Des citoyens de Siguiri interpellent le gouvernement : « nous sommes dans un enfer ici »

Depuis plus de trois ans, les habitants de Siguirikoura 1, un quartier de la commune urbaine de Siguiri, vivent un véritable calvaire. Ceux qui ont des véhicules ne peuvent pas les amener chez eux, tandis que les enfants et les vieilles personnes ont du mal à se déplacer même à pied. Ils appellent les autorités guinéennes à intervenir rapidement pour les sortir de cette situation, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lancés il y a quelques années, les travaux de bitumage des routes de Siguirikoura 1 ont suscité une grande joie et beaucoup d’espoir dans cette localité. Mais cet espoir s’est transformé en un véritable cauchemar pour ces citoyens. Les travaux sont à l’arrêt depuis plus de trois ans, et aucune mesure n’est prise pour couvrir les caniveaux qui sont ouverts dans le quartier. En plus de rendre difficile la circulation dans cette partie de la ville, cette situation représente un grand danger pour ses habitants, surtout en saison hivernale.

« Nous sommes dans un enfer ici. La société qui avait la charge d’exécuter les travaux de bitumage des routes est venue creuser des caniveaux devant nos concessions, elle a laissé ces trous ouverts pour partir. Conséquence, les gens ont du mal à se déplacer. A cause de cette situation, ceux qui ont des voitures sont obligés de les garer ailleurs pour rentrer à pied, parce que les voitures ne peuvent pas arriver chez eux. Les vieilles personnes aussi ne peuvent plus aller à la mosquée. Et l’année dernière, pendant l’hivernage, un enfant de 8 ans avait perdu la vie ici dans un caniveau », explique Moussa Keïta, citoyen.

Mamoudou Camara, un autre habitant de Siguirikoura 1, déplore cette situation qui prévaut dans son quartier. Il exhorte les autorités du pays à intervenir rapidement pour les sortir de ce calvaire. « Le président de la République doit nous aider, nous souffrons énormément. Nous avons enregistré des cas de morts ici. Et il y a même certaines écoles du quartier qui sont fermées puisqu’elles sont inaccessibles. Tout cela, parce que les travaux sont arrêtés. Nous avons appris qu’un différend oppose le PDG de l’entreprise en charge des travaux et son partenaire malien, donc nous demandons au chef de l’Etat de nous aider », a-t-il lancé.

A noter que Siguirikoura 1 n’est pas le seul quartier de Siguiri qui souffre de l’arrêt des travaux de bitumage des voiries de la ville. En mars dernier, les jeunes de Bolibana 2 et Fodéba Keïta avaient manifesté pour réclamer l’achèvement de ces travaux.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS