Enlèvement et assassinat d’Elhadj Doura : le procès est renvoyé au 12 juillet

Comme annoncé précédemment, le procès des auteurs présumés de l’enlèvement et l’assassinat de l’opérateur économique, Elhadj Abdourahamane Diallo (dit Elhadj Doura), s’est poursuivi ce lundi, 28 juin 2021, devant le tribunal criminel de Dixinn. Trois accusés (Mamadou Samba Diallo, Amadou Oury Bah et Abdourahamane Bah) ont comparu à la barre pour déposer dans cette affaire où ils sont poursuivis (aux côtés d’autres personnes) pour « association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, complicité, recel, abstention délictueuse, blanchiment de capitaux et assassinat », rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Tout d’abord, c’est Mamadou Samba Diallo qui est montée à la barre pour être entendu par le tribunal. Et, devant cette juridiction, cet accusé est tout de suite passé aveux.

« J’ai vu le vieux (Elhadj Doura) pour la première fois au Km66. Je suis resté avec lui pendant 2 jours, et au troisième jour, il est décédé. C’est Ibro (en fuite) qui m’a demandé de garder le vieux qui était malade. Je lui apportais à manger. Il mangeait généralement du fonio. On ne lui a jamais donné de jus ou de pain.  Je suis resté avec lui et petit Sow dans la case jusqu’à ce qu’il a rendu l’âme. Mais je ne savais pas que le vieux a été enlevé. Et lorsqu’il est décédé, j’ai eu peur, j’ai pris la fuite », a expliqué Mamadou Samba Diallo.

A sa suite, Amadou Oury Bah et Abdourahamane Bah se sont présentés à la barre. Mais, contrairement à Mamadou Samba Diallo, ces deux accusés ont nié en bloc les faits mis à leur charge dans cette affaire.

« Par le biais de Youssouf, on a cherché une maison à Elhadj Mamadou Diallo (le cerveau présumé de l’enlèvement et de l’assassinat d’Elhadj Doura). Il (Elhadj Mamadou Diallo) nous a dit qu’il a un médicament à prendre et qu’il doit se laver seul dans la chambre. C’est ainsi qu’on lui a cherché une chambre dans la concession où nous sommes logés. Il est venu seul avec son bidon de médicament. Il ne payait rien. Il n’était pas venu avec quelqu’un. Il était venu seul. Il n’était pas avec le vieux. Je n’ai pas vu le vieux Elhadj Doura. Je n’ai jamais vu ce vieux », s’est défendu Amadou Oury Bah.

Cependant, il ressort de la lecture du procès verbal de l’enquête préliminaire que Elhadj Mamadou Diallo était parti avec deux personnes, plus le vieux Elhadj Doura, quand il est allé à la maison que Amadou Oury Bah lui avait trouvée. Le juge audiencier a d’ailleurs fait lecture de ce PV pour « rafraichir » la mémoire à l’accusé. Mais, ce dernier sort de nouveau son bouclier de défense et réfute les faits articulés à son encontre.

« Moi je n’ai jamais vu Elhadj Doura Diallo. Je n’ai jamais participé à cette opération. Je n’ai jamais vu Elhadj Mamadou Diallo et le vieux Elhadj Doura Diallo dans cette concession » a martelé Amadou Oury Bah.

Tout comme lui, Abdourahmane Bah alias ‘’Adros’’ s’est aussi inscrit dans une logique de négation des faits. Et pourtant, dans cette affaire, il est présenté comme le « négociateur en chef » de la rançon (100 mille dollars) avec la famille d’Elhadj Doura Diallo (à l’époque otage).

« J’étais dans mon village, ils m’ont appelé pour me dire que Elhadj Mamadou Diallo a parlé mon nom dans cette affaire d’enlèvement et assassinat de Elhadj Doura Diallo. Comme je ne me reproche de rien, je me suis déplacé moi-même pour venir à la gendarmerie. Ils m’ont torturé, mais moi je n’ai rien fait. Je ne connais rien dans cette affaire », a-t-il indiqué devant le tribunal.

Après ces dépositions, le tribunal a renvoyé l’affaire au 12 juillet 2021 pour la suite des débats.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS