Sonfonia : incendie d’un immeuble R+3

28 juin 2021 à 20 08 08 06086

Peu avant 19 heures ce lundi, 28 juin 2021, un incendie s’est déclaré dans un immeuble R+3 à Tanènè, un secteur du quartier Sonfonia (dans la commune de Ratoma). Ce bâtiment de trois étages abrite des boutiques et une antenne (une petite pilonne) de téléphonie. Certaines familles y vivent également. Et, selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est au niveau de cette antenne que l’incendie s’est déclaré. Au moment où nous rédigions cette dépêche (19 heures15’), tout le troisième étage est en feu. Les occupants du bâtiment ont évacué pour sauver leurs vies.

Pour l’heure, on ignore les causes de cet incendie qui est encore en cours. Les sapeurs-pompiers ne sont pas encore arrivés sur les lieux. Cependant, des policiers du commissariat central de Sonfonia sont visibles sur place. Les citoyens regardent, impuissants, les flammes se propager dans le bâtiment.

Nous y reviendrons !

Mohamed Guéasso DORÉ et Malick Diakité pour Guineematin.com

Lire

6ème édition du Djassa d’or : le vrai sacre des meilleurs de la presse guinéenne…

28 juin 2021 à 19 07 28 06286
Mme Konaté Maningbè Konaté, Présidente de Djassa Multi Communication

CONAKRY- La sixième édition du « Djassa d’or » a eu lieu ce samedi 26 juin 2021 dans un réceptif hôtelier de place.  Placée cette année sous le thème « Médias et réseaux sociaux : Opportunités ou menaces pour les médias classiques », cette sixième édition a été célébrée en hommage à feu Ibrahim Sylla « Ibra ». Depuis sa première édition, le Djassa d’or crée l’émulation dans le milieu de la presse. Journalistes, techniciens et managers de médias se bousculent pour rafler les différents prix. L’objectif visé par la structure « Djassa Multi communication » est professionnaliser davantage les entreprises de presse guinéennes.

Présidée par l’Honorable Amadou Damaro Camara, le numéro un du Parlement guinéen, la cérémonie a connu la présence de plusieurs Chefs d’entreprises de presse, d’éminents journalistes, ainsi que d’autres grandes personnalités de l’administration publique et privée du pays.

Prenant la parole à cet événement qui a été riche en émotions, le Président de l’Assemblée Nationale a salué le rôle que joue la presse guinéenne, conformément aux principes démocratiques. L’honorable Amadou Damaro Camara a dans le même ordre d’idées invité les Hommes de la plume à se pencher davantage sur la rédaction de l’histoire sociologique de la Guinée. 

De son côté, la Président de la structure Djassa Multi Communication, après avoir rendu un vibrant hommage à Ibrahima Sykka « Ibra », rappelé certains rôles que jouent les journalistes. 

« Nous, les journalistes, nous sommes la première vitrine de notre cher pays. Sans nous, la Guinée ne serait pas connue. Sans nous, vos activités de production et d’édification de la Nation ne seront pas vues. Sans nous, vos entreprises progresseront lentement ou même, échoueront. Sans nous, les faits de société passeront inaperçus. Sans nous, les rapports sociaux auraient été violents, polémiques, improductifs ou destructeurs », a indiqué Mme Konaté Maningbè Konaté, la Présidente de Djassa Multi Communication. 

Selon elle, le journaliste reste l’épicentre du développement paisible et harmonieux d’un pays. 

le journaliste reste l’épicentre du développement paisible et harmonieux d’un pays.

Pour cette 6ème édition, 22 prix ont été décernés à des journalistes, techniciens et des promoteurs de médias. 

Mme Konaté n’a pas par la suite manqué de remercier les sponsors, ceux-là même qui ont accepté d’accompagner cet événement. 

Le Président du Jury et toute son équipe sont revenus sur les critères qui ont prévalu aux choix des différents lauréats. Des critères qui ont permis de récompenser 22 journalistes, techniciens et entreprises de presse. 

LES LAUREATS DU PRIX DJASSA D’OR 2021 sont : 

1 – ‘’Le Prix Maman Coumba’’du Meilleur technicien Radio : Ignace Gbilimou (Lynx Fm)

2 – ‘’Le Prix Mohamed Panos Traoré’’ du meilleur Monteur Vidéo : Yamoussa Camara (RTG)

3 – ‘’Le Prix Odilon Théa’ ’du Meilleur Animateur Radio : Tonton Ablo (Evasion)

4 -‘’Le Prix Aissatou Bella Diallo’’ du Meilleur Présentateur du JT : Alya Camara (RTG)

5 – ‘’Le Ansoumane Bangoura’’ de la meilleure plume : aucun candidat

6 – ‘’Le Prix Abdoulaye Georges Cissé’’ du Meilleur Réalisateur : EL-Oumar Camara (RTG)

7 – ‘’Le Prix Papa Saless Camara’’ du meilleur Reporter Télé : Non attribué

8 – ‘’Le Prix Boubacar Yacine Diallo’’ du Meilleur Reporter Radio : Mamadou Yacine Diallo (Bonheur Fm)

9 -‘’Le Prix Merlin Traoré’’ du Meilleur Cameraman : Amara Soumah (RTG)

10 -‘’Prix Emmanuel Katty’’ du Meilleur Animateur Télé : Bouba Camara (RTG)

11 -‘’Prix Karim Bangoura’’ Meilleur Site-Web’’ : Guinée-Matin

12 -‘’Le Prix Emile Tompapa’’du Meilleur Journal de la presse : ‘’Le Populaire’’

13 -‘’Le Prix Touraman Dioubaté’’du Meilleur locuteur en Langue Nle : Lamine Damba (Djoma)

14 – ‘’Prix Fodé Cissé de la Meilleure Radio’’ : Espace Fm

15 – ‘’Boubacar Kanté’’ du Meilleur Reporter Sportif : Non Attribué

16 – ‘’Le Prix du Meilleur Manager de la presse’’ : Kalil Oularé

17 – ‘’Le Prix d’honneur pour les activités en faveur de la presse’’ : l’Amabassde de Chine

18 – ‘’Le Prix Bah Photographe’’ du Meilleur Reporter photo : Madame Touré Mabintou

19 -‘’Prix Intégration sous régionale de la presse’’ : Espace

20 -‘’Mamady Condé’’ du Journaliste de l’Année : Le Duo Lamine Damba/ Seydou Keita

Ajouter à cela, des prix de récompense, hors compétition, décernés par Djassa D’Or, comme touche particulière de cette 6ème Edition.

Il s’agit du :

-Prix d’honneur ‘’Abdoulaye Soumah PABLITO’’ pour la Télévision Nationale.

-Prix d’honneur Hadja Saran Camara pour la Radio Nationale.

Lire

Mafanco : le parquet demande la relaxe de Seydouba Sacko et Ismaël Condé

28 juin 2021 à 19 07 02 06026
Seydouba Sacko, élu de l’UFR, maire de la commune de Matam

Le procès de Seydouba Sacko et Ismaël Condé, respectivement maire et premier vice maire de Matam (l’une des cinq communes de Conakry) s’est poursuivi ce lundi, 28 juin 2021, au tribunal de première instance de Mafanco. Le parquet a requis la relaxe des deux prévenus pour délits non constitués à leur encontre, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après l’audition de Seydouba Sacko et Ismaël Condé la semaine dernière, c’était au tour de la partie civile de passer devant le tribunal correctionnel de Mafanco ce lundi, 28 juin 2021. Sékou Kaba, coordinateur de la PME de ramassage d’ordures « Étoile Émergente de Guinée » a expliqué pourquoi il a porté plainte contre le maire et le premier vice maire de la commune de Matam pour « escroquerie, complicité, entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés, les concessions et d’égalité de service public ».

Ismaël Condé, premier Vice-Maire de Matam et membre du Bureau Exécutif de l’UFDG

Il a indiqué que sa PME a signé un contrat d’assainissement avec la mairie de Matam que les deux premiers responsables de cette commune n’ont pas respecté. Selon lui, ses employés ont travaillé pendant deux mois et 19 jours sans être payés, parce que le maire et son adjoint, respectivement membres de l’UFR et de l’UFDG (les deux plus grands partis d’opposition du pays) n’ont pas honoré le contrat. La partie civile réclame donc la condamnation des prévenus au paiement de 117 millions de francs à titre principal et 50 millions de francs comme dommages et intérêts au profit de la PME.

Mais la procureure, elle, estime qu’il n’y a pas de preuves prouvant la culpabilité de Seydouba Sacko et d’Ismaël Condé. C’est pourquoi, Joséphine Loly Teinguiano a demandé au tribunal de les renvoyer des fins de la poursuite pour délits non constitués. En ce qui concerne les prétentions de la partie civile, la représentante du ministère public a dit s’en remettre à la sagesse du tribunal. De leur côté, les avocats du maire et premier vice maire de Matam ont plaidé la relaxe pure et simple de leurs clients, non coupables selon eux, des faits mis à leur charge.

Après avoir écouté toutes les parties au procès, le tribunal a renvoyé le dossier au 8 juillet 2021 pour rendre sa décision.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Enlèvement et assassinat d’Elhadj Doura : le procès est renvoyé au 12 juillet

28 juin 2021 à 18 06 00 06006

Comme annoncé précédemment, le procès des auteurs présumés de l’enlèvement et l’assassinat de l’opérateur économique, Elhadj Abdourahamane Diallo (dit Elhadj Doura), s’est poursuivi ce lundi, 28 juin 2021, devant le tribunal criminel de Dixinn. Trois accusés (Mamadou Samba Diallo, Amadou Oury Bah et Abdourahamane Bah) ont comparu à la barre pour déposer dans cette affaire où ils sont poursuivis (aux côtés d’autres personnes) pour « association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, complicité, recel, abstention délictueuse, blanchiment de capitaux et assassinat », rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Tout d’abord, c’est Mamadou Samba Diallo qui est montée à la barre pour être entendu par le tribunal. Et, devant cette juridiction, cet accusé est tout de suite passé aveux.

« J’ai vu le vieux (Elhadj Doura) pour la première fois au Km66. Je suis resté avec lui pendant 2 jours, et au troisième jour, il est décédé. C’est Ibro (en fuite) qui m’a demandé de garder le vieux qui était malade. Je lui apportais à manger. Il mangeait généralement du fonio. On ne lui a jamais donné de jus ou de pain.  Je suis resté avec lui et petit Sow dans la case jusqu’à ce qu’il a rendu l’âme. Mais je ne savais pas que le vieux a été enlevé. Et lorsqu’il est décédé, j’ai eu peur, j’ai pris la fuite », a expliqué Mamadou Samba Diallo.

A sa suite, Amadou Oury Bah et Abdourahamane Bah se sont présentés à la barre. Mais, contrairement à Mamadou Samba Diallo, ces deux accusés ont nié en bloc les faits mis à leur charge dans cette affaire.

« Par le biais de Youssouf, on a cherché une maison à Elhadj Mamadou Diallo (le cerveau présumé de l’enlèvement et de l’assassinat d’Elhadj Doura). Il (Elhadj Mamadou Diallo) nous a dit qu’il a un médicament à prendre et qu’il doit se laver seul dans la chambre. C’est ainsi qu’on lui a cherché une chambre dans la concession où nous sommes logés. Il est venu seul avec son bidon de médicament. Il ne payait rien. Il n’était pas venu avec quelqu’un. Il était venu seul. Il n’était pas avec le vieux. Je n’ai pas vu le vieux Elhadj Doura. Je n’ai jamais vu ce vieux », s’est défendu Amadou Oury Bah.

Cependant, il ressort de la lecture du procès verbal de l’enquête préliminaire que Elhadj Mamadou Diallo était parti avec deux personnes, plus le vieux Elhadj Doura, quand il est allé à la maison que Amadou Oury Bah lui avait trouvée. Le juge audiencier a d’ailleurs fait lecture de ce PV pour « rafraichir » la mémoire à l’accusé. Mais, ce dernier sort de nouveau son bouclier de défense et réfute les faits articulés à son encontre.

« Moi je n’ai jamais vu Elhadj Doura Diallo. Je n’ai jamais participé à cette opération. Je n’ai jamais vu Elhadj Mamadou Diallo et le vieux Elhadj Doura Diallo dans cette concession » a martelé Amadou Oury Bah.

Tout comme lui, Abdourahmane Bah alias ‘’Adros’’ s’est aussi inscrit dans une logique de négation des faits. Et pourtant, dans cette affaire, il est présenté comme le « négociateur en chef » de la rançon (100 mille dollars) avec la famille d’Elhadj Doura Diallo (à l’époque otage).

« J’étais dans mon village, ils m’ont appelé pour me dire que Elhadj Mamadou Diallo a parlé mon nom dans cette affaire d’enlèvement et assassinat de Elhadj Doura Diallo. Comme je ne me reproche de rien, je me suis déplacé moi-même pour venir à la gendarmerie. Ils m’ont torturé, mais moi je n’ai rien fait. Je ne connais rien dans cette affaire », a-t-il indiqué devant le tribunal.

Après ces dépositions, le tribunal a renvoyé l’affaire au 12 juillet 2021 pour la suite des débats.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620589527/664413227

Lire

Labé : 3 personnes tuées dans deux accidents de la circulation à Noussy

28 juin 2021 à 17 05 54 06546

Trois personnes ont péri dans deux accidents de motos survenus en l’espace de 48 heures dans la sous-préfecture de Noussy, relevant de la préfecture de Labé. Le premier drame routier a eu lieu dans la journée du samedi dernier, coûtant la vie à un vieil homme. Et le second, dans lequel deux frères de même mère ont trouvé la mort, s’est produit ce lundi, 28 juin 2021, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

« Dans la journée de samedi dernier, c’est Thierno Boubacar Diallo, le doyen du village de Kouleya, qui a été victime d’un accident de la circulation sur sa moto. C’est au niveau du secteur Heïré qu’il a fait l’accident. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital régional de Labé pour des soins, il a rendu l’âme ce lundi. Et sans savoir qu’il est décédé, deux bouchers de même mère se rendaient à Labé pour lui rendre visite. Arrivés à Fello Kehai, à Noussy centre, leur moto est entrée en collision avec une autre moto.

Sous le choc, Thierno Lamine Diallo, le grand frère, est décédé sur place. Quant à son petit frère, Abdoul Diallo, il a été transporté à l’hôpital régional de Labé. Et aux dernières nouvelles, lui aussi a rendu l’âme. Ce qui fait un bilan de trois morts dans ces deux cas d’accidents. Toutes les trois victimes sont des pères de familles », a indiqué Mamadou Oury Diallo, maire de la commune rurale de Noussy.

Les trois corps ont été ramenés à Kaata, leur village natal, dans la sous-préfecture de Noussy. Ils devraient être inhumés cet après-midi.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Le président des chasseurs de la Haute Guinée à N’zérékoré : « nous sommes condamnés à vivre ensemble »

28 juin 2021 à 17 05 16 06166

En séjour dans la capitale de la région forestière pour « prêcher la paix », le président des chasseurs de la Haute Guinée a demandé hier, dimanche 27 juin 2021, aux populations de N’zérékoré d’enterrer la hache de guerre et de se donner la main pour développer leur localité. Zibo Seck Famoubou Traoré (plus connu sous le nom de Nama Namagni) a demandé aux « N’zérékorékas » d’arrêter de se battre pour des hommes politiques qui ne font que se servir d’eux pour des intérêts égoïstes. Il assure que toues les ethnies de la Guinée qui se retrouvent aujourd’hui à N’zérékoré sont condamnées à vivre ensemble ; et, qu’une affaire de politique ne devrait pas entamer leur volonté de vivre ensemble dans la quiétude et l’entente, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant à N’zérékoré.

Selon le président des chasseurs de la Haute Guinée, tout le monde est venu trouver les Kpèlès à N’zérékoré. Mais, il faut que tout le monde vive dans la paix et le respect. Car, ce n’est pas dans les conflits que N’zérékoré va trouver son bien-être.

Zibo Seck Famoubou Traoré,  » Nama-Namagni », président des chasseurs de la Haute Guinée

« Je suis venu à Nzérékoré pour la paix, l’unité nationale, pour dire aux N’zérékorékas que l’histoire et la guerre ne font pas la Guinée. Donc, nous sommes tous égaux ; et, seuls la paix, l’unité et la cohésion peuvent nous aider à développer la Guinée. Les peuls, malinkés, soussous, kissis, landoumas, konias, tomas sont venus trouver les Kpèlès ici à Nzérékoré ; et, cette vérité, les gens ne veulent pas la dire. Dans une localité, il faut que l’étranger connaisse son tuteur et vice versa. Je suis venu pour leur dire qu’il faut la paix en Guinée. Je veux que les Guinéens se donnent la main et je veux que les Guinéens comprennent que sans la paix, on ne peut pas vivre. Donc, nous sommes condamnés à vivre ensemble. Et, la politique ne doit pas nous diviser. Si avant la politique avait divisé les Guinéens, maintenant, et surtout les Nzerekorekas, je ne veux plus qu’on attende qu’à Nzérékoré il y a histoire (conflit) entre les gens à cause de la politique. On se tue à cause des gens qui n’aiment pas notre pays. Ils sont là pour leurs causes (intérêts). Mon frère, pourquoi se tué à cause de la politique ? À Nzérékoré, par exemple, on dit les malinkés sont contre les Guerzés. Les Guerzés sont contre les Soussous. Mais, pourquoi ? C’est nous qui vivons ensemble. On fait le mariage ensemble, on va dans les mosquées, on fait les marchés ensemble. Et, pourquoi alors se battre à cause de la politique ? A cause de ces politiciens-là ? Toi tu aimes Alpha Condé, on te laisse avec ça. Il y a qui aime Elhadj Cellou Dalein, Sidya Touré, Dr Ousmane Kaba, on vous laisse avec ça ; et, on se fait la paix. Ce sont des cadres guinéens. Pourquoi les insulter sur les réseaux sociaux ? » a dit Zibo Seck Famoubou Traoré.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

INTEGRA : LA GESTION ET LA VALORISATION AGRICOLE, UNE ALTERNATIVE A LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE DES JEUNES GUINÉENS

28 juin 2021 à 15 03 05 06056

Le programme d’appui à l’intégration socio-économique des jeunes (INTEGRA), initié conjointement par l’Union européenne et le Gouvernement guinéen, poursuit ses ateliers de formation sur la chaîne de valeur agricole dans les régions administratives guinéennes. Après avoir formé 587 jeunes dans les régions de N’zérékoré, Kankan Faranah, et Labé, Mamou héberge à son tour les ateliers GRAINE (gestion et renforcement agricole pour l’indépendance économique) du 14 juin au 02 juillet 2021.

Mis en œuvre par le Centre du Commerce International (ITC), les ateliers de formation GRAINE ont pour principal but de transmettre un ensemble de compétences pratiques en matière de valorisation et de gestion de la chaine agricole. Tenus respectivement dans les préfectures de Mamou, Pita et Dalaba, ces ateliers ont ciblé 90 nouveaux apprenants.

En élaborant une offre de formation adaptée aux besoins et à la demande des acteurs du développement agricole et rural, INTEGRA concentre ses efforts sur une filière porteuse d’emploi dans un secteur durable, offrant le plus de possibilités d’embauches ou d’entrepreneuriat.

Cette formation s’adresse donc prioritairement aux jeunes des régions guinéennes rurales pour leur permettre de monter en compétences dans les domaines suivants :

•          Développement personnel et de l’entrepreneuriat,

•          Apprentissage sur les techniques de transformation des produits agro-alimentaires, la tomate en purée de tomate

•          Qualité des produits,

•          Emballage et conditionnement des produits agroalimentaires

•          Accès au financement.

« Pour être autonome et subvenir à nos besoins sur place, nous avons besoin d’être professionnellement prêts. Cette formation en transformation de tomate en purée est un moyen de s’en sortir ici en Guinée si on la met en pratique, je me sens à la hauteur » explique Sira BAYO, bénéficiaire de l’atelier à Mamou. 

Ainsi, les bénéficiaires maitrisent les techniques de transformation des produits agro-alimentaires en tenant compte des réalités de la Guinée. Ces jeunes ont acquis des techniques de conditionnement efficaces permettant une meilleure conservation de la production pour l’entreposage et/ou le transport ainsi que l’amélioration de l’aspect du produit lors de sa commercialisation.

« Il n’y a pas de miracle pour réussir, faut se mettre à la tâche. Je répliquerai cette formation auprès des autres groupements et unions pour leur permettre d’améliorer la façon de travailler afin d’employer plus de jeunes » promet Mamadou Mouctar Diallo, participant à Dalaba.

Cette activité est réalisée en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture et s’aligne sur les priorités du Plan National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIA-SA) du Ministère.

Le programme INTEGRA se veut une contribution pour amorcer de nouvelles dynamiques dans le développement socio-économique en Guinée. Initié conjointement par le Gouvernement guinéen et l’Union européenne au titre du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, INTEGRA crée des opportunités pour la jeunesse guinéenne à travers la préparation à la vie professionnelle dans les établissements scolaires, la réalisation d’infrastructures économiques, la formation professionnelle, la création d’emplois durables et le développement de l’entrepreneuriat.

Ainsi, à travers ce programme, ce sont plus de 15 000 jeunes qui seront directement accompagnés pour mettre en œuvre cette nouvelle dynamique socio-économique par la création d’emplois et l’appui au développement de l’entrepreneuriat en Guinée.

Suivez INTEGRA Guinée sur Twitter| Facebook |

Suivez la Délégation de l’Union européenne en Guinée sur Twitter | Facebook |

#INTEGRA_GUINEE | #AfricaTrustFund | #PNUD | #ITC | #ENABEL | #GIZ | #TeamEurope | #EUSolidarity | #AUEU | #UE

Lire

Enlèvement et assassinat d’Elhadj Doura : « j’ai gardé le vieux pendant 2 jours… il a rendu l’âme »

28 juin 2021 à 12 12 52 06526
Elhadj Abdourahmane Diallo

Le procès des auteurs présumés de l’enlèvement et de l’assassinat de l’opérateur économique Elhadj Abdourahmane Diallo, plus connu sous le nom d’Elhadj Doura, se poursuit ce lundi, 28 juin 2021, au tribunal de première instance de Dixinn. Ce matin, la juridiction a procédé à l’audition de Mamadou Samba Diallo, le dernier accusé à comparaître. Et ce vulcanisateur de profession a reconnu être celui qui gardait le vieil homme lorsqu’il est décédé, a constaté un reporter de Guineematin.com qui est au tribunal.

 « J’ai vu le vieux (Elhadj Doura) pour la première fois au Km66. Je suis resté avec lui pendant 2 jours, et au troisième jour, il est décédé. C’est Ibro (en fuite) qui m’a demandé de garder le vieux qui était malade. Je lui apportais à manger. Il mangeait généralement du fonio. On ne lui a jamais donné de jus ou de pain.  Je suis resté avec lui et petit Sow dans la case jusqu’à ce qu’il a rendu l’âme. Mais je ne savais pas que le vieux a été enlevé. Et lorsqu’il est décédé, j’ai eu peur, j’ai pris la fuite », a expliqué Mamadou Samba Diallo.

Les débats se poursuivent devant le tribunal criminel de Dixinn.

Nous y reviendrons !

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Conakry : la présidente de l’APAF célèbre le mois de l’enfant avec les tout-petits

28 juin 2021 à 11 11 38 06386

Madame Keïta Bountouraby Soumah, présidente de l’association pour la promotion et l’autonomisation des  filles (APAF), a organisé hier, dimanche 27 juin 2021, une journée de divertissement en faveur de plusieurs enfants, à Conakry. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration du mois de l’enfant et vise à donner du sourire aux tout-petits, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Engagée dans la protection et la promotion des droits des femmes, la présidente de l’association pour la promotion et l’autonomisation des  filles (APAF) s’intéresse aussi au bien-être des enfants. C’est dans ce cadre que Mme Keïta Bountouraby Soumah a décidé de célébrer le mois de l’enfant à travers une journée de divertissement dédiée aux tout-petits. Elle a organisé une balade avec une quinzaine d’enfants ce dimanche, 27 juin 2021, au jardin 2 octobre de Conakry.

madame Keita Bountouraby Soumah, présidente de l’association pour la promotion et l’autonomisation des filles (APAF)

« On a décidé de célébrer cette journée avec les enfants à l’occasion de ce mois de juin qui est dédié aux enfants pour qu’ils puissent se divertir. C’est une façon pour moi de donner du sourire aux enfants. Et vous avez certainement constaté combien de fois les enfants sont heureux et joyeux. On sent cela en eux depuis que nous sommes là. Donc, c’était pour moi une opportunité aujourd’hui de venir avec les enfants des membres de l’ONG et les enfants de certains cadres de l’administration publique et privée. Comme notre ONG se bat pour la promotion de la femme, on s’est dit de ne pas donner le sourire aux femmes et laisser les enfants. C’est la raison pour laquelle qu’on a organisé cette journée pour se balader et se divertir avec les enfants », a déclaré la présidente de l’APAF.

L’activiste des droits des femmes en a profité pour lancer un message à l’endroit des parents, en leur demandant « de prendre un temps pour côtoyer les enfants, de prendre un tout petit temps pour donner du sourire aux enfants. C’est-à-dire sortir et se balader avec eux. Se retrouver dans des endroits pareils, ça leur donne davantage le sourire », conseille Mme Keïta Bountouraby Soumah.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Glissement de sable à Kindia : un mort à la carrière de Koliady1

28 juin 2021 à 11 11 33 06336

Les faits se sont produits le samedi dernier, 26 juin 2021, dans la carrière de sable de Koliady1, dans la commune urbaine de Kindia. Et, c’est Alseny Sylla, un jeune apprenti-chauffeur, qui a perdu la vie dans ce glissement de sable. Il était en train de finir son petit déjeuner lorsque cette avalanche de sable s’est abattue sur lui.

Selon des informations confiées à un des correspondants de Guineematin.com à Kindia, ce jeune apprenti de 18 ans était dans cette carrière pour prendre du sable. Et, c’est lors de son deuxième voyage que ce glissement s’est produit. Ses amis ont se sauver à temps ; mais, lui il a été enseveli par une énorme quantité de sable. Il y a perdu la vie ; et, il a fallu une intervention des machines pour sortir son corps de la masse de sable.

« C’est la terre qui est tombée sur mon enfant hier à la carrière. Je l’avais confié à un chauffeur de camion benne pour lui apprendre le métier. Donc, ils sont partis là-bas où la machine charge le sable. Ils ont fait un voyage le matin. Mais, à ce moment là, ils ont l’habitude de prendre le petit déjeuner. Seulement, la vendeuse n’était pas encore sortie. Lorsqu’ils sont venus pour le chargement du deuxième, il (Alseny Sylla) est parti acheter du riz pour le petit déjeuner. Dès qu’il a fini de manger, il a acheté de l’eau et s’est mis à boire. C’est en ce moment que la terre a glissé. Mais, il était avec ses amis. Eux, ils ont couru, parce qu’ils étaient arrêtés ; tandis que mon fils était assis… C’est là-bas que la terre est tombée sur lui. C’est ce qui a entraîné sa mort », a expliqué Oumar Camara, le père du défunt.

A noter que le corps de Alseny Sylla a été inhumé hier, dimanche 27 juin 2021, au cimetière de Koliady1.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo pour Guinematin.com

Tél. : 628 51 67 96

Lire

ERAM de Labé : les élèves boudent les cours

28 juin 2021 à 11 11 02 06026

Depuis le mois de mars dernier, l’école régionale des arts et métiers (ERAM) de Labé a ouvert ses portes aux élèves orientés dans les filières de maçonnerie, carrelage et topographie. Les cours avaient normalement démarré ; mais, trois mois plus tard, les élèves se font de plus en plus rares. Sur les 22 élèves qui avaient été orientés à cette école d’enseignement professionnel, très peu viennent encore suivre les cours. Malgré la détermination du personnel enseignant, les classes de cet établissement sont souvent vides.

Selon des informations recueillies par l’un des correspondants de Guineematin.com dans la préfecture, l’ERAM de Labé forme uniquement dans le domaine du génie civil (dessin bâtiment, topographie, filière de conducteurs des travaux, maçonnerie et carrelage et gros œuvre). Et, cette école est bien équipée pour un apprentissage (théorique et pratique) de qualité. Mais, à en croire Amara Condé, directeur des études de cet établissement d’enseignement professionnel, les élèves qui y ont été orientés cette année ont boudé les cours au profit des taximotos et du petit commerce.

Amara Condé, directeur des études de l’ERAM de Labé

« Cette année, les candidats n’ont été orienté que dans les filières de maçonnerie, carrelage et topographie pour une formation de deux ans. Mais sur un effectif de 22 élèves (dont cinq en maçonnerie et carrelage et dix sept en topographie), très peu d’élèves ont accepté de venir suivre les cours. Parce que si vous partez tout de suite dans les salles de classes, vous trouverez que les élèves ne viennent pas. L’éloignement de l’école du centre ville et l’accès difficile des lieux n’expliquent pas cette réticence. C’est juste un refus et un mépris qu’ils manifestent à l’égard de l’enseignement professionnel. Nombreux sont ces élèves qui préfèrent faire leur petit commerce ou faire le mtotaxi en ville au lieu de venir suivre les cours. Pourtant, ici à L’ERAM de Labé, il y a la disponibilité des enseignants et l’existence de tout le matériel nécessaire permettant aux apprenants de mieux assimiler les cours théoriques et pratiques. Mais, le hic c’est le refus des élèves à fréquenter l’école », a indiqué Amara Condé.

Effectivement, samedi dernier, 26 juin 2021, seuls les élèves de la topographie faisaient cour dans cet établissement. Et, ce niveau aussi, sur les dix sept (17) inscrits, seuls trois (3) élèves étaient présents. Ils suivaient un cours pratique de ‘’dessin appliqué à l’ordinateur (DAO)’’.

Ibrahima Sory Camara, élève-topographe

« Nous avons démarré les cours depuis le mois de mars dernier. On était avec certains de nos amis avec lesquels on a été orienté, mais ces derniers nous ont laissé ici et ne viennent plus. Aujourd’hui nous ne sommes que trois élèves sur un effectif de 17. C’est juste un refus, parce que si on leur demande pourquoi ils ne viennent pas, ils n’ont pas d’arguments solide, sauf nous dire qu’ils sont occupé à autres choses,  ils n’ont pas de temps. Pour moi, c’est juste un refus de leur part ; pourtant c’est eux aussi qui avaient postulé pour être orientés à l’ERAM. Sinon, on a tout ce qu’il nous faut ici pour étudier. Ce que j’ai à  dire à mes amis, c’est de prendre du courage et d’accepter de venir suivre les cours avec nous », a dit Ibrahima Sory Camara, élève-topographe.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

La jeunesse du RPG AEC à Siguiri en colère : « les ministres d’Alpha Condé sont des ennemis du pays »

28 juin 2021 à 10 10 30 06306
Bourlaye Condé, secrétaire administratif du bureau de jeunesse Siguirikoura 2 et coordination de la cellule de communication du RPG à Siguiri

Certains jeunes du RPG Arc-en-ciel sont très remontés contre les ministres Bouréma Condé et Ismaël Dioubaté. Ils accusent ces derniers de népotisme et de favoritisme dans la nomination des administrateurs territoriaux dans les nouvelles sous-préfectures, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Siguiri.

Déception et frustration, ce sont les sentiments qui animent aujourd’hui plusieurs jeunes du RPG Arc-en-ciel à Siguiri. Ils sont en colère contre les choix des sous-préfets et receveurs communaux dans les sous-préfectures et communes rurales créées récemment dans la préfecture. Ces jeunes accusent le général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, et Ismaël Dioubaté, ministre du Budget, de nommer uniquement leurs parents à ces postes. Parmi ces frustrés, figure Bourlaye Condé, secrétaire administratif du bureau de la jeunesse de Siguirikoura 2 et coordinateur de la cellule de communication du RPG à Siguiri. 

« Les jeunes cadres du parti, intéressés par les postes de sous-préfets et de receveurs communaux, ont fait leur demande, comme cela a été demandé d’ailleurs.  Mais nous avons constaté avec regret que la liste qu’on a déposée n’a pas été prise en compte. Malheureusement, les ministres de l’administration du territoire et de la décentralisation et du budget ont écarté cette liste pour nommer leurs parents. Tous les nouveaux sous-préfets et receveurs communaux sont leurs parents. Aujourd’hui, il faut être un parent du ministre Bouréma Condé ou du ministre Ismaël Dioubaté pour bénéficier d’un poste de sous-préfet ou de receveur communal.

Moi, j’ai fait la prison en défendant ce parti, et j’ai tout perdu. Et aujourd’hui, je n’ai rien. Les ministres d’Alpha Condé sont des ennemis du pays et du parti au pouvoir », a déclaré ce responsable de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel à Siguiri. « On avait un espoir avec ce troisième mandat. Mais avec l’allure où vont les choses, c’est la dissolution du parti qui se profile à l’horizon. Si le président de la République n’est pas informé du comportement de ses ministres, qu’il en soit informé », a dit Bourlaye Condé, secrétaire administratif du bureau de la jeunesse de Siguirikoura 2 et coordinateur de la cellule de communication du RPG à Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com 

Lire

Conakry : procès d’un chauffeur qui a tué un vendeur de café à Bambéto, à cause de mille francs !

28 juin 2021 à 10 10 12 06126
image d’archive

C’est à cause de mille francs guinéens (1 000 GNF) qu’il y a eu mort d’homme et que l’auteur croupit actuellement en prison. Souleymane Bah, un jeune chauffeur de taxi sur le tronçon Kipé-Bambéto, est accusé d’avoir administré une « gifle mortelle » à un vendeur de café à Bambéto (dans la commune de Ratoma). Sa victime a rendu l’âme sur le champ. Son procès s’est ouvert la semaine dernière au tribunal criminel de Dixinn pour « coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner ». Et, à la barre, l’accusé a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché au tribunal pour suivre ce dossier.

Au tribunal de première instance de Dixinn, ce conducteur de taxi n’a pas tergiversé. Après la lecture de l’ordonnance de renvoi qui l’a conduit devant ce tribunal criminel, l’accusé a reconnu avoir administré une gifle à sa victime (un vendeur de café) lors d’une dispute. Egalement, il a admis que c’est après sa gifle que sa victime est tombée et a rendu l’âme.

« Il était 6 heures du matin ce jour, quand je revenais de Kipé pour Bambéto pour prendre les passagers. Arrivé au carrefour Bambéto, comme il n’y avait pas assez de passagers, j’ai donc profité pour prendre un café. J’ai fait appel à un vendeur ambulant du nom de Alpha Diakité. Étant dans la voiture, il m’a servi pour 1000 francs. Je lui ai remis un billet de 5.000 francs. Quand il a constaté que c’était un billet de 5 000, il m’a dit : tu sais ? Vous, vous êtes comme ça, vous commandez un café de mille francs sans prévenir que vous n’avez pas de monnaie. Alors, moi, je n’ai pas de monnaie. Puis, il m’a cogné avec mes 5 000 GNF derrière le volant. Je lui ai répondu qu’il n’y avait pas ça entre nous. Nous passons toute la journée ensemble ici à Bambéto ; alors, gardes les 5 000 francs et laisses-moi faire un tour. À mon retour de Kipé, je te donnerais tes 1000 francs.  Il a répondu : Non ! Donnes-moi mon argent maintenant, je ne suis pas là pour longtemps, j’ai une cérémonie sous peu, donc d’un moment à l’autre je peux quitter. Je l’ai plaidé fatiguer, il n’a pas voulu comprendre. J’ai tenté de partir il est venu se mettre devant ma voiture m’empêchant de bouger. J’ai allumé le moteur pour voir s’il va quitter, mais il est resté imperturbable. On est resté comme ça, après quelques minutes de discussion, il est venu prendre le col de ma chemise en serrant mon cou. C’est ainsi je suis descendu de la voiture et je lui ai administré un coup de gifle. Sur le champ, il est tombé en s’étalant de tout son long. Certains passants ont commencé à dire qu’il est décédé. Comme il ne bougeait pas, je l’ai aspergé de l’eau minérale, hélas. Pris de peur, je me suis fait aider par un cokesaire (un rabatteur) pour le mettre dans ma voiture pour l’envoyer au centre Mère et Enfant. Arrivé, les médecins m’ont fait savoir qu’il est déjà mort. C’est là que je suis allé de moi-même me déclarer au commissariat de Kaporo rail », a expliqué Souleymane Bah.

Face à ce récit émouvant, le ministère public a requis de « larges circonstances atténuantes » pour l’accusé, surtout que la famille de la victime s’est désistée de sa plainte.

« Vu les circonstances dans lesquelles les faits se sont déroulés, nous vous prions de faire application de l’article 243 du code de pénal contre l’accusé, tout en lui accordant des circonstances atténuantes. L’accusé Souleymane Bah a vraiment besoin de circonstances atténuantes, dans la mesure où la partie civile qu’est la famille Diakité a officiellement désisté dans la procédure », a dit le procureur audiencier.

S’inscrivant dans le même sillage, le conseiller de l’accusé a aussi plaidé pour des circonstances atténuantes pour son client. Et, finalement, le tribunal a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 5 juillet prochain.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Fourniture de 100 000 compteurs pour la normalisation des branchements illégaux à Conakry : publication d’attribution du marché

28 juin 2021 à 9 09 51 06516

Pour la normalisation des branchements illégaux à Conakry, le Projet d’Amélioration de l’accès à l’électricité en Guinée (PAAEG-EDG) recrute un fournisseur pour cent milles (100 000) compteurs électroniques BT post/prépaiement avec coffrets comptages pré assemblés et précâblés.

Ci-dessous, voici la publication d’attribution du marché :

Publication Résultats Evaluation offres 100 000 Compteurs

Publication Résultats Evaluation offres 100 000 Compteurs

PUBLICATION D’ATTRIBUTION DE MARCHE
       
PROJET D’AMELIORATION DE L’ACCES A L’ELECTRICITE EN GUINEE (PAAEG-EDG). IDA Don N° D426 – GN / IDA Crédit n° : 6372 – GN
DESCRIPTION DU MARCHE : Fourniture de cent milles (100 000) compteurs électroniques BT post/prépaiement avec coffrets comptages       
  pré assemblés et précâblés pour la normalisation des branchements illégaux à Conakry
RERERENCE DU MARCHE : 01/PAAEG/EDG/F/2020    
METHODE DE PASSATION : AOI      
VALIDITE DES OFFRES 120 Jours    
DUREE D’EXECUTION DU CONTRAT : Sept (7) Mois      
DATE: 28 Juin 2021      
SOUMISSIONNAIRE RETENU 
NOM ET ADRESSE DU SOUMISSIONNAIRE RETENU PRIX LU LORS DE L’OUVERTURE DES PLIS  PRIX EVALUE DE L’OFFRE MONTANT DU CONTRAT
Connect Africa Technology (Pty) Ltd, Johannesburg (Afrique du Sud)
                                                                             
7 048 891,89 Euros  7 048 891,89 Euros 7 048 891,89 Euros 
 
SOUMISSIONNAIRE EVALUE NON RETENU
NOM DU (DES) SOUMISSIONNAIRE(S) EVALUE(S) PRIX LUS LORS DE L’OUVERTURE DES PLIS  PRIX EVALUE DES OFFRES MOTIF DE NON ADJUDICATION
Togo Assistance Service (TAS) 9 495 973,9 Euros 9 495 973,9 Euros Offre classée 2ème du classement financier des offres jugées techniquement conformes.
 
 SOUMISSIONNAIRES NON EVALUES
NOM DU (DES) SOUMISSIONNAIRE(S) NON RETENU(S) PRIX LUS LORS DE L’OUVERTURE DES PLIS  MOTIF(S)
Hexing 8 280 730 Euros Non conformité technique
Groupement Kama & Wasion 8 778 475 USD Non conformité technique
Jaguar 9 324 938 USD Non conformité technique
Sinohydro 4 545 899,45 USD Non conformité technique
China Energy Engineering Group Human 10 606 260 USD Non conformité technique.
Conlog Solution 18 326 601,10 USD Non conformité technique.
Inhemeter 6 809 204,66 USD Non conformité technique
Shenzhen Clou Electronics Co. LTD 8 684 765,18 Euros Non conformité technique
Shijiazhuang Kelin Electric  5 758 875 USD Non conformité technique
Groupement MERSA -Itron 8 681 850,50 Euros Non conformité technique
Holley 4 590 665 USD Non récevable
Group ABS International  5 456 362,63 USD Non récevable
       
   
       
   
     
 
 
Le Chef du Projet
       
     
      Mamadou Alpha BALDE
       
       
       

Lire