Assassinat du commissaire Pascal Bangoura : les accusés devant la Cour d’appel de Conakry

Lourdement condamnés par le tribunal de première instance de Dixinn, les deux auteurs présumés de l’assassinat du commissaire de police Pascal Bangoura clament toujours leur innocence. Ils sont désormais devant la Cour d’appel de Conakry pour s’expliquer sur cette situation. Leur procès en appel s’est ouvert ce vendredi, 23 juillet 2021, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est dans la nuit du 1er décembre 2013 que le commissaire divisionnaire Pascal Bangoura, à l’époque commissaire central de Sonfonia, a été attaqué par des hommes armés, à Sonfonia (un quartier de la haute banlieue de Conakry), alors qu’il était avec une fille dans sa voiture. Les assaillants ont tiré sur lui et se sont enfuis avec son véhicule RAV4, ses deux téléphones portables et de l’argent, laissant l’officier de police grièvement blessé et la fille sur les lieux. Peu de temps après, le commissaire Bangoura a succombé à ses blessures sur la route de l’hôpital.

Les enquêtes ouvertes, qui ont consisté notamment au traçage de ses téléphones portables, ont conduit à l’arrestation d’Abdoulaye Barry alias « Ndagawal » (La flèche), Abdoulaye Djibril Diallo alias « Bobo Hong Kong » et Mamadou Diaby alias « Bidia ». Inculpés pour « association de malfaiteurs, vol à main armée,  assassinat et complicité », ils ont été placés sous mandat de dépôt le 6 janvier 2014.

A l’issue de leur procès, le 15 janvier 2018, le tribunal criminel de Dixinn a reconnu les deux premiers coupables des faits mis à leur charge, les condamnant à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 30 ans, mais aussi au paiement d’un montant de 300 millions de francs à titre de réparation. Quant à Mamadou Diaby alias « Bidia », le tribunal l’a acquitté et a ordonné sa libération immédiate.

N’étant pas d’accord avec leur condamnation, Abdoulaye Barry alias « Ndagawal » et Abdoulaye Djibril Diallo alias « Bobo Hong Kong » ont, à travers leurs avocats : Me Labila Michel Sonomou et Me Mohamed Abou Camara, interjeté appel contre cette décision du TPI de Dixinn. A l’ouverture de leur procès, ce vendredi 23 juillet 2021, les accusés ont rejeté en bloc les faits mis à leur charge, assurant ne rien savoir dans cette affaire.

« Je ne connais pas le commissaire Pascal Bangoura, je n’ai pas participé à son assassinat. Je ne sais pas où il a été assassiné et comment il a été assassiné. Moi, c’est un téléphone que j’ai acheté à 22 heures à la cimenterie, c’est à cause de ce téléphone qu’on m’a arrêté. Mais je ne savais même pas que c’est un téléphone volé, je ne connais rien dans cette affaire », a déclaré Abdoulaye Djibril Diallo.

Même son de cloche chez Abdoulaye Barry : « je n’ai jamais travaillé avec Abdoulaye Djibril Diallo. Comme nous sommes tous des taximen, il m’a trouvé une fois à la cimenterie, me disant qu’il avait deux téléphones à revendre. Mais je n’ai pas acheté ces téléphones et je ne l’ai pas aidé à les revendre. Je n’ai même pas touché aux téléphones à plus forte raison les utiliser. Et  aucun téléphone n’a été saisi sur moi. Je ne connais rien en ce qui concerne l’assassinat de ce commissaire », a-t-il assuré.

Après les dépositions des accusés, la cour a renvoyé l’affaire au 30 juillet prochain pour les réquisitions et plaidoiries.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS