La guerre est déclenchée à Kankan entre la nouvelle confrérie musulmane ‘‘Djèdèkolobaaya’’ (qui a pour guide spirituel le controversé imam Nanfo Ismaël Diaby) et l’association des sages de N’ko. Lors d’une récente conférence débat, cette association s’est désolidarisée de la pratique de Nanfo et de ses adeptes. Et, hier, mardi 29 juin 2021, les adeptes de ‘‘Djèdèkolobaaya’’ ont ouvertement désavoué l’association des sages de N’ko. C’était à l’occasion d’un atelier de formation sur le ‘‘Djèdèkolobaaya’’ et les techniques de l’agriculture, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Ce n’est pas le parfait amour entre l’association des sages de N’ko qui a pris position vis-à-vis de la pratique de Nanfo et ses adeptes qui prient dans la langue malinké. Désormais, les deux camps s’attaquent à travers les médias. Hier mardi, Sory Mandénka Kaba, un des fervents défenseurs de la prière en malinké à l’occasion de la formation initiée par la confrérie ‘‘Djèdèkolobaaya’’ s’en est vigoureusement pris à l’association des sages de N’ko.

Sory Mandénka Kaba

« Il n’y a pas de sage de N’ko à Kankan ici. Les sages de N’ko sont connus par tous les adeptes de N’ko. Ce sont des arabophones déguisés qui se disent sages de N’ko. Ils ne peuvent pas donner les cours de grammaire de N’ko, à plus forte raison écrire leurs noms. Il faut voir, même leur manière de s’habiller, ils portent des habillements arabes. Ce sont des arabophones qui se disent sage de N’ko. C’est un groupe fantôme, on ne les connait pas », a martelé Sory Mandénka Kaba.

Dans sa sortie contre les adeptes de Nanfo Diaby, le conseil des sages de N’ko avait laissé entendre que la confrérie ‘’Djèdèkolobaaya’’ refuse tout débat contradictoire sur la prière en maninka. Une chose que Sory Mandénka Kaba cette affirmation est fausse. Il assure que c’est le conseil des sages qui fuit le débat dans cette affaire.

« Ce n’est pas vrai, ils ne nous ont jamais proposé de faire un débat. Moi j’ai eu à faire une confrontation avec Dr Moustapha Koutoubou Sanoh, mais il n’a pas montré de preuves attestant qu’on ne peut prier dans une autre langue que l’arabe. Nous on a toujours voulu faire un débat entre la confrérie arabe et la confrérie ‘‘Djèdèkolobaaya’’, mais ils refusent toujours de faire une confrontation », a indiqué Sory Mandénka Kaba.

A rappeler que lors de son procès au tribunal de première instance de Kankan, Nanfo Ismaël Diaby (le guide de la confrérie Djèdèkolobaaya) avait laissé entendre qu’il n’est pas musulman et que sa religion est ‘’Djèdèkolobaaya’’.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin