Née il y a à peine sept (7) mois, la sous-préfecture de Kourou (qui relève de la préfecture de Dalaba) est déjà confronté à un sérieux problème. La composition de la délégation spéciale (l’organe exécutif qui dirigera cette commune rurale en attendant les élections communales) est aujourd’hui la source des tensions entre les populations. Deux camps se sont formés sur place : un favorable à Mamadou Touré et l’autre à Ousmane Diaby, dit ‘’Gassama’’ ; les deux responsables locaux du RPG arc-en-ciel qui bataillent actuellement pour occuper la tête de la commune rurale. Les autorités administratives préfectorales de Dalaba et le gouverneur de la région administrative de Mamou sont accusés d’être derrière la cacophonie actuelle dans cette nouvelle commune. Le 12 juin, la mobilisation de certains citoyens a empêché l’installation de la délégation spéciale. Et, le mardi dernier, 29 juin 2021, une manifestation de protestation contre l’arrêté du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation s’est tenue dans cette localité, a constaté un reporter que Guineematin.com avait dépêché sur place.

Dans cette sous-préfecture, située à environ 47 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Dalaba, les populations se regardent en chien de faïence. Chacun voudrait que son candidat soit à la tête de la commune ; et, visiblement, nul ne veut lâcher du lest. Mais, cette divergence sur fond de tension est surtout alimentée par les fils ressortissants de cette sous-préfecture vivant à Coyah et Conakry (dans la région de la Basse Guinée). Ce sont eux, en complicité avec le préfet de Dalaba (Boubacar Barry) et le gouverneur de la région de Mamou (Amadou Oury Lammy Diallo) qui sont accusés d’avoir fait capoter la première « liste consensuelle » qui avait été produite par les populations.

« Lors de la composition de la délégation spéciale, tout le monde s’est retrouvé dans le bureau du sous-préfet. Ils ont échangé et chaque district a fait le choix. Le district de Kourouba (qui était un secteur) a donné une personne, Dalatö une personne, Djinkonya une personne, Kourou-centre, Konkètö, Diabilafata, Böhoko et Dantatö ont donné deux personnes et Djoulala et Kenkégnebatö ont donné deux personnes. C’est cette liste qui a été composée à l’unanimité. Maintenant, dès lors qu’un élément (Mamadou Touré) de Kourou-centre a été à la tête de la liste et que cette liste a été transmise chez le préfet, puis à Conakry (au ministère de l’Administration et de la décentralisation), les gens de Djoulala et Kenkégnebatö, à travers leurs ressortissants à Coyah et Conakry se sont opposés. Ils ont dit qu’on ne peut pas choisir un élément de Kourou-centre et qu’il faut choisir la maire dans un autre district. Et, à Kourou-centre, les gens ont dit que cela est inacceptable », a confié Mamadou Cissé, porte-parole des populations de Kourou-centre et partisan de Mamadou Touré.

En effet, c’est le 25 novembre 2020 que Kourou (jusque-là un district relevant de la sous-préfecture de Ditinn) a été érigé en sous-préfecture avec pour chef-lieu ‘’Kourou-centre’’. Mais, avec ses sept secteurs (devenus aujourd’hui des districts), Kourou seul ne pouvait pas remplir les critères d’une sous-préfecture. C’est ainsi que les districts de Kourouba et Djinkonya (dans la sous-préfecture de Mafara) et Dalatö (dans la sous-préfecture de Ditinn) ont été détachés de leurs sous-préfectures d’origines pour être rattachés au district de Kourou pour finalement former un ensemble qu’on a appelé sous-préfecture de Kourou.

Seulement, ce qui semblait au départ réjouir les populations de Kourou est aujourd’hui devenu une source de tension. Et, pour cause, le nom de celui qui va conduire la commune rurale jusqu’aux prochaines élections communales et communautaires divise et menace la cohabitation pacifique et la cohésion sociale sur place.

Pour avoir lutté pendant des décennies pour que Kourou soit érigé en sous-préfecture, les populations de Kourou-centre estiment qu’il est mieux indiqué que le président de la délégation spéciale vienne de leur rang. Et, elles ont choisi Mamadou Touré.

« Pour ce temps-là, Kourou est une sous-préfecture jeune, ce sont nos parents qui se sont battus, il faudrait que les gens du village (Kourou-centre) soient récompensés en premier lieu. S’il y a des élections, ils peuvent s’entendre entre eux là-bas (Kenkégnebatö, Djoulala et leurs alliés). Mais, pour ce premier temps là, il faut quelqu’un de Kourou-centre ou Djalala ou en tout cas quelqu’un qui vient du district de Kourou d’alors qui était rattaché à la sous-préfecture de Ditinn », a indiqué Mamadou Cissé.

Cependant, cette conception et le choix des habitants de Kourou-centre sont très mal perçus par les populations des autres districts comme Kenkégnebatö, Djoulala et alliés. Ces dernières préfèrent un président en dehors de Kourou-centre. Et, elles ont porté leur choix sur un certain Ousmane Diaby qui est du district de Kourouba (une localité située à dix kilomètres de Kourou-centre). Mais, les populations de Kourou-centre ne veulent pas en entendre parler. Et, la visite du gouverneur de Mamou (soupçonné d’être de connivence avec les gens de Kenkégnebatö, Djoulala et alliés) n’y a rien changé de la situation.

« Le gouverneur de Mamou lui-même a effectué un déplacement à Kourou, les gens se sont réunis, le gouverneur a prononcé le nom de l’élément de Kourou-centre (Mamadou Touré). Mais, les gens de Kenkégnebatö et Djoulala, aidés par certains de leurs alliés, se sont opposés. Le gouverneur est rentré. Après, le préfet a effectué une mission de sensibilisation dans tous les districts pour demander s’ils maintiennent les éléments qu’ils avaient choisis. Tout le monde a confirmé les mêmes personnes. Maintenant, à notre fort étonnement, le préfet, le gouverneur et leurs cabinets se sont permis de modifier cette première liste en choisissant un monsieur (Ousmane Diaby dit Gassama) qui est dans un autre district de Kourouba qui se trouve à dix kilomètres de chez nous (Kourou-centre), comme tête de liste. Ils ont choisi son adjoint dans un autre district encore et laissé carrément le chef-lieu de la sous-préfecture (Kourou-centre). Nous, on ne savait pas ça. Mais, il y a juste une semaine, on nous a dit que le ministre a signé l’arrêté pour la délégation spéciale en choisissant la deuxième liste (celle qui a été modifiée et produite par le préfet de Dalaba et le gouverneur de Mamou). Nous aussi on a dit que si c’est ça, ça ne pourra pas marcher », a expliqué Mamadou Cissé.

Ainsi, pour exprimer vivement leur opposition à la « manigance » qui a porté (sur papier pour le moment) Ousmane Diaby à la tête de la commune rurale de Kourou, les citoyens de Kourou-centre ont manifesté le mardi dernier. Et, ils menacent de continuer ainsi jusqu’à ce que la première liste qui désignait Mamadou Touré comme président de la délégation spéciale soit reconduite par les autorités.

« On ne peut pas trouver des gens comme alliés, les ajouter à nous pour former la sous-préfecture, après quelques éléments de chez nous aillent corrompre d’autres pour les choisir comme chefs. C’est inacceptable. On ne va jamais accepter ça. C’est ce qui a fait qu’il y a eu une grande manifestation au village (Kourou-centre) le mardi. On a adressé des courriers partout, même au président de la République pour dire qu’on s’oppose à ça (la désignation de Ousmane Diaby) », a insisté Mamadou Cissé.

Algassimou Diawné pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin