Amadou Diouldé Diallo, photographe de l’UFDG : un jeune oublié à la maison centrale de Conakry sans procès

Arrêté à son domicile à Yattaya T6 (dans la commune de Ratoma) et jeté en prison depuis novembre 2020, Amadou Diouldé Diallo croupit encore à la maison centrale de Conakry. Ce jeune caméraman proche de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) et de son président Cellou Dalein Diallo (le principal opposant au régime Alpha Condé) est poursuivi pour un chapelet d’infractions dont « atteinte aux institutions de la République, participation à un mouvement insurrectionnel, menaces et violences de mort par le biais d’un système informatique (les mêmes infractions reprochées aux opposants Etienne Soropogui, Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé et Cie) ». Il a déjà fait plus de sept (7) mois de détention sans être jugé, alors qu’il a toujours clamé son innocence dans cette affaire. Son dossier semble tomber dans les oubliettes au niveau du parquet de Dixinn ; et, aujourd’hui, sa famille s’inquiète et réclame sa libération.

C’est dans l’après-midi du samedi, 21 novembre 2020, que Amadou Diouldé Diallo a été arrêté chez lui à Yattaya, dans la haute banlieue de Conakry. « Ce sont des agents de la DPJ (Direction centrale de la police judiciaire) qui sont venus l’arrêter. Amadou faisait ses ablutions pour la prière de 14 heures lorsque les agents sont arrivés. Ils l’ont embarqué avec tous ses appareils (ordinateur, caméra, appareil photo, téléphones) », se souvient encore Mamadou Baïlo Diallo, son père.

Amadou Diouldé Diallo, photographe

Malade et alité depuis 2015, le doyen Mamadou Baïlo Diallo a observé, impuissant, les agents partir avec son fils. Les images de cette arrestation musclée lui sont restées sur les yeux et elles lui remontent très souvent à la tête. Il ne peut s’empêcher de verser des larmes à chaque fois qu’il pense ou parle de Diouldé Diallo. « C’est lui qui faisait tout pour moi. C’est lui qui prenait soin de moi et de toute la famille. Mon fils est juste un photographe, ils l’ont arrêté et emprisonné pour rien. Il n’a rien fait », a expliqué ce vieil homme qui, malgré ses efforts, n’a pu retenir ses larmes lors de cet entretien qu’il a accordé à Guineematin.com cette semaine.

Eprouvé par la maladie et très affligé par l’emprisonnement de son fils, Mamadou Baïlo Diallo trouve appui dans la foi et s’efforce à vivre avec l’espoir de voir son fils recouvrer la liberté sous peu. Car, tout comme il croit à la mort, Mamadou Baïlo Diallo croit à l’innocence d’Amadou Diouldé. Et, il est aussi convaincu que son fils est gardé en prison pour des raisons politiques. Un fils qui, depuis la prison, a tout perdu dehors.

Amadou Diouldé Diallo, photographe

« Pendant la campagne électorale de la présidentielle de 2020, des gens ont vandalisé et brûlé ses affaires à Wanindara. Quand Amadou est revenu de la campagne, il était un peu malade. Il s’est mis à se faire traiter. Et, un samedi, les agents de la DPJ sont venus l’arrêter. Quand ils sont venus, Diouldé a demandé : pourquoi vous m’arrêtez ? Un agent a dit : tu le sauras tout de suite. Ils l’ont pris, ils sont entrés dans sa chambre, ils ont fouillé et ont sorti ses appareils. Ils ont fermé la maison, embarqué Diouldé et ses appareils. Ils sont partis avec les clés de sa chambre. Quelques jours plus tard, le propriétaire de la maison où il était logé est venu nous dire que des bandits sont venus la nuit défoncer la porte et la fenêtre de sa chambre et ils ont pris le reste de ses affaires qui y étaient. Quand nous sommes allés voir, il n’y avait que le matelas et seulement quelques vêtements dans la chambre… Cela fait 26 ans maintenant qu’il est avec nous, je n’ai jamais entendu même une seule fois qu’il s’est bagarré avec un de ses camarades. Il a été arrêté juste parce qu’il est de l’UFDG. On l’avait démarché pour aller dans le camp du pouvoir, il avait refusé. Et, c’est à cause de ça seulement qu’il a été arrêté et emprisonné. Ils ont vandalisé tous ces appareils. Aujourd’hui, si par la grâce de Dieu il recouvre sa liberté, c’est à zéro qu’il va recommencer. Jusqu’au présent, il n’a pas été jugé. Je demande au pouvoir de libérer mon fils, à cause de Dieu. Parce qu’il n’a rien fait à qui que ce soit. Il n’est qu’un simple photographe. Il ne vole pas, ne triche pas », a précisé son père, Mamadou Baïlo Diallo.

A Rappeler que le jeune Amadou Diouldé Diallo a été placé sous le mandat de dépôt le 24 novembre 2020. Et, depuis cette date, il est écroué à la maison centrale de Conakry sans aucune forme de jugement. Aucune date n’a encore été fixée pour son procès dans cette affaire où il clame de toute force son innocence.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS