TPI de Dubreka : le juge Alphonse Charles Wright et le procureur Israël Kpogomou prennent fonction

Nommés en début de weekend dernier à la tête du tribunal de première instance de Dubréka, les magistrats, Alphonse Charles Wright et Abdoulaye Israël Kpogomou, respectivement président par intérim et procureur de la république par intérim, ont pris fonction hier, mercredi 14 juillet 2021. C’était à la faveur d’une cérémonie organisée dans la salle d’audience dudit tribunal, en présence d’une forte délégation du ministère de la justice et des autorités administratives de Dubréka, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ces deux magistrats, Alphonse Charles Wright et Abdoulaye Israël Kpogomou, étaient jusque-là respectivement juge au tribunal de première instance de Dixinn et substitut du procureur au tribunal de première instance de Kaloum. Désormais, ils ont les commandes du tribunal de première instance de Dubréka. Et, à l’occasion leur installation dans leurs nouvelles fonctions, ces hommes en robe ont été invités à faire honneur à la justice à Dubréka.

Saïdou Keita, premier président de la cour d’appel de Conakry

« Dubreka mérite d’avoir une justice qui fonctionne normalement, une justice digne de ce nom. C’est pourquoi le ministre de la justice a choisi des magistrats conséquents, des magistrats sérieux, pour venir présider la destinée de la juridiction. Donc, c’est un choix notable. La population de Dubréka je vous invite à les encadrés, je vous demande de les assister, je vous demande de les aimés, on vous les confie, parce que ça vous paraît un choix très humble », a dit Saïdou Keïta, le premier président de la Cour d’Appel de Conakry.

Prenant la parole, Alphonse Charles Wright, le nouveau président du TPI de Dubréka, a demandé à ses nouveaux collègues d’être fidèle à la loi et d’éviter de troquer la justice contre de l’argent ou des parcelles de terre.

Alphonse Charles Wrigth, président par intérim du tribunal de première instance de Dubréka

« Je demande à des collègues une seule choses, c’est de s’efforcer davantage à beaucoup plus de professionnalisme dans la gestion des dossiers. Vous avez vu autour de moi des dossiers qui sont en attente d’être examiner. Donc, nous allons nous attelé à l’examen de ces dossiers dans les jours à venir. Mais, je demande tout simplement d’éviter d’être nous même les auteurs de cette crise de confiance. Je ne rends pas ma décision, il faut que tu me donnes deux parcelles ; ça ce n’est pas le rôle du magistrat. Viens me voir, tu as combien ? Ce n’est pas le rôle d’un magistrat. Le magistrat n’est pas un commerçant. Le rôle qu’incombe le magistrat, c’est le respect strict de son serment qui n’est pas un simple protocole. Par lequel serment, il s’est engagé devant le peuple de rendre une justice. Ce qui suppose, qu’il doit être loyal vis-à-vis de la loi. La loyauté du magistrat vis-à-vis de la loi aussi l’impose à éviter de par son agissement, de par son comportement, que le citoyen lambda qui se dit qu’il n’a pas d’argent puisse perdre un procès parce qu’il est en face de quelqu’un qui a beaucoup plus de moyens. La justice devient  un symbole d’équilibre s’il faut le qualifier ainsi. Ce symbole d’équilibre suppose que les acteurs que nous sommes, je vais parler des greffiers, des magistrats, des fonctionnaires qui évoluent avec nous, que nous puissions prendre la mesure de notre responsabilité », a dit ce magistrat de siège.

S’adressant aux citoyens et aux autorités administratives de Dubréka, Charles Wright s’est rassurant. Il a également promis une « gestion transparente des affaires » dans cette juridiction.

« Je veux que cette population de Dubréka sache que nous sommes là pour elle. Vous pouvez compter sur nous dans la gestion transparente des affaires dont nous serons saisis.

Aux autorités administratives, à l’occurrence monsieur le préfet, que ça soit la justice, que ça soit les autorités administratives, nous œuvrons tous pour une seule mission. C’est la mission de l’Etat. Cette mission de l’Etat nous impose l’humilité, nous impose la responsabilité. Nous équipe rentrant, nous tendons une main franche à toutes les autorités, à toutes la population de Dubreka » a lancé Alphonse Charles Wright.

De son côté, Abdoulaye Israël Kpogomou, le nouveau procureur de Dubréka, a promis « une rigueur extrême » dans le travail.

Abdoulaye Israël Kpogomou, procureur de la République près le tribunal de première instance de Dubréka

« Nous allons renforcer les acquis que nous avons trouvé ici, et corrigé les imperfections que nous allons constater. Et cela va se faire dans une rigueur extrême. C’est ce que j’ai dit au ministre de garde de Sceaux. Je l’ai dit, monsieur le ministre garde de Sceaux, vous avez eu l’amabilité de me designer en tant que procureur de la République par intérim, mais sachez que vous allez recevoir beaucoup de plaintes en terme de rigueur. Parce que les gens se plaindront, ils diront que je fais montre de trop de rigueur. Ce n’est pas un défaut, j’ai été formé dans la rigueur et j’ai eu la chance en tant qu’autorité civile d’étudier dans les académies militaires et paramilitaires. C’est pourquoi mon travail est toujours empreint d’une rigueur extrême. En ce qui concerne les autorités civiles et administratives de Dubréka, je vous tends une main franche. Et monsieur le préfet ici présent, je vous promets que je vais travailler avec vous en étroite collaboration,  dans le respect scrupuleux des textes de loi qui gouvernent nos activités », a dit Abdoulaye Israël Kpogomou.

S’adressant aux services de police judiciaire, ce parquetier leur donne l’assurance de les traiter avec tous les égards. Mais, il a aussi prévenu qu’il sera intraitable en ce qui concerne le respect strict des textes de loi.

« En ce qui concerne les services de police judiciaire, monsieur l’avocat général a été clair, j’ai été nommé dans des circonstances exceptionnelles afin de venir unifier le parquet pour que le parquet de Dubréka parle d’une seule voix. Sur ce, je voudrais que notre collaboration soit basée sur le respect strict des dispositions du Code de procédure pénale. Je vais vous traiter avec tous les égards qu’il faut, mais je serai intraitable en ce qui concerne le respect des textes de loi. A commencé par la loyauté dans la collaboration, le respect de délais légal de garde à vue, la gestion des affaires pénales, sachez que je serais très regardant. Et je profite l’occasion pour le dire. Je viens dans un ressort judiciaire où le contentieux fonciers est très important. Tout le monde le sait. C’est pourquoi je vais mettre en place une politique pénale adaptative très rigoureuse afin que les litiges pénaux que nous allons connaître aient un aboutissement conformément à la loi », a prévenu Abdoulaye Israël Kpogomou. 

A noter que le président du tribunal de première instance de Dubréka, Alphonse Charles Wright a été installé dans ses nouvelles fonctions par le premier président de la Cour d’Appel de Conakry, Saïdou Keïta ; et, le procureur de la République Abdoulaye Israël Kpogomou a été installé par l’avocat général près la Cour d’Appel de Conakry, monsieur Falou Doumbouya.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS