Biro Soumah prévient le pouvoir : « leur intimidation ne passera pas »

Aboubacar Biro Soumah, président du Parti pour le Progrès et le Changement PPC

L’arrestation des opposants Kéamou Bogola Haba, président d’honneur du parti UGDD, et Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée moderne, suscite de la colère au sein du PPC (Parti pour le Changement et le Progrès). Aboubacar Biro Soumah, le président de cette formation politique d’opposition, dénonce une « atteinte grave » aux droits de l’homme et un « grand recul » de la démocratie en Guinée. Il l’a dit dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce jeudi, 15 juillet 2021.

« Hier on était ensemble avec eux à notre cérémonie de signature de la charte de l’ANAD. C’est quelques heures après cette cérémonie de signature, aux environs de 17 heures, qu’on a appris leur arrestation au domicile de Thierno Yaya Diallo, sans aucune convocation. Ils sont allés les cueillir comme des mangues ou des oranges. On les a kidnappés sous l’auspice de Fabou Camara de la DPJ (…). Nous dénonçons cette manière antidémocratique, qui constitue une violation grave des droits de l’homme et des libertés individuelles. Cet autre acte représente un grand recul de la démocratie en Guinée », a déclaré l’opposant.

Le président du PPC et membre de l’ANAD (une nouvelle alliance politique dirigée par Cellou Dalein Diallo) soutient que ces arrestations s’inscrivent dans la logique du pouvoir de faire taire toutes les voix discordantes. Mais, c’est peine perdue, prévient-il.

« Le président Alpha Condé et son clan doivent comprendre que l’ANAD ne va pas se plier comme ils veulent. Nous allons continuer le combat citoyen. Nous allons résister, nous allons continuer le combat jusqu’à ce que la Guinée retrouve le chemin de la démocratie. Il n’y aura pas de recul. Quelle que soit leur intimidation, quelles que soient les violences qu’ils vont exercer, nous allons résister, en utilisant tous les moyens légaux », a dit Aboubacar Biro Soumah.

A rappeler que Thierno Yaya Diallo, le président du parti Guinée moderne, a été libéré tard la nuit. De son côté, Bogola Haba a été placé en garde à vue à la direction centrale de la police judiciaire. Poursuivi pour atteinte aux intérêts de la nation, offense au Chef de l’Etat, troubles à l’ordre public entre autres, l’opposant a été auditionné ce jeudi, en présence de ses avocats. Ces derniers disent attendre la fin du travail de la police judiciaire pour savoir la suite du dossier.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS