Aminata Sylla, Directrice Générale de la LONAGUI

Via un courrier en date du 21 juin 2021, que la Directrice Générale de la Loterie nationale de Guinée (LONAGUI) a adressé aux responsables de la société Guinée Games, elle a annoncé qu’elle n’entendait pas renouveler le contrat de concession dont bénéficiait cette dernière. Au nombre des motifs mis en avant pour justifier cette décision, on peut citer le manque de transparence reproché à Guinée Games notamment en rapport avec la déclaration de ses chiffres d’affaires, le non-respect par elle de nombreuses clauses contractuelles dont celles en rapport avec le partage de masse collectée ou la transmission des procès-verbaux de loto ou encore la faible protection des parieurs qui ne sont pas remboursés même quand les jeux sont annulés.

Au-delà, la LONAGUI dont les prérogatives, outre l’organisation et la régulation, couvrent « la gestion et l’exploitation de toutes les formes de loteries, de jeux de pronostics et assimilés en République de Guinée », voudrait, à l’instar de nombreuses entités identiques dans la sous-région, mieux contrôler un secteur dont les enjeux touchent jusqu’au domaine sensible de la sécurité (blanchiment de capitaux, financement du terrorisme, etc.).

Dans un monde aux prises avec toutes formes d’insécurité, la tendance pour les Etats est de ne pas laisser le secteur de la loterie entre les mains de particuliers. Au-delà, comme cela est perceptible avec la LONACI (Côte d’Ivoire, ndlr), quand l’exploitation de la loterie est assurée par l’Etat, cela peut bien bénéficier à la société dans son ensemble, en dehors des seuls parieurs : construction d’écoles, de lieux de loisirs, de centres de santé dans le but d’appuyer le gouvernement dans l’atteinte de ses objectifs. Et dans le cas de la Guinée, il se trouve que la LONAGUI a déjà une expérience qui a fait ses preuves avec le pari hippique (PMU).

 En effet, à peine installée, la nouvelle direction à la tête de la LONAGUI, en 17 mois d’activité, avec le seul PMU, a pu mobiliser 75 milliards GNF. C’est dire que la LONAGUI dispose désormais de la logistique et de l’expertise requises. A titre de comparaison, dans le même domaine, en 10 ans, Winya n’avait pu mobiliser que 103 milliards GNF. Quant à Guinée Games, avec tous ses produits dont le loto, le pari sportif en ligne et en kiosque, n’aura généré que 133 milliards GNF en 10 ans à l’Etat guinéen.

Enfin, pour les employés de Guinée Games, pas de quoi s’inquiéter vraiment, dans la mesure où dans un communiqué rendu public le 24 juin 2021, la Direction générale de la Loterie nationale de Guinée assurait « les salariés et l’ensemble du réseau commercial (revendeurs et prestataires) de son engagement à leur transfert au compte de la LONAGUI avec le maintien de leurs avantages acquis ».

C’est du reste ce qui s’est passé dans le cas de PMU.

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin