement du transport.

Dame Emilie Diaby, confrontée sans doute aux problèmes de dégradation poussée du réseau routier national, a annoncé aux députés sa volonté d’élaborer un plan d’action de son département qu’elle présentera prochainement en Conseil des ministres.

Par rapport à la route nationale N°1 Coyah-Dabola longue de plus de 370 km, la ministre a rassuré les députés de sa détermination à veiller sur l’évolution des travaux.

« Mon Directeur national est basé à Kindia. Moi-même, je me rends régulièrement et nous suivons l’évolution des travaux de cette route », a expliqué la ministre.

Finalement, les députés ont approuvé à l’écrasante majorité des voix les deux accords de prêt et de don. Les autres textes initialement annoncés dont le Code des impôts continuent d’être étudiés dans les commissions.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Guinée : lancement d’une nouvelle coalition politique dirigée par Dr. Ousmane Kaba

24 juin 2021 à 19 07 30 06306

Une nouvelle alliance politique vient de naître en Guinée. Il s’agit de la Coalition pour le progrès et la démocratie (COPED), une organisation qui regroupe 10 partis politiques d’opposition, dirigée par Dr Ousmane Kaba. Elle a été lancée ce jeudi, 24 juin 2021, à Conakry, avec cinq objectifs principaux :

– Offrir une plateforme de réflexions, d’échanges et de débats sur les grandes questions politiques, économiques et sociales du pays. Ce faisant, elle facilite la convergence politique, économique et sociale ;

– Promouvoir la démocratie en défendant les principes démocratiques de liberté, de justice sociale et de lutte contre l’impunité ;

– Promouvoir les valeurs de paix et d’unité nationale ;

– Améliorer les structures et les mécanismes de consultations électorales pour les rendre justes et transparentes afin de prévenir les crises postélectorales ;

– Être un acteur majeur de toutes les consultations sociales, économiques et politiques dans un esprit de solidarité entre les membres de la coalition et au-delà avec l’ensemble des forces vives de la nation.

Guineematin.com vous propose ci-dessous la charte de cette nouvelle coalition politique :

Lire

Affaire du tô ayant causé la mort de 7 personnes à Baro (Kouroussa) : les précisions du maire Kaba Condé

24 juin 2021 à 19 07 21 06216
Kaba Condé, maire de la commune rurale de Baro

Comme annoncé précédemment, sept (7) personnes ont trouvé la mort entre hier et aujourd’hui, jeudi 24 juin 2021, dans la sous-préfecture de Baro, préfecture de Kouroussa. Et, les premières informations recueillies sur place font croire que ces individus sont décédés après avoir consommé collectivement un plat de tô. Mais, à en croire le maire de la commune rurale de Baro, ces cas de morts n’ont aucun lien.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com cet après-midi, le maire Kaba Condé a laissé entendre que ce sont deux familles (Condé et Sidibé) qui ont été touchées.

« Nous sommes dans les familles mortuaires présentement avec monsieur le Préfet et d’autres responsables. Les décès ne se sont pas déroulés de la même façon. Il y a une famille Condé où il y a eu trois (3) décès. Dans une autre famille Sidibé, il y a eu 4 décès.

Dans la famille Condé, il y avait une maman qui était malade, on l’a envoyée à l’hôpital. C’est là qu’elle est décédée. Le matin, on a annoncé ce décès à ses deux fils. Ceux-ci ont piqué crise et sont décédés.

Dans la deuxième famille, il y a eu 4 morts. Les gens ont mangé du tô et ont bu de l’eau dans un récipient qui était exposé souvent près d’un bâtiment pour recueillir de l’eau. Il y a eu des douleurs abdominales. Sur coup, ils n’ont pas pu se traiter », a expliqué le maire Kaba Condé, tout en précisant qu’une équipe médicale est déjà en place pour tenter de déterminer les « vraies raisons » de ces décès.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Niagara (Mamou) : un gamin de 12 ans fusillé par son ami

24 juin 2021 à 19 07 05 06056
image d’archive

Les faits se sont produits hier, mercredi 23 juin 2021, à Madina, un secteur relevant du district de Torobhé, dans la sous-préfecture de Niagara (une localité située à 85 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Mamou). Et, c’est un petit garçon de 14 ans qui, à l’aide d’un fusil de fabrication locale, a tiré par inadvertance sur son ami de 12 ans. La victime, Mamadou Kaba Diallo a rendu l’âme lors de son évacuation au poste de santé de la localité. L’auteur du tir mortel, Mamadou Pathé Diallo, a été mis aux arrêts et déféré à la gendarmerie de Mamou.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, c’est aux environs de 16 heures que ce drame s’est produit à la rivière Héricowol. Mamadou Pathé Diallo était muni du fusil de son père actuellement malade et hospitalisé à Conakry. Un fusil qu’il a d’ailleurs l’habitude de porter pour aller à la chasse en brousse.

« Il (Mamadou Pathé Diallo) est parti avec le fusil à la rivière trouver ses camarades en train de nager. Lui aussi il s’est baigné un peu. Quelques instants après, il a pris le fusil et s’est éloigné un peu de la rivière. Il a aperçu son camarade Mamadou Kaba Diallo au bord de la rivière, il a pointé le fusil en direction de ce dernier en disant que ce fusil est droit. Il avait oublié que la munition (une balle) était à l’intérieur du fusil. Directement il a appuyé sur la détente et les munitions sont parties atteindre l’enfant (Mamadou Kaba Diallo) au niveau du bas ventre. Immédiatement, l’enfant est tombé et s’est mis à crier. Mamadou Pathé Diallo qui a tiré sur lui s’est aussi mis à crier et à appeler au secours. Les enfants qui étaient en train de se baigner sont sortis de l’eau et se sont enfuit. Mais, un agent de santé et quelques parents étaient à côté de la rivière et qui ont entendu les appels au secours se sont précipités sur les lieux. Ils ont trouvé Mamadou Kaba Diallo en train de se tordre de douleur. Ils ont essayé de l’envoyer au poste de santé de Torobhé, mais il (Mamadou Kaba Diallo) a rendu l’âme en route », a expliqué Thierno Amadou Banga Diallo, 2ème vice maire de la commune rurale de Niagara.

Informés de cette triste nouvelle, la gendarmerie de Niagara a dépêché des agents à Madina pour faire le constat. Et, une fois sur les lieux, les gendarmes ont interrogé Mamadou Pathé Diallo sur ce qui venait de se passé. Le jeune garçon a reconnu avoir tiré par inadvertance sur son ami. Ils l’ont arrêté et conduit à leur base, puis ils l’ont transféré ce jeudi à la gendarmerie de Mamou. Et, le corps de Mamadou Kaba Diallo a été rendu à sa famille pour enterrement.

A noter que Mamadou Pathé Diallo est un élève de la 5ème année. Et, sa victime (Mamadou Kaba Diallo) était un élève de la 6èmeannée.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Conflit domanial à Kobaya : Lamine Camara poursuit Mamadou Kaba devant le tribunal de Dixinn

24 juin 2021 à 18 06 41 06416

Opposés au civil autour d’un terrain qui se trouve à Kobaya (en banlieue de Conakry), Mohamed Lamine Camara et Mamadou Kaba s’affrontent aussi au correctionnel devant le tribunal de première de Dixinn. Le premier poursuit le second pour des faits « stellionat, occupation illégale de terrain, faux et usage de faux ». Le procès s’est ouvert ce jeudi, 24 juin 2021, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Pour cette première audience, seul le prévenu a été entendu par le tribunal. Et Mamadou Kaba a plaidé non coupable des faits mis à sa charge. Il se dit d’ailleurs surpris de cette procédure engagée par son adversaire, qui a déjà perdu contre lui dans cette même affaire. 

« En 2016, j’ai acheté six parcelles dans les mains d’Aboubacar Sylla, un habitant de Kobaya. Et c’est l’une de ces parcelles que Mohamed Lamine Camara réclame lui aussi.  Mais je suis surpris d’être à la barre parce que celui qui m’a envoyé ici, j’avais porté plainte contre lui à la brigade de recherche de Kipé. Ça a été prouvé là-bas que les parcelles m’appartiennent légalement. A ma grande surprise, c’est un huissier qui m’appelle pour me dire que je suis convoqué à la justice pour les mêmes parcelles », explique le prévenu.

Il ajoute que ce conflit domanial est pendant actuellement devant la justice, au civil, parce qu’il y a un autre citoyen qui revendique la paternité du domaine en question. « Le chef de quartier m’a appelé pour me dire qu’un gendarme est venu chez lui avec tous des documents légaux, disant que tout le domaine lui appartient, qu’il l’a acheté en 2008, puis il est allé en mission à Kidal (dans le nord du Mali). Un jour, ce gendarme est venu me trouver sur les lieux avec un pick-up rempli d’agents. Il m’a dit qu’il va m’envoyer loin », a dit Mamadou Kaba.

De son côté, le conseil du prévenu a fait remarquer que toutes les parties qui se disputent le domaine en question ont saisi le tribunal civil de Dixinn pour trancher cette affaire. D’où la nécessité, selon lui, de surseoir d’abord à cette procédure correctionnelle. « Comme cette procédure est pendante au civil, je demande au tribunal correctionnel de surseoir à ce procès jusqu’à ce que la juridiction civile se prononce », a sollicité l’avocat de la défense.

Finalement, le tribunal a décidé de renvoyer cette affaire à trois mois, le temps pour la juridiction civile de rendre sa décision dans ce conflit.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Parlement : plusieurs textes au programme dont un accord de prêt de 60 millions d’Euros destiné aux travaux publics

24 juin 2021 à 18 06 32 06326

La représentation nationale tient une séance plénière ce jeudi, 24 juin 2021 en vue de voter cinq textes dont des accords de prêt destinés à construire des ouvrages de franchissement dans certains quartiers de la capitale et de Coyah, situés dans les quartiers de Kakimbo, de Kiroti, de Lambanyi à Ratoma, Kissosso à Matoto et Kassonya à Coyah.

Un autre montant de 65 millions de dollars servira à appuyer le département de l’Environnement dans ses efforts de lutte pour la protection des écosystèmes.

Selon le programme consulté par Guineematin.com, ces textes sont :

Honorable Amadou Damaro Camara, président de l’Assemblée nationale

Ø Le Projet de loi portant protection des consommateurs, contrôle de denrées, marchandises et services et répression des fraudes commerciales

Ø Le Projet de loi portant Code général des impôts de la République de Guinée

Ø L’Accord de prêt et de don relatifs au financement du projet de gestion des ressources naturelles, minières et de l’environnement, signés le 9 juin 2021 entre la Guinée et l’Association internationale de Développement 5AID), pour un montant de soixante-cinq millions de dollars (65 000 000 USD)

Ø L’Accord de prêt et de don relatifs au projet de construction de cinq ouvrages d’art et de quinze km de route d’accès, signés le 5 mai 2021, entre la Guinée, d’une part et l’Agence Néerlandaise pour l’entreprise (RVO) et la Banque de développement des entreprises (EMO), d’autre part, pour un montant de cinquante-neuf millions cent quatre-vingt-dix mille trois cent neuf euros ( 59 990 339 Euros)

Les débats, présidés par l’Honorable Amadou Damaro Camara, ont enregistré la présence de 61 des 114 députés et se déroulent en présence des ministres Abdoulaye Magassouba des mines, de Mme Emilie Diaby des travaux publics, de Mamady Camara de l’économie et des finances et d’Oyé Guilavogui de l’Environnement.

Depuis l’Assemblée nationale, Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

INTEGRA réalise une nouvelle infrastructure en chantier école à Labé

24 juin 2021 à 18 06 24 06246

Le programme d’appui à l’intégration socio-économique des jeunes (INTEGRA), initié conjointement par l’Union européenne et le Gouvernement guinéen, a inauguré, ce jeudi 24 juin 2021, un ‘’parking multiservice’’ dans la commune urbaine de Labé. Située dans le quartier de Kouroula en face de l’hôpital régional, cette nouvelle infrastructure de 2700 m2, réalisée en chantier école, a permis de former 490 jeunes dont 310 femmes.

Mis en œuvre par l’agence Enabel, les parcours d’intégration sont des dispositifs de renforcement de l’employabilité des jeunes. Ils s’articulent autour de chantiers écoles et de formations pratiques des jeunes adultes aux compétences clés en milieu de travail pour leur apprendre un métier technique et faciliter leur insertion professionnelle à la sortie du parcours.

A travers les chantiers école, INTEGRA propose à la fois la construction d’infrastructures adaptées aux besoins de la localité et permet la formation des jeunes pour qu’ils puissent trouver un emploi valorisant leur nouveau savoir-faire. Ainsi, la réalisation de cette infrastructure a permis aux jeunes bénéficiaires du programme d’être formés pendant 9 mois tout en participant aux différents travaux de construction à savoir :

  • Une station de lavage de 221 m² avec une capacité d’accueil de 8 véhicules ;
  • Une cafeteria de 78 m² ;
  • Un bloc de latrines de 60 m² ;
  • Une aire de parking de 2000 m² ;
  • Une réalisation d’une mini-adduction d’eau potable avec château de 5000 litres ;
  • La construction d’un local du groupe électrogène de 9 m² ;
  • Et un réseau de drainage.

Cette cérémonie d’inauguration de l’infrastructure ‘’Parking multiservice’’ a été présidée par Madame la ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune, Mme Aissatou Baldé, et rehaussée par la présence des autorités communales, préfectorales et du gouvernorat de Labé, et du représentant de Enabel, M. Fabien LOCHT.

Madame la ministre Aissatou BALDE, qui a tenu à faire le déplacement pour marquer son engagement au programme INTEGRA, explique : « Je veux signifier à la mairie de Labé que la présente infrastructure a été réalisée afin de créer de l’emploi pour les jeunes et contribuer à la lutte contre la migration irrégulière. Elle permettra aux jeunes de développer de façon durable des initiatives et des activités entrepreneuriales. Dans cette dynamique, j’invite les autorités que vous êtes à veiller attentivement à son exploitation.»

Le programme INTEGRA se veut une contribution pour amorcer de nouvelles dynamiques dans le développement socio-économique en Guinée. Initié conjointement par le Gouvernement guinéen et l’Union européenne au titre du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, INTEGRA crée des opportunités pour la jeunesse guinéenne à travers la préparation à la vie professionnelle dans les établissements scolaires, la réalisation d’infrastructures économiques, la formation professionnelle, la création d’emplois durables et le développement de l’entrepreneuriat.

En définitive, à travers ce programme, ce sont plus de 15 000 jeunes qui seront directement accompagnés pour mettre en œuvre cette nouvelle dynamique socio-économique par la création d’emplois et l’appui au développement de l’entrepreneuriat en Guinée.

Suivez INTEGRA Guinée sur Twitter | Facebook |

Suivez la Délégation de l’Union européenne en Guinée sur Twitter | Facebook |

#INTEGRA_GUINEE | #AFRICATRUSTFUND | #PNUD | #ITC | #ENABEL | #GIZ | #TEAMEUROPE | #EUSOLIDARITY | #AUEU | #UE

Lire

Kankan : des interrogations sur la disparition d’un garçon de 3 ans à Dalako

24 juin 2021 à 18 06 20 06206

Cela fait exactement neuf jours qu’un garçon de trois ans est porté disparu au quartier Dalako, un quartier périphérique de la commune urbaine de Kankan. Dans sa famille, on soutient que le petit est allé jouer chez les voisins où sa paire de chaussure a été retrouvée et depuis, il n’est plus revenu à la maison. Une femme âgée de plus de 70 ans est soupçonnée dans cette affaire, elle nie toute implication dans la disparition soudaine du garçon, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan

Dans la famille Maïga au quartier Dalako, l’inquiétude est grandissante. Leur petit garçon, Moussa Maïga, âgé de 3 ans, est porté disparu depuis plus d’une semaine. Les recherches pour le retrouver n’ont jusque-là rien donné. Ce bambin n’a donné aucune nouvelle depuis le 16 juin dernier.

Issa Maïga, père du petit

« Le mercredi matin mon fils est parti joué avec le fils d’une voisine, mais avant de partir sa maman lui a dit que son ami là a voyagé avec sa mère. Seulement, il s’est entêté, il est parti. Quelques temps après, sa maman est allé le chercher, mais il n’a pas voulu venir à la maison. Elle a voulu forcer la situation, mais il y a une vielle femme âgée de plus de 70 ans chez nos voisins qui a dit à ma femme de laisser le petit jouer avec ses amis, qu’il a l’habitude d’aller là-bas. Ma femme est revenue donc à la maison. A 10 heures, moi je suis venu manger, j’ai demandé à ma femme où se trouvait le petit, elle a dit qu’il est parti chez nos voisins, je lui ai demandé d’aller le chercher ; et, entre-temps, moi je me suis retourné à mon travail. 30 minutes après, elle m’a appelé pour me dire que le petit est introuvable. Et, depuis lors jusqu’ici, on n’a pas de ses nouvelles », a indiqué Issa Maïga, le père de Moussa.

Selon Kadiatou Traoré, la mère de l’enfant disparu, au cours des recherches la paire de chaussure de Moussa a été retrouvée chez les voisins. Mais, dans cette famille, on soutient que le petit s’est retourné chez lui.

Kadiatou Traoré, mère de l’enfant

« C’est mon mari qui m’a demandé d’aller chercher le petit chez nos voisins. Lorsque je suis parti, j’ai trouvé que le petit n’était pas sur les lieux. Les gens qui étaient sur place m’ont dit que mon fils était là tout à l’heure, on lui a cherché partout on ne l’a pas trouvé. Je suis même parti chez d’autres voisins pour voir s’il n’est pas là-bas, mais rien. C’est étant là-bas maintenant que quelqu’un m’a dit d’aller voir dans la maison de mes voisins. Lorsque je suis allé, je me suis limité au salon, c’est là où j’ai trouvé la paire de chaussure de mon fils. Et, entre-temps la vielle femme s’est réveillé et elle m’a fait savoir que le petit était à ses côtés, mais qu’elle ne sait pas où il est parti », a expliqué Kadiatou Traoré.

Cependant, la vieille femme soupçonnée par la famille Maïga d’être impliquée dans la disparition du petit Moussa clame son innocence. Elle assure ne rien savoir dans la disparition de ce petit garçon.

« Lorsque le petit est venu ici, je lui ai donné de quoi manger. Lorsqu’il a fini de manger, il a grimpé sur une table après que sa maman est venue le chercher. Il ne voulait pas partir. J’ai demandé à sa mère de le laisser jouer avec ses amis et qu’il allait partir après. D’habitude le petit vient ici et retourne chez lui sans problème et seul. C’est tout ce que je sais », a confié la vieille femme tout en souhaitant rester sous anonymat.

Dans le quartier, les gens sont mobilisés pour retrouver le petit Moussa Maïga. Et, sa mère est inconsolable. La famille n’a pas encore saisi les autorités compétentes, elle se contente de déposer les communiqués radio dans les différents médias de la place.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Cessation de concession à GUINEE GAMES : la LONAGUI « assurera la continuité de l’exploitation de tous les segments de jeux »

24 juin 2021 à 17 05 32 06326

Depuis la diffusion manifestement malencontreuse dans l’après-midi de ce mercredi 23 juin, dans les médias et les réseaux sociaux, d’une lettre de la Direction générale de la LONAGUI relative à la cessation de la concession accordée à la société Guinée Games, les commentaires vont bon train.

En particulier, du côté des employés de ladite société et des parieurs, on est à la fois inquiet et angoissé. Les uns se demandant s’ils ne risquent pas de se retrouver au chômage, et les autres, s’il ne sera pas fin au pari duquel ils récoltaient des gains de temps en temps. Eh bien, la LONAGUI invite à ne point s’inquiéter. Comme on peut le voir en effet dans le communiqué ci-dessous, la tutelle des paris et des jeux assure d’une part aux salariés et à l’ensemble du réseau commercial de son « engagement à leur transfert au compte de la LONAGUI avec le maintien de leurs avantages acquis ». D’autre part, la Direction générale de la LONAGUI promet aux parieurs et à l’opinion nationale qu’elle « assurera sans aucune interruption, en accord avec les autorités de tutelle, la continuité de l’exploitation de tous les segments de jeux exploités auparavant par la société Guinée Games »

Lire

Conseil des ministres : voici le compte rendu de ce 24 juin

24 juin 2021 à 17 05 17 06176
Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

Conakry, le 24 juin 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres, s’est tenu, ce jeudi 24 juin, de 10h30 à 12h, par vidéoconférence, sous la Présidence, de son Excellence, Professeur Alpha Condé, Président de la République.

Les points inscrits à l’ordre du jour, étaient les suivants :

1 – Messages de son Excellence Monsieur le Président de la République

2- compte rendu de la session du conseil interministériel du Mardi 22 juin 2021

a) examen de texte  

b) communication  

Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a insisté encore sur l’exigence pour tous de traduire dans les faits, les actes et le comportement de son programme de ‘’ Gouverner autrement’’. Il s’agit de comprendre et accepter que plus rien ne sera comme avant, c’est-à-dire une discipline budgétaire, sans faille, une meilleure qualité et efficacité de la dépense publique, une mobilisation plus accrue des ressources internes et leur sécurisation absolue, une transparence totale dans la gestion des affaires du pays, une moralisation tous azimuts de la vie publique. Il a indiqué être attentif à tout cela et prévenu encore qu’aucun manquement ne sera toléré, ni pardonné.

Monsieur le Président de la République, a instruit le Premier Ministre, Chef de Gouvernement, de mettre en place et sans délai une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur la situation réelle qui prévaut dans la préfecture de Gaoual dans la région administrative de Boké, suite à la découverte récente d’une mine d’or dans la localité de kounsitel. Le Chef de l’Etat a exigé du Gouvernement de prendre toutes ses responsabilités pour parer à tout débordement de la situation et instruit que les populations vivant dans cette nouvelle zone aurifère bénéficient de tous leurs droits, jouissent pleinement de leur liberté et surtout vivent dans la sécurité.

Quant au Ministère des Mines, Monsieur le Président de la République, a instruit que toutes les dispositions soient prises en la matière pour faire des études dans l’immédiat qui détermineront le périmètre d’exploitation, et ainsi procéder aux autorisations nécessaires pour une exploitation par les orpailleurs agréés ou une exploitation industrielle ou les deux à la fois, selon les conclusions des experts. A ce niveau il a insisté sur le fait que les résidents de la localité doivent être mis en priorité.

Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a instruit le Premier Ministre, en concertation avec tous les acteurs concernés et impliqués dans le processus d’organisation des examens nationaux (au mois de juillet), de prendre toutes les mesures et initiatives nécessaires en vue de proposer un calendrier pour la tenue rapide des examens, en tenant compte du caractère exceptionnel lié à la pandémie de la covid-19 de l’année scolaire et académique en cours.

Le Chef de l’Etat a instruit le ministre de la santé de mobiliser tous   les moyens et ses équipes avec l’aide des partenaires techniques et financiers, pour accélérer la campagne de vaccination engagée contre la Covid-19, car c’est le moyen le plus sûr de combattre la pandémie et de mieux protéger les populations.

Dans le même ordre d’idées, Monsieur le Président de la République, a exigé le respect par le personnel médical du serment d’Hippocrate pour le bon fonctionnement de nos établissements hospitaliers, une meilleure qualité de soins.  Il a ordonné un traitement digne pour les patients.

Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé a instruit le Ministre de la communication et de l’information, dans la dynamique de l’érection de la RTG, en office, de procéder à la certification des personnels à cause de certaines insuffisances notables, relevées à propos de leur traitement et de leur statut.

Le Chef de l’Etat a donné comme directive, l’implication des Ministères du plan et des finances dans le processus d’appropriation du nouvel instrument de coopération de l’union européenne avec les pays de l ; OEACP envisagé par le Ministère de la coopération et de l’intégration africaine.

Sur la même question, Monsieur le Président de la République s’est réjoui qu’avec l’appui et le soutien de l’union européenne, des Guinéens puissent bénéficier, prochainement d’une formation relative à la maîtrise du processus des passations de marché de l’institution européenne, afin d’améliorer la capacité d’absorption du pays des ressources mises à sa disposition. 

Monsieur le Président de la République est revenu avec force et autorité sur les procédures de passation des contrats et marchés publics. Il a instruit au Gouvernement la transparence, l’équité, le respect scrupuleux des procédures, règles et Lois, en la matière.  Il a surtout insisté sur la responsabilité des contrôleurs financiers, chargés des contrôles, à priori, pour s’assurer que les ressources sont disponibles et la dépense est conforme, chargés aussi, du contrôle à posteriori, afin de vérifier le service rendu ou les livraisons faites.

Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a instruit le Premier Ministre de faire le point de la situation de tous les Bureaux de stratégie et de développement , BSD de tous les Ministères, afin d’apporter les changements nécessaires dans le choix et la qualité des hommes et femmes qui les animes afin que ces organes majeurs puissent s’acquitter mieux de leurs missions , parfois, dévoyées, et  surtout conseillent utilement les ministres dans la planification et la mise en œuvre des politiques et stratégies de leurs différents Ministères.

A la suite des messages du Chef de l’Etat, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a été invité à faire sa communication. 

Avant son compte rendu, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a informé le conseil de la reprise de la parution régulière du journal officiel, conformément aux instructions très fermes de Monsieur le Président de la République à ce sujet.

Ensuite, Dr Ibrahima Kassory Fofana s’est félicité de la fin des arbitrages pour les attributions des Ministères, de même qu’il s’est réjoui que le Chef de l’Etat, par la suite, ait signé le décret finalisant ce processus.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a demandé aux Ministres du Budget et celui des Finances de faire le point du calendrier des échéances budgétaires. Il en ressort que les délais et les objectifs seront respectés.

Par ailleurs, Dr Ibrahima Kassory Fofana, a invité les ministres du domaine économique à tout mettre en œuvre afin que les ministres sectoriels disposent effectivement des moyens en rapport avec les objectifs et les missions qui leur sont assignés.

A la suite des informations données et des recommandations faites, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a fait le compte rendu de la dernière session du conseil interministériel.

I. AU TITRES DES EXAMENS DE TEXTES

Le Ministre de l’Information et de la Communication, a soumis, pour examen, en seconde lecture, le projet de Décret portant statuts et organisation de l’Office de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (ORTG).

L’Office de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (ORTG), va regrouper les différentes radios et télévisions du service public (RTG Koloma, RTG Boulbinet, Radio nationale, RKS) dans le but de coordonner les activités des chaines nationales. 

Pour se faire, les instruments financiers prévus pour le financement de l’Office de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (ORTG) sont les recettes propres de l’Office, les subventions de l’État, les redevances perçues sur des sociétés et un fonds spécial destiné à la modernisation des infrastructures et équipements techniques de l’ORTG.   

La bonne mise en œuvre de la stratégie nécessite la mise en place des organes ci-après : le Comité de pilotage, le Conseil d’administration et la Direction Générale de l’ORTG.

Au cours des débats, les observations ont porté sur :

– La nécessité d’éclairer sur les chances de succès d’une telle structure si les employés de l’Office continuent à garder leur statut d’agents de la fonction publique.

– La nécessité de fixer le cadre d’interventions de l’Office en terme de publicité au regard de ses relations avec l’OGP.

Au terme des débats, le conseil a adopté le texte du projet de Décret, et a demandé au Ministre de soumettre les dépenses d’investissement du budget à la Ministre en charge du Plan pour leur prise en compte dans le cadre du programmes d’investissements pluriannuels .

II. AU TITRE DES COMMUNICATIONS

 Le Ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine a fait deux

       Communications relatives :

Ø      À la création de la Fondation sur le Panafricanisme ;

Ø      au nouvel instrument financier de coopération entre l’Union Européenne

et les pays de l’OEACP, dénommé «Instrument de Voisinage, de Développement et de Coopération Internationale».

Ø  Au terme de l’exposé du Ministre sur la création en Guinée d’une « Fondation du Panafricanisme » , ayant statut d’ONG à but non lucratif au service de l’Union Africaine, plusieurs interrogations ont été faites dont entre autres :

– La nature juridique d’un tel organe (Centre International du Panafricanisme   supporté par l’UA, ou un rayon au sein du Musée National traitant de la participation de la Guinée au Panafricanisme ou encore une Fondation représentée par une Entité distincte du Gouvernement.) ;

– La garantie de l’autonomie financière de la fondation ;

– La nécessité d’associer le Ministère des Affaires Etrangères à cette démarche ;

– L’importance de réconcilier avec l’histoire de notre pays et par rapport au devoir de mémoire.

Au regard de la pertinence des questions soulevées, le conseil a donné son soutien au ministre pour l’initiative et mis en place une Commission présidée par le Ministre d’Etat Secrétaire Général à la Présidence et composée du Ministre d’Etat à l’Industrie et au PME, du Ministre de la Coopération, du Ministre des Affaires Etrangères et de la Ministre de l’Unité Nationale pour approfondir l’idée et la démarche à mener.

Ø En ce qui concerne le nouvel instrument financier de coopération de l’Union Européenne et les pays de l’OEACP, dénommé « Instrument de Voisinage, de Développement et de Coopération Internationale.

Le Ministre a informé que l’Accord de Cotonou conclu pour 20 ans entre l’Union Européenne et l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) arrive à expiration en novembre 2021, et que le nouvel Accord devra être signé au plus tard le 31 Décembre 2021, pour une durée de 20 ans.

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, le nouvel instrument financier de coopération entre l’Union Européenne et l’OEACP est dénommé « Instrument de Voisinage, de Coopération au Développement et de Coopération Internationale » – IVCDCI.

Le Ministère en charge de la Coopération est en train de prendre les dispositions nécessaires pour permettre à notre pays de s’approprier les nouvelles règles de coopération avec l’UE.

A cet effet, le Ministre envisage d’organiser prochainement, en collaboration avec la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, un séminaire d’appropriation de l’Instrument de Voisinage, de Coopération au Développement et de Coopération Internationale- IVCDCI, regroupant l’ensemble des parties prenantes (Ministères, Collectivités locales, ONG et entreprises privées).

Au terme de l’exposé, le conseil a pris acte de la création du nouvel instrument de coopération UE – OEACP (IVCDCI) et recommandé que le séminaire envisagé soit organisé dès que possible, pour informer les acteurs nationaux concernés sur le nouvel Accord avec l’UE. 

3.2. La Ministre des Droits et de l’Autonomisation des Femmes

A fait une communication relative à l’ouverture d’une représentation du Bureau de ONU-FEMMES en République de Guinée.

La Ministre a tout d’abord rappelé que l’ONU Femmes est une entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

La Ministre a rappelé que la Directrice Régionale de l’ONU Femmes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, sous l’initiative de la Coordination du Système des Nations Unies en Guinée, a effectué une visite de prise de contact et de travail en Mai 2021.

A l’occasion de cette visite de travail, le Gouvernement a été sollicité pour l’ouverture d’une Représentation de l’ONU-FEMMES en Guinée.

Au terme de l’exposé, le Conseil a donné son soutien à la ministre et a   demandé au Ministre des Affaires Etrangères d’adresser au Bureau Régionale de l’ONU-FEMMES la requête officielle pour l’ouverture d’une représentation du Bureau de ONU-FEMMES en Guinée.

3.3. La Ministre en charge du Suivi des Passations de Marchés Publics

A fait une communication relative à son rôle dans le processus de Suivi de Passation des Marchés Publics.

La Ministre a informé qu’il est désormais mis en place un Bureau Technique de suivi des marchés publics à la Présidence de la République, chargé d’assurer l’application des textes et la responsabilisation des entités impliquées, à travers le mode opératoire suivant :

a)  Pour les contrats de travaux, biens et services intellectuels supérieurs à 500 millions GNF, la Direction du Contrôle des Marchés Publics (DCMP) exerce sa revue et donne son avis de non-objection. Les projets de contrats sont alors transmis au Bureau Technique de suivi des Marchés Publics avant leur attribution provisoire et signature, pour vérification.

b)  Pour les contrats de travaux, biens et services intellectuels inférieurs au seuil de 500 millions GNF, les procédures sont effectuées conformément au Code des marchés publics par les autorités contractantes mais il revient à la DCMP de procéder à des revues à postériori. Le Bureau Technique de suivi des Marchés Publics de la Présidence procèdera à des vérifications périodiques sur la base d’échantillonnage.

c)  Au-delà du processus de passation des marchés en tant que tel, le Bureau Technique de suivi des Marchés Publics devra également s’assurer de la bonne exécution des marchés en coordination avec la DCMP dont c’est le mandat conformément au Code des marchés publics.

                                          Au cours des débats 

 Les observations ont porté sur :

– L’allongement éventuel de la procédure de passation des marchés publics

– La crainte que le rôle de la Ministre aille au- delà du suivi de la passation des marchés publics.     

                            Au terme des débats

Le conseil a donné son soutien à la Ministre et lui a recommandé de travailler avec les trois Ministres économiques sous la présidence du Ministre des Finances pour s’accorder, dans un esprit constructif sur l’objectif unique recherché de qualification de nos pratiques, sur les contours du rôle de suivi de la Ministre et les contours d’un manuel de procédures assorti de délais.

Avant de lever la séance, Monsieur le Président de la République, a donné de larges informations sur la situation nationale et internationale.

Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

Lire

Gaoual : les orpailleurs demandent la levée des barrages pour pouvoir rentrer chez eux

24 juin 2021 à 15 03 31 06316

Alors qu’ils se voient désormais contraints de quitter Gaoual, les orpailleurs qui sont toujours dans cette préfecture adressent une doléance aux autorités. Ils demandent la levée des barrages installés sur la route pour leur permettre de rentrer tranquillement chez eux, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com dans la préfecture.

Après deux jours très mouvementés, le calme est revenu ce jeudi 24 juin 2021, à Gaoual. Les femmes et les orpailleurs qui réclamaient la réouverture des mines d’or découvertes récemment dans cette préfecture, ont quitté la rue sous la pression des militaires, réquisitionnés pour prêter main-forte à la police et la gendarmerie. Les coups de feu qui retentissaient dans la ville ont aussi cessé, mais la peur et la méfiance restent perceptibles dans la ville. Les forces de défense et de sécurité occupent toujours les principales artères de la ville, où toutes les activités sont toujours à l’arrêt.

Hier soir, les autorités ont publié un communiqué dans lequel elles donnent 48 heures aux orpailleurs venus d’autres villes qui sont toujours sur place pour quitter la préfecture. Et les concernés disent ne pas être contre cette décision, mais ils sollicitent d’abord la levée des barrages sur la route pour leur permettre de rentrer chez eux en toute sécurité. Ils craignent en effet que les agents qui sont au niveau de ces barrages ne leur retirent tout ce qu’ils possèdent, notamment leurs machines détectrices d’or. Car, disent-ils, plusieurs orpailleurs en ont déjà été victimes.

Souleymane Dramé, orpailleur venu de Faranah

« Nous demandons au préfet, au maire, au doyen des sages, au commandant, de dire aux agents de libérer la route pour nous. Ils n’ont qu’à enlever les barrages pour nous, on va rentrer chez nous. S’ils nous disent de quitter la ville d’ici 48 heures, alors nous demandons aussi aux autorités et aux sages de dire aux agents d’enlever les barrages pour nous permettre de passer », lance Souleymane Dramé, un orpailleur venu de Faranah.

Mamady Sacko, venu de Mandiana pour chercher de l’or à Gaoual

Même son de cloche chez Mamady Sacko, venu de Mandiana pour chercher de l’or à Gaoual. « Depuis deux semaines, nous sommes là, on ne travaille pas. C’est grâce aux habitants de Gaoual qui ont pitié de nous que nous gagnons même à gagner. Hier, ils ont dit à la radio qu’ils donnent 48 heures à tous les orpailleurs pour quitter la ville, donc on veut qu’ils lèvent les barrages pour nous permettre de rentrer chez nous. Depuis hier, on ne gagne même plus à manger, parce que tout est fermé ici », déplore cet orpailleur.

A rappeler que les manifestations enregistrées mardi et mercredi à Gaoual ont fait deux morts et un blessé.

De Gaoual, Amadou Lama Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 621686148

Lire

Affaire Robbie & Bélinda : le dossier sera déféré au TPI de Dixinn (avocat de la plaignante)

24 juin 2021 à 15 03 25 06256
Me Alpha Amadou DS Bah, avant de Aïssatou Bela Diallo (Bélinda)

Cette affaire de « viol » présumé a défrayé la chronique ces derniers jours, même si les principaux concernés (le chroniqueur Robbie Sarah et Bélinda Diallo) s’abstiennent encore de tout commentaire dans les médias. Et, dans cette histoire où chacun y va de son commentaire, Bélinda Diallo accuse Robbie de viol, séquestration, tentative de meurtre, etc. Les faits se seraient passés le 15 juin dernier, dans une maison à étage à Hamdallaye, dans la commune de Ratoma. Mais, l’affaire s’est très retrouvée à la gendarmerie de Belle vue suite à une plainte formulée par la présumée victime. Et, ce jeudi, 24 juin 2021, il devait y avoir la confrontation entre les parties à la gendarmerie ; mais, ce face à face n’a finalement pas eu lieu. Mais, selon l’avocat de la partie civile, le dossier sera porté demain (vendredi) devant un juge d’instruction au tribunal de première instance de Dixinn.

Dans un très court entretien accordé à Guineematin.com ce jeudi à sa sortie de la gendarmerie de Belle vue, Me Alpha Amadou DS Bah, a déploré le fait que la confrontation des parties (présumé auteur et présumée victime) n’a pu se tenir.

« On (la partie civile : ndlr) était venu pour cette confrontation. Malheureusement, on n’a pas vu monsieur Robbie. Il semble qu’il était venu et est reparti. Toujours est-il que le dossier sera déféré demain, selon le commandant de la gendarmerie. Donc, on attend demain ; et, ça va être au tribunal de première instance de Dixinn. Parce que l’affaire relève des compétences de ce tribunal », a dit l’avocat de Bélinda Diallo.

Cependant, dans cette affaire où sa cliente, bien que présumée victime, est vilipendée à qui mieux mieux sur les réseaux sociaux, Me Alpha Amadou DS Bah dit être serein. Il assure que les faits portés contre Robbie sont avérés.

« Nous (la partie civile), nous sommes sereins et nous pensons que puisque les faits sont avérés, que le mis en cause va répondre de ses actes. C’est un piège qui a été tendu à mademoiselle Bella (la présumée victime) justement pour l’attirer dans ce piège et abuser d’elle. Puisque monsieur Robbie se sent important, certainement c’est ce qui expliquerait son attitude. Parce qu’au-delà de cette agression sexuelle que ma cliente a été victime, il y a eu une tentative de meurtre. Donc, tous ces faits vont être portés à la connaissance du juge d’instruction qui va être saisie ; et, après on va voir quelle va être la suite », a indiqué Me Alpha Amadou DS Bah.

Désormais, tous les regards sont tournés vers le tribunal de première instance de Dixinn pour connaitre la suite de la procédure dans cette fameuse affaire.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Moscou : la délégation du ministère guinéen de la Défense chez le vice-ministre russe de la Défense

24 juin 2021 à 15 03 14 06146

En marge de la Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, le ministre de la Défense nationale, Dr. Mohamed Diané, et sa délégation ont été reçus par le viceministre russe de la Défense, le général Alexander Fomin. 

Au cours de l’entretien, le vice-ministre russe a remercié le ministre guinéen de sa contribution pour la réussite de la conférence de Moscou, clôturée ce 24 juin. Il a souligné la disponibilité de la Russie à soutenir les efforts de la Guinée dans son ambitieux programme de modernisation de ses Forces armées pour mieux faire face aux défis sécuritaires de l’heure. Le Général Fomin a salué l’excellence des liens de coopération militaire entre la Russie et la Guinée depuis des décennies.

En réponse, Dr. Mohamed Diané s’est dit honoré d’avoir participé à cette neuvième conférence de Moscou sur la sécurité internationale et a souligné l’importance du renforcement de la coopération entre Conakry et Moscou dans tous les domaines et particulièrement dans le domaine militaire. Il a plaidé pour une diversification des filières des bourses accordées par la Russie aux militaires guinéens. A ce sujet, Dr. Diané a expliqué la nécessité de la création d’un laboratoire de langue russe en Guinée pour mieux faciliter la formation des stagiaires.

Dr Mohamed Diané, ministre de la Défense nationale

 Le ministre de la Défense nationale a également souhaité l’implication de la Russie dans la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest à travers notamment le renforcement des capacités des Services de renseignement.

De nombreux autres sujets d’intérêts communs ont été abordés par les deux ministres, notamment la livraison à la Guinée du vaccin russe spoutnik pour accélérer la lutte contre le Covid-19.

Dr Mohamed Diané, ministre de la Défense nationale

Par le service de communication du ministère de la Défense nationale

Lire

Université de Sonfonia : les enseignants-chercheurs menacent d’aller en grève à partir du 28 juin

24 juin 2021 à 14 02 54 06546

Les cours risquent d’être perturbés dans les prochaines semaines à l’Université général Lansana Conté de Sonfonia, si les autorités ne prennent pas rapidement des dispositions pour faire face au mécontentement des enseignants-chercheurs de cette institution d’enseignement supérieur.

Ces derniers menacent de déclencher une grève illimitée à partir du lundi, 28 juin 2021, pour protester contre le « non-respect » de la nomenclature des emplois de l’enseignement supérieur. Ils s’insurgent contre les « nominations fantaisistes qui font que l’université de Sonfonia a tendance à devenir « un véritable laboratoire pour la promotion de la médiocrité ».

Guineematin.com vous propose ci-dessous leur préavis de grève :

République de Guinée

Travail-Justice-Solidarité

Le Collectif des Enseignants Chercheurs de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia (UGLCSC)

PREAVIS DE GREVE

Chers Collègues Enseignants

  • Considérant; que depuis le 13 Août 2020, nous avons dénoncé les dysfonctionnements néfastes qui affectent le bon fonctionnement de notre université, à la clef, une plateforme revendicative comportant 10 points dont le respect strict de la nomenclature des emplois de l’enseignement supérieur régis par le décret N° 176/PRG/SGG/98 du 27 Septembre 1989, modifié par le décret D/N°062/PRG/SGG/2013, portant gouvernance des institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche scientifique.
  • Tout en précisant que les arrêtés d’application de ce dernier décret ne sont pas pris à date.
  • Considérant; que toutes les voies de recours ont été épuisées par les multiples correspondances adressées aux autorités depuis le 13 Août 2020.
  • Considérant; qu’en date du 16 Février 2021 une note technique a été adressée à la Présidence de la République pour décrisper cette situation, qu’en date, le collectif n’a pas eu de retour comme réponse à notre revendication.
  • Considérant; qu’une demande avait été introduite au niveau des élus du peuple (Assemblée Nationale) afin d’intervenir auprès du Président de République pour débloquer la crise qui servit au sein de notre institution d’enseignement supérieur.
  • Considérant; que l’éducation est la condition sine qua-non pour le développement harmonieux de toute nation que pour ces motifs elle doit être préservée contre toutes incompétences et la promotion de la médiocrité.
  • Considérant; que les dernières nominations des cadres dans les institutions d’enseignement supérieur ne prennent pas en charge, la nomenclature des emplois qui constitue un critère légal pour le bon fonctionnement des institutions d’enseignement supérieur.
  • Considérant; que l’université de Sonfonia par ces nominations fantaisistes a tendance de devenir un véritable laboratoire pour la promotion de la médiocrité, que cela en toute violation du statut spécifique du personnel de l’enseignement supérieur.
  • Prenant en compte; l’engagement et la détermination de l’ensemble des enseignants chercheurs à respecter les nomenclatures des emplois de l’enseignement supérieur qui obéissent aux hiérarchies suivantes : conformément aux articles 3 et 4 dudit décret qui disposent : 
  • Article 3: « la nomenclature des emplois de l’enseignement supérieur obéit à la hiérarchie suivante » :
  1. Professeur
  2. Maître de conférences
  3. Maître assistant
  4. Assistant
  • Article 4 : « la nomenclature des emplois de la recherche obéit à la hiérarchie suivante :
  1. Directeur de recherche
  2. Maître de recherche
  3. Chargé de recherche
  4. Attaché de recherche
  • Prenant également en compte; la frustration, l’indignation et l’humiliation des professeurs, maître de conférences, et les maîtres assistants par l’autorité.

Le collectif des enseignants chercheurs de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia (UGLCS) décide de déclencher une grève illimitée à compter du Lundi 28 juin 2021 jusqu’à la satisfaction générale des revendications.

Ont signé :

Le Président : Fayimba MARA

Le Vice-Président : El Maître Hamidou BARRY

Rapporteur : Mamadou Adama SOW

Fait à Conakry le 22 Juin 2021

Lire

Baro (Kouroussa) : 7 personnes mortes après avoir consommé un plat de tô

24 juin 2021 à 14 02 36 06366

Les faits se sont produits mardi dernier, 22 juin 2021, dans la sous-préfecture de Baro, une localité située à 26 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Kouroussa.

Un groupe de plus de dix (10) personnes a consommé un plat de tô. Et quelques heures plus tard, sept (7) personnes de ce groupe ont subitement perdu la vie, appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants de la région de la Haute Guinée.

A en croire l’agent de santé dépêché à Baro par la direction préfectorale de la santé de Kouroussa, les premiers cas de décès ont été enregistrés hier (mercredi). Quatre personnes sont décédées ce jour. Et ce jeudi, trois autres personnes ont perdu la vie. Ce qui fait un bilan de 7 morts.

Aux dernières nouvelles, le préfet de Kouroussa, la directrice préfectorale de la santé et certains médecins de l’hôpital préfectoral de Kouroussa seraient déjà arrivés à Baro pour tenter de déterminer la cause réelle de ces cas de mort.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Détournement de plus de 2 milliards à Conakry : 7 ans de prison requis contre Kindy Bah

24 juin 2021 à 11 11 13 06136

Dans cette affaire, c’est Ibrahima Kindy Bah qui est à la barre du tribunal correctionnel de Dixinn (délocalisé à la mairie de Ratoma). Ce prévenu (présenté comme un récidiviste) est poursuivi pour « escroquerie » portant sur plus de 2 milliards 800 millions de francs guinéens au préjudice de Mamadou Lamarana Diallo, Alpha Baba Sacko, et Hadja Fatoumata Barry. Il se serait fait passé pour un fonctionnaire en service à l’habitat et a proposé des parcelles à vendre à ses présumées victimes. Ces derniers lui auraient remis de fortes sommes d’argent, mais il n’a pas honoré ses engagements à leur égard. D’où ses ennuis judiciaires ; et, le ministère public a requis sept (7) ans de prison à son encontre, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon l’accusation, c’est Mamadou Lamarana Diallo (qui vit aux Etats-Unis) qui, lors d’un séjour en Guinée, a rencontré Ibrahima Kindy Bah à Conakry. Mamadou Lamarana Diallo voulu acheter des parcelles de terre pour ces amis qui vivent aussi à l’étranger. C’est alors que Ibrahima Kindy Bah s’est présenté à lui en tant que fonctionnaire en service à l’habit et il lui proposé des parcelles. C’est dans ce cadre que Mamadou Lamarana Diallo lui a versé 2 milliards 128 millions de francs guinéens pour l’achat de 42 parcelles en raison de 50 millions de francs guinéens par parcelle.

De son côté, Alpha Baba Sakho a versé 300 millions de francs guinéens dans le compte de prévenu Ibrahima Kindy Bah. Et, ce montant était également destiné à l’achat de parcelles de terrain.

Seulement, Ibrahima Kindy Bah (en lieu et place d’être un fonctionnaire en service à l’habitat) s’est avéré être un escroc. Car, il a pris l’argent qu’on lui a versé, sans jamais donner les parcelles à ceux qui lui versé tous ces montants. Et, c’est pour ça qu’il a été arrêté et conduit en prison à la maison centrale de Conakry où il croupit depuis le 20 juin 2020.

Devant le tribunal correctionnel ce mercredi, le prévenu a plaidé non coupable des faits qui lui sont reprochés. Il a nié avoir reçu un quelconque montant des mains de ceux qui l’ont trimballé devant cette juridiction.

« C’est déplorable, écœurant, regrettable et inhumain c’est qu’il a fait. Aujourd’hui, Lamarana Diallo une des victimes dans cette affaire est accablé par ses amis qui sont à l’étranger. Il a perdu son travail par les faits de Ibrahima Kindy Bah. Il a créé du tort aux gens. Il a été condamné en 2017 à 5 ans avec sursis. Donc, il y a récidive. A présent, iI y a  révocation du sursis contre Ibrahima Kindy Bah. Et, avec la révocation du sursis, le ministère public requiert de le retenir dans les liens de prévention d’abus de confiance et le condamner à 7 ans d’emprisonnement ferme et prendre en compte toutes les prétentions des parties civiles », a requis le procureur audiencier.

Justement, par rapport aux prétentions de la partie civile dans cette affaire, Mamadou Lamarana Diallo réclame 2 milliards 128 millions de francs guinéens à titre principal et 500 millions de francs guinéens à titre de dommage et intérêts. Quant à Alpha Baba Sacko, il sollicite 300 millions de francs guinéens à titre principal et 100 millions de francs guinéens de dommages et intérêts.

Seulement, pour l’avocat de la défense, tout ça n’est que pure supputation contre son client. « Les faits ne sont pas constitués à l’égard de Ibrahima Kindy Bah. Donc, en vertu de l’article 544 du code procédure pénale, je vous prie de le renvoyer des fins de la poursuite » a plaidé maître Lansana Condé.

Finalement le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 7 juillet prochain.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664414227

Lire