Justice : poursuivi par Titi Camara, Amed Kaloko condamné par le tribunal de Kaloum

Cheik Amed Kaloko, entraîneur national et directeur sportif de l’Académie de football AS MLK, a été condamné hier, mardi 13 juillet 2021, par le tribunal de première instance de Kaloum. Il a été reconnu des faits d’injures et diffamation pour lesquels il était poursuivi par l’ancien footballeur international guinéen et ancien ministre, Aboubacar Titi Camara, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Ce contentieux entre Aboubacar Titi Camara et Cheik Amed Kaloko est parti du transfert d’un jeune joueur qui évoluait au sein de l’Académie du premier par celle du second. Selon M. Kaloko, l’AS MLK a envoyé le jeune footballeur dans un club basé à Istanbul (Turquie) sans savoir qu’il avait déjà un contrat avec l’ancien capitaine du Syli national. Ayant appris cette nouvelle, Titi Camara a écrit au club turc pour lui signifier que le joueur appartenait à son Académie.

« Avant d’envoyer le jeune, Sékouba Camara, nous sommes allés d’abord à la ligue amateur pour vérifier si ce jeune était sous contrat avec l’Académie de Titi Camara. On a trouvé qu’il n’est pas sous contrat. C’est ainsi que l’Association Sportive Marie Louise Kandé (AS MLK) a envoyé le jeune dans un club étranger, à Istanbul. Et après, Elhadj Aboubacar Titi Camara a envoyé une lettre au club pour dire le petit qui est parti est son joueur. Il leur a envoyé aussi l’âge du petit qui ne correspondait pas à celui que nous avions donné au club. Aujourd’hui, le petit a des problèmes à cause de son âge », a expliqué le Cheik Amed Kaloko devant le tribunal de Kaloum.

Après cette réaction de Titi Camara, le directeur sportif de l’Académie de football AS MLK a répliqué à travers une publication sur sa page Facebook. S’adressant à l’ancien ministre ses Sports, il a dit ceci : « vous avez été footballeur international, vous avez joué à Lens, Saint-Étienne, Liverpool, Marseille, vous avez été ministre, mais vous êtes incapable de transférer un joueur qui a joué dans votre club à l’étranger. Ne soyez pas de mauvaise foi pour gâter la carrière du petit ».

Et même si Cheik Amed Kaloko a supprimé ce poste une heure après, selon ses dires, Aboubacar Titi Camara n’a pas digéré cette sortie. Il a porté plainte pour injures et diffamation. Et le prévenu, qui a comparu libre dans cette affaire, a reconnu les faits mis à sa charge, demandant pardon. « Je lui ai demandé pardon. Je suis passé par des personnes comme Antonio Souaré et Lappé Bangoura pour qu’il me pardonne. Et devant votre tribunal aussi, je regrette l’acte et je lui demande pardon », a-t-il dit à la barre.

Des excuses qui n’ont pas suffi à éviter une sanction à M. Kaloko. Le tribunal a reconnu le au prévenu coupable des faits mis à sa charge et l’a condamné à 8 mois d’emprisonnement assortis de sursis et à 8 millions de francs guinéens d’amende.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS