Dalaba : le préfet rassure les candidats à l’examen d’entrée en 7ème année

31 juillet 2021 à 21 09 37 07377

Comme partout ailleurs, les épreuves du certificat de fin d’études élémentaires ont débuté ce samedi, 31 juillet 2021, à Dalaba. C’est le préfet, Elhadj Boubacar Barry, en compagnie du maire de la commune urbaine, Elhadj Ibrahima Dalaba Diallo, et des autorités éducatives, qui a procédé au lancement officiel de cet examen national. L’autorité préfectorale en a profité pour rassurer et encourager les candidats, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Elhadj Ibrahima Dalaba Diallo, maire de la commune urbaine de Dalaba

« Chers enfants, nous vous félicitons et vous remercions pour votre engagement. Considérez cet examen d’entrée en 7ème année comme une simple évaluation. Lisez bien les sujets avant de les traiter. Soyez sereins, n’ayez pas peur, les épreuves seront faciles. Les autorités locales sont très fières de vous. Vous êtes sortis sous la pluie pour venir, cela démontre que vous êtes des enfants déterminés. Notre souhait le plus absolu, c’est de vous voir réussir », a dit Elhadj Boubacar Barry, tout en demandant aux surveillants de faire correctement leur travail.

Abondant dans le même sens, le maire de Dalaba a appelé les candidats à garder la sérénité et à travailler calmement, afin d’avoir un résultat satisfaisant. A noter que pour cet examen d’entrée en 7ème année, ils sont au total 3.324 candidats dont 1.592 filles repartis dans les 17 centres d’examen de la préfecture de Dalaba.

De Dalaba, Boubacar Ramadan Barry pour Guinematin.com

Tél. : 625698919/657343939 

Lire

Examen d’entrée en 7ème année : 5 125 candidats affrontent les épreuves à Faranah

31 juillet 2021 à 21 09 22 07227

Ils sont 5 125 candidats dont 1.731 filles à affronter les épreuves du certificat de fin d’études élémentaires (CEE) dans les 27 centres d’examen de la préfecture de Faranah. Les autorités administratives, communales et éducatives se sont réunies à l’école primaire Sallé Laye Samoura pour procéder au lancement officiel de cet examen national, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

A cette occasion, monsieur Sinè Magassouba, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, à la préfecture de Faranah a adressé un message aux candidats.

Sinè Magassouba, secrétaire général chargé des collectivités décentralisées

« Ce que nous disons aux candidats, c’est de savoir qu’on n’est pas contre eux, mais qu’on est à la recherche de bons futurs cadres qui doivent diriger les destinées de ce pays. Nous les invitons à éviter la fraude et à observer la discipline dans les salles. Et nous mettons l’occasion à profit pour remercier les braves enseignants qui ont formé les élèves à tous les niveaux du début jusqu’à maintenant », a dit Sinè Magassouba.

Sayon Didi Oularé, Directeur préfectoral de l’éducation

De son côté, le directeur préfectoral de l’éducation, Sayon Didi Oularé, a mis en garde contre toute tentative de fraude. « Je demande aux élèves de niveau supérieur et aux parents d’élèves de ne pas s’approcher des centres d’examen, de laisser les candidats travailler en paix. Quant aux enseignants, celui qui sera pris en complicité de fraude, il sera non seulement éliminé, mais aussi il aura des problèmes. Si nous prenons aussi un parent d’élève dans une situation de fraude, il sera conduit à la police », a prévenu le DPE de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 00224620241513/660272707

Lire

3 jours de déjeuner : Macka Bah offre à manger aux candidats de Condétta1 (Kindia)

31 juillet 2021 à 21 09 08 07087

C’est à la fois une marque de soutien et de reconnaissance pour Mamadou Macka Bah à l’endroit de cet établissement qui a bercé son enfance et façonné son esprit d’apprenant. Cet ancien élève de l’école primaire de Condétta1 (dans la commune urbaine de Kindia) et ancien président de la GUICA NY-NJ-CY offre à manger à tous les candidats qui affrontent dans cet établissement scolaire les épreuves du Certificat d’études élémentaires entamé en Guinée. Cet examen doit durer trois jours ; et, durant toute cette période d’évaluation, les 540 candidats qui se retrouvent dans cette école auront droit à du pain, du sandwich et du jus, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants à Kindia.

Ce geste (ce déjeuner) hautement salutaire de cet ancien élève de Condetta1 a démarré dans la matinée de ce samedi, 31 juillet 2021, avant le lancement de la première épreuve du CEE. Il a touché tous les candidats et a été élargi aux encadreurs et surveillants de ce Centre d’examen. Mais, apparemment, ce déjeuner n’est que le premier pas d’un geste humanitaire très ambitieux et dont la finalité est la création de cantine scolaire dans les établissements scolaires de la ville des agrumes. Cette idée était un rêve d’enfance ; et, aujourd’hui, Mamadou Macka Bah compte faire de son rêve une réalité au bénéfice de ses jeunes frères et sœurs de Kindia. Et, cela est hautement salué par Ibrahima Kaba, le directeur de l’école primaire de Condetta1.

Ibrahima Kaba, Directeur de l’école primaire de Condetta1

« Mamadou Macka Bah est un ancien élève de cette école. Il veut mettre une cantine scolaire en place ; mais, tout en commençant sur ce geste salutaire. Il a offert du pain, du sandwich et du jus aux candidats et encadreurs pendant les 3 jours du CEE. C’est une reconnaissance envers l’école ; car, c’est ici qu’il a fait ses débuts. C’est pour accompagner aussi les élèves durant ces trois jours d’examen, parce que nous savons tous que la plus part de ces enfants viennent sans déjeuner. Et, quand on a faim, on ne peut pas travailler correctement. Il m’a dit que depuis qu’il était sur le banc, il a pris l’engagement de venir en aide à ses frères quand il aura les moyens. Et, c’est  ce qu’il est en train de faire. Donc, nous sommes très ravis de ses actes et nous le remercions infiniment. Aux autres de faire comme lui ; car, nous venons tous d’une école. Beaucoup aussi ont fait leur preuve en faisant la clôture de l’école. Donc, c’est une réjouissance totale pour l’encadrement », a indiqué Ibrahima Kaba.

De son côté, Mohamed Camara, professeur de Géographie et surveillant du CEE à Condetta1, a laissé entendre que ce déjeuner gratuit est stimulant qui va encourager davantage les candidats de ce Centre à se concentrer sur leur évaluation. Car, ils n’auront aucun souci concernant leur restauration.

Mohamed Camara, Pr. de Géographie et surveillant du CEE à Condetta1

« En tant que surveillant, mais surtout en tant que parent, nous sommes très fiers, nous ne ferons que remercier monsieur Bah pour ce geste très significatif. Certains élèves quittent chez eux sans déjeuner alors qu’ils feront face à des sujets. Mais, s’ils savent qu’il y a quelque chose à grignoter après le premier sujet, ils feront le deuxième avec une tête tranquille. Donc, on remercie ce monsieur, que Dieu le protège et que d’autres aussi agissent comme lui. Ce geste est très salutaire, car tous les élèves, les différents surveillants et encadreurs de ce centre bénéficieront de ce déjeuner durant les trois jours », a dit Mohamed Camara.

Ce samedi, c’est à 7 heures20’ que le premier repas a été servi. Et, c’est la candidate Zeinab Diallo qui a été la première bénéficiaire.

Zenab Diallo, candidate

« J’apprécie ce déjeuner. Cela m’encourage de plus à bien travailler », a-t-elle dit, tout en exprimant sa gratitude au donateur, Mamadou Macka Bah.

Egalement, très satisfaite du déjeuner, la candidate Madeleine Tolno a prié pour la longévité de Mamadou Macka Bah.

Madeleine Tolno, candidate

« Ce déjeuner nous a fait du bien. Ce n’est pas tout le monde qui gagne un tel déjeuner. On dit merci à celui qui nous a offert ce sandwich et ce jus. Que Dieu lui donne longue vie et beaucoup d’argent », a-t-elle béni.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628516951

Lire

Examen d’entrée en 7ème A à Siguiri : l’épreuve de Géographie lancée en retard au ‘’Centre Mamadi Keïta’’

31 juillet 2021 à 16 04 55 07557

Comme annoncé précédemment, le Certificat d’études élémentaires (CEE) a démarré ce samedi, 31 juillet 2021, en Guinée. Dans la préfecture de Siguiri des couacs ont été enregistrés au ‘’Centre Mamadi Keïta’’ dans le déroulement de cet examen. L’épreuve de ‘’Dictée et questions’’ était incomplète ; et, le lancement de l’épreuve de Géographie y a accusé un retard de plus d’une heure, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans cette zone minière.

Selon nos informations, dans ce Centre d’examen situé dans la commune urbaine de Siguiri, l’épreuve de ‘’Dictée et questions’’ qui a été présentée en premier lieu aux candidats comportait trois questions. Mais, vers la fin du temps imparti pour ce sujet, le délégué dudit centre a sorti une autre copie de la même épreuve qui, cette fois, comportait quatre questions.

Egalement, dans le même centre, nos sources (des surveillants qui ont requis l’anonymat) rapportent que l’épreuve de Géographie n’a été lancée qu’à 12 heures30’ (au lieu de 11 heures).

« Il y a eu des défaillances pour cette première journée. D’abord le sujet de dictée qu’on a reçu dans la salle comportait 3 questions. Et, vers la fin de l’épreuve, le délégué nous a signalé qu’une quatrième question reste. Mais, cette question ne se trouvait pas sur le sujet qu’il nous a distribués, il a fait sortir une autre copie qui comportait la quatrième question. Après l’épreuve de dictée, le délégué a réaménagé le centre. On avait 5 salles, il réaménagé en 6 salles. Aussi, les épreuves de géographie ont été lancées à 12 heures30’, au-lieu de 11 heures. Pendant que les autres centres sortaient, nous nous prenions les sujets au tableau », a confié une source sous anonymat.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guinnematin.com

Lire

Guinée-Angola : voici ce qui va changer (communiqué conjoint)

31 juillet 2021 à 15 03 22 07227

 À l’invitation de son frère et ami, son excellence Pr Alpha Condé, président de la république de Guinée, son excellence João Manuel Gonçalves Lourenço, président de la république d’Angola, accompagné par madame la première dame d’Angola et à la tête d’une importante délégation gouvernementale a effectué une visite officielle en république de Guinée, le 29 juillet 2021. Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations traditionnelles d’amitié et de coopération qui a toujours existé entre les deux pays.

Les deux chefs d’État ont eu des entretiens en tête-à-tête qui se sont déroulés dans une atmosphère de parfaite cordialité et de compréhension mutuelle sur des questions d’intérêt commun tant sur le plan bilatéral, régional, et international. Au cours de leur entretien, les deux chefs d’État ont échangé des informations relatives à la situation sociopolitique, économique et sécuritaire de leurs pays respectifs. 

À l’occasion, le Pr Alpha Condé s’est réjoui des avancées remarcables enregistrées en république d’Angola depuis l’accès de son excellence João Laurenço à la magistrature suprême de son pays. Par ailleurs, il a salué le rôle comme bien important que joue son excellence João Manuel Laurenço tant sur le plan économique que sur le règlement des crises et l’apaisement des foyers de tension dans la région des grands lacs en sa qualité de président en exercice de la conférence internationale sur la région des grands lacs et sur le reste du continent africain. Il a profité pour féliciter la république d’Angola qui assume avec succès la présidence en exercice de la communauté des pays de langue portugaise pour une période de deux ans. 

Son excellence, João Manuel Gonçalves Lourenço a, à son tour, rappelé l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre la république de Guinée et la république d’Angola depuis plusieurs décennies. Il a magnifié le sacrifice consentit par le peuple de Guinée à travers le feu président Ahmed Sékou Touré dans la lutte de libération de l’Angola.

Son excellence João Gonçalves Laurenço a, par la suite félicité son frère et ami, son excellence Professeur Alpha Condé, pour sa brillante réélection à la magistrature suprême de son pays et pour ses nombreuses initiatives et reformes entreprises en Guinée pour l’amélioration des conditions de vie des populations et pour le développement socioéconomique de la Guinée. Il l’a finalement félicité pour la présidence actuelle de la Guinée du groupe des 77 plus la Chine. il l’a souhaité une excellente réussite ainsi que son leadership dans le cadre des énergies renouvelables en Afrique. 

Au plan bilatéral, les deux chefs d’État ont apprécier les relations séculaires d’amitié et de coopération entre les deux pays et se sont engagés à insufflé une nouvelle dynamique à celle-ci. Ils ont décidé de promouvoir une coopération mutuellement avantageuse dans les domaines présentant un intérêt commun pour les deux pays. Pour se faire, les deux chefs d’État ont instruit leurs ministres des affaires étrangères de procéder à l’évaluation de l’état de la coopération entre les deux pays. 

À cet égard, les deux parties se sont convenus de la tenue de la deuxième session de la commission mixte de coopération à Conakry dont la date sera fixée par voie diplomatique. Au regard du contexte sécuritaire dégradant et la multiplication des mouvements terroristes et intégristes en Afrique et dans le monde. 

Leur excellence, Professeur Alpha Condé et João Gonçalves Lourenço se sont engagés à instruire leurs ministres concernés d’explorer les opportunités de coopération. Notamment dans le domaine militaire et sécuritaire à travers la formation et le renforcement de capacités, l’échange des informations et de renseignements, de sécurisation des frontières, la circulation illicite des armes légères et les petits calibres.

En outre, les délégations des deux pays ont eu des échanges fructueux dans divers domaines dont les affaires étrangères, la défense et la sécurité, les questions migratoires, la justice, l’éducation, les investissements publics et privés, les mines, le transport, l’agriculture, l’élevage, la pêche, le pétrole et le gaz, ainsi que dans le domaine de la santé. 

Les ministres des affaires étrangères des deux pays ont procédé à la signature du mémorandum d’enttente portant sur la consultation politique. Les deux hommes d’État ont mentionné les énormes opportunités économiques qu’offrent leur pays respectifs. Ils ont ainsi invité les opérateurs économiques guinéens et angolais a créé un partenariat gagnant gagnant en vue de renforcer et de diversifier les échanges entre les deux pays. 

Abordant la crise sanitaire, les deux chefs d’État se sont réjouis des stratégies mises en place dans leurs pays respectifs dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la COVID-19 qui sévit encore dans le monde et ont insisté sur la nécessité d’un accès équitable aux vaccins. 

Au plan Africain, les deux chefs d’État ont apprécié l’évolution significative de la démocratie sur le continent. Ils ont cependant déploré la persistance des foyers de tension dans certains pays ainsi que la montée en puissance du terroriste et l’intégrisme religieux et la circulation des armes légères et les  petits calibres qui freinent le développement. À cet effet, ils ont condamné les attentats terroristes récurrents à l’est de la république démocratique du Congo, au Burkina Fasso, au Mali, au Tchad, au Nigeria, au Niger et au Mozambique. Les deux chefs d’État se sont engagés à une meilleure coordination de leur action sous l’égide de l’Union africaine pour créer les conditions favorables à la paix et à la sécurité régionale et internationale. 

Leur excellence, le professeur Alpha Condé et João Manuel Gonçalves Laurenço ont réitéré leur engagé en faveur de la défense et de la promotion des intérêts de l’Afrique et se sont félicités des positions concertées des chefs d’État de l’Union africaine visant à parler d’une seule voix sur l’ensemble des problèmes régionaux et internationaux. Les deux chefs d’État ont appelé leurs pairs à la mise en œuvre de l’agenda 2063 et des reformes engagés au niveau de l’Union africaine en faveur desquelles ils ont réaffirmé leurs soutiens.

Ils se sont également réjouis du lancement de la première phase de l’accord sur la zone de libre-échange continental africain. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et de la sauvegarde de l’environnement, les deux hommes d’État ont réitéré leur soutien à la mise en œuvre de l’accord de Paris et ont invité la communauté internationale au respect des engagements pris à cet effet. 

Durant son séjour, son excellence João Gonçalves Laurenço a effectué une visite au port autonome de Conakry et à l’usine de condiments bravo ainsi qu’une rencontre de courtoisie aux anciens combattants guinéens de la guerre de libération de l’Angola. Le  président Lourenço a été élevé à la dignité de grand-croix de l’ordre national du mérite de la république de Guinée. 

Au terme de sa visite en Guinée, son excellence João Gonçalves Laurenço a remercié son excellence, le professeur Alpha Condé, président de la république de Guinée, le gouvernement et le peuple de Guinée pour la qualité de l’accueil, l’hospitalité généreuse et fraternelle dont lui-même et sa délégation ont fait l’objet durant leur séjour.

Son excellence Gonçalves Laurenço, président de la république d’Angola a adressé une invitation à son frère et ami, professeur Alpha Condé a effectué une visite officielle en République d’Angola. Le professeur Alpha Condé, président de la république de Guinée a accueilli favorablement cette invitation dont la date sera fixé ultérieurement en commun accord par voie diplomatique. 

Fait à Conakry, le 30 juillet 2021

Pour le gouvernement de la République de Guinée, son excellence Dr Ibrahima Kalil Kaba, ministre des affaires étrangères et les guinéens de l’étranger.

Pour le gouvernement d’Angola, son excellence, Tété Antonio, ministre des relations extérieures.

Lire

Lancement du CEE à Labé : « c’est la valeur individuelle que nous cherchons », dit le député Thierno Aliou Mosquée

31 juillet 2021 à 15 03 07 07077

Comme annoncé précédemment, le Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE) a démarré ce samedi, 31 juillet 2021, sur toute l’étendue du territoire national. A Labé, c’est le député Thierno Aliou Mosquée Diallo qui a donné le coup d’envoi de cet examen au ‘’Centre Wouro’’. Le parlementaire a mis à profit cette occasion pour prodiguer des conseils candidats, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant de la préfecture de Labé.

C’est à 9 heures que l’enveloppe de l’épreuve de ‘’Dictée et questions’’ a été ouverte au Centre Wouro, dans la commune urbaine de Labé, devant les autorités administratives et éducatives de la ville. La directrice préfectorale de l’éducation, Hadja Aïssatou Diouldé Diallo, a saisi cette opportunité pour inviter les candidats à la sérénité et au sérieux pendant cette période d’évaluation qui s’étale sur trois jours.

Hadja Aissatou Diouldé Diallo, Directrice préfectorale de l’éducation de Labé

« Chers candidats, ce que vous devez faire aujourd’hui, c’est une évaluation continue. Si dans la salle de classe vous appelez cela une interrogation écrite, ici nous appelons cela examen d’entrée en 7ème année. Donc, n’ayez pas peur, ayez l’esprit tranquille, faites comme si vous êtes avec votre maitre de 6ème année, soyez serins. Quand vous avez un sujet devant vous, lisez le attentivement, essayez de le comprendre avant de le traiter. Le programme d’enseignement a été enseigné je peux dire à hauteur de 99%. Je sais déjà d’avance que je peux compter sur vous, par ce qu’il n’y aura pas de téléphone dans les salles de classe, il n’y aura pas de fraude, il n’y aura pas de papiers compromettants. A part l’appareil détecteur de métaux, il y aura aussi des fouilles corporelles systématiques pour empêcher toute fraude », a indiqué Hadja Aissatou Diouldé Diallo.

En procédant au lancement de la première épreuve de cet examen, le député uninominal de Labé, Thierno Aliou Mosquée Diallo, a prodigué d’utiles conseils aux candidats.

« Chers candidats, l’examen d’entrée en 7ème année est un examen national. Et, comme il est national, c’est la valeur individuelle que nous cherchons. Le conseil que j’ai à vous donner, une fois que le sujet lancé, n’ayez aucune inquiétude, prenez le temps de le lire, de faire la relecture et chercher de le comprendre. Ne perdez pas de vue que le cahier de brouillon n’ira pas au centre de correction. C’est votre copie qui ira. Donc, ne perdez pas de temps, ce que vous avez mis dans le cahier de brouillon, essayez de répertorier ça dans la feuille d’examen. Et, rassurez-vous que vous avez déjà porté votre PV, sinon il ne sera pas facile de reconnaitre celui qui a traité le document », a conseillé Thierno Aliou Mosquée Diallo, tout en souhaitant bonne chance à tous les candidats.

A noter que dans la région de Labé, ils sont 17068 candidats dont 9121 filles (au compte de l’enseignement général) et 742 candidats dont 416 filles (au Franco-arabe) ; soit un total de 17810 candidats dont 9537 filles à affronter les épreuves du CEE. Et, ces candidats sont repartis dans 126 centres.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Le préfet de Kankan aux candidats au CEE: « c’est à partir de là qu’il faut éviter de frauder »

31 juillet 2021 à 15 03 03 07037

11.352 candidats dont 4.076 filles affrontent les épreuves du certificat de fin d’études élémentaires (CEE) dans les 49 centres d’examen de la préfecture. C’est le préfet, Amara Lamine Soumah, qui a procédé au lancement officiel de cet examen national ce samedi, 31 juillet 2021, au lycée-collège Marien N’Gouaby, en présence des autorités éducatives de la préfecture. Il a mis l’occasion à profit pour appeler les candidats à la sérénité et à éviter à toute forme de fraude, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Amara Lamine Soumah, préfet de Kankan

« Aujourd’hui, vous quittez une étape pour une autre, du primaire au secondaire. Mais, au niveau du premier cycle, chaque année vous faites une évaluation pour passer en classe supérieure, c’est la même chose que cet examen. La seule différence, c’est que vous êtes surveillés par des cadres qui ne sont pas vos maîtres. Cela ne doit pas vous ébranler, il faut être serein. Gardez votre sang-froid  comme d’habitude, menez à bien le traitement de vos sujets pour ne pas qu’il y ait des perturbations à votre niveau. Vous êtes à votre premier examen national, et c’est à partir de là qu’il faut éviter de frauder », a lancé le préfet de Kankan, Amara Lamine Soumah.

Le certificat de fin d’études élémentaires s’étendra sur trois jours (samedi, dimanche et lundi). C’est le dernier examen national de cette année scolaire 2020-2021.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Boké : 12 620 candidats affrontent les épreuves de l’examen d’entrée en 7ème année

31 juillet 2021 à 14 02 09 07097
Mohamed Camus Camara, 1er vice maire de la CU Boké

C’est parti pour les épreuves du certificat de fin d’études élémentaires (CEE). A Boké, 12. 620 candidats dont 5.749 filles affrontent ces épreuves pour tenter de décrocher une place au collège. Et, c’est le premier vice maire de la commune urbaine qui a procédé au lancement officiel de cet examen national, au lycée Filira, en présence des autorités éducatives de la préfecture.

Mohamed Camus Camara a mis l’occasion à profit pour inviter les candidats à la sérénité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Boké.

« Soyez sereins, n’ayez pas peur. Car c’est une simple évaluation, c’est la restitution de ce que vous avez appris au cours de l’année. Nous comptons entièrement sur vous pour faire comme vos aînés du Bac et du BEPC pour que l’examen se passe dans les meilleures conditions, pour honorer notre ville. Je souhaite bonne chance à tous les candidats », a dit le vice-maire de Boké.

Elhadj Dembo Amirou Dramé le DPE de Boké

C’est sous une pluie battante que la première épreuve de l’examen d’entrée en 7ème année a été lancée à Boké. Beaucoup d’élèves sont arrivés complètement trempés dans leurs salles. « Je suis vraiment désolé pour ces enfants. C’est vrai que beaucoup sont mouillés, mais on ne peut rien contre ça. Je ne peux que les encourager », a dit le DPE de Boké, Elhadj Dembo Amirou Dramé, tout en souhaitant que cet examen se déroule sans problèmes.

Djata Keita, délégué au centre Hamdallaye

De son côté, Djata Keïta, délégué au centre de Hamdallaye, salue le constat qui prévaut sur le terrain en ce début du CEE. « Dieu merci, malgré la pluie, les candidats et les surveillants sont là au grand complet. Nous avons déjà entretenu tout le monde depuis hier. On a demandé aux enfants d’être sages et aux surveillants de respecter les principes. En tout cas, nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour la réussite de cette évaluation ».

A noter que 12.620 candidats de la préfecture de Boké sont répartis dans 433 salles et encadrés par 868 surveillants.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com 

Tel: 628-98-49-38

Lire

Le préfet Saa Yola Tolno aux candidats du CEE à N’zérékoré : « comptez exclusivement sur vous-mêmes »

31 juillet 2021 à 13 01 41 07417

Comme annoncé précédemment, le dernier virage des examens nationaux de cette année en Guinée a été entamé ce samedi, 31 juillet 2021, avec le lancement du Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE). Dans la préfecture de N’zérékoré, 11904 candidats dont 5025 filles affrontent les épreuves de cet examen qui ouvre la porte du Collège. Ces candidats sont répartis dans 38 centres (dont 16 en zone urbaine) et ils composent sous l’œil vigilant de 804 surveillants, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

Dans cette capitale de la région forestière, c’est le préfet Saa Yola Tolno qui a donné le coup d’envoi de la première au ‘’Centre Dramé Oumar’’. Et, devant les élèves de la salle 11 où il a ouvert l’enveloppe, l’autorité préfectorale de N’zérékoré s’est improvisé en conseiller pour les candidats.

Saa Yola Tolno, préfet de N’zérékoré

« L’examen de passage en 7ème année n’est pas une chose extraordinaire. C’est comme si vous faisiez les compositions. Le seul message qu’on peut  vous dire ici c’est d’être sérieux,  de compter exclusivement sur vous-mêmes, de ne pas copier, de ne pas utiliser de téléphones, d’être confiant en vous-mêmes, mais de ne surtout pas se sentir  traumatiser. Il faut être serein. Vous serez surveiller, mais la surveillance ne doit pas vous bouleverser. Vous devez vous concentrer pour réussir pleinement. Travaillez correctement, sérieusement, en respectant le comportement moral. Il vaut mieux échouer dignement que de gagner malhonnêtement. Nous voulons que vous tous soyez admis. Donc, nous vous souhaitons bonne chance », a dit Saa Yola Tolno.

De son côté, le directeur préfectoral de l’éducation de Nzérékoré, Moussagbè  Diakité, a rappelé les consignes qui régissent cette année les examens en Guinée.

Moussagbè Diakité, DPE de N’zérékoré

« Cette année, pour la première fois, nous utilisons les détecteurs de téléphones ; et, conformément aux règlements généraux qui régissent l’organisation des examens en République de Guinée, il n’y a pas de téléphones portables dans les salles d’examens, il   n’y a pas de documents  étrangers dans les salles de classe. Il n’y a pas d’encombrement, ni d’envahissement dans les centres d’examens », a indiqué Moussagbè  Diakité.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Examen d’entrée en 7ème année : ce que le maire de Matoto demande aux candidats et surveillants

31 juillet 2021 à 13 01 12 07127

C’est le maire de Matoto, Mamadouba Tos Camara, qui a procédé au lancement officiel des épreuves du certificat de fins d’études élémentaires (CEE), ce samedi 31 juillet 2021, dans cette commune de Conakry. La cérémonie a eu lieu à l’école primaire Saïfoulaye Diallo, située à Gbessia centre, en présence du directeur communal de l’éducation et d’autres autorités éducatives, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place. A cette occasion, l’autorité communale a demandé aux candidats et aux surveillants de respecter les consignes données par le gouvernement pour le bon déroulement de cet examen national.

Mamadouba Tos Camara, maire de la commune de Matoto

« Nous avons fait comprendre aux candidats qu’ils ne doivent pas avoir peur. Chacun de nous est passé par là. La particularité de cette année est que la tolérance est non seulement zéro, comme les autres années, mais cette fois-ci, vous avez compris que toutes les mesures ont été prises par le département pour le bon déroulement de ces examens. Donc, je pense que les candidats vont pouvoir aborder les sujets dans la sérénité et que les surveillants vont respecter les consignes données par le département pour ne pas qu’ils mettent l’avenir de nos enfants en péril », a dit le maire de Matoto, tout en demandant aussi aux parents de veiller à ce que les candidats arrivent à l’heure dans leurs centres.

Ils sont au total 25 570 candidats dont 13.153 filles à affronter les épreuves de l’examen d’entrée en 7ème année dans les 67 centres d’examen de la commune de Matoto. Et, selon le directeur communal de l’éducation, tout est mis en place pour que les choses se passent dans les meilleures conditions.

Daouda Doumbouya, directeur communal de l’éducation DCE de Matoto

« Dans la logique de fonctionnement des examens de cette année, nous avons fait de sorte que la tolérance soit zéro à tous les niveaux. D’où l’existence de détecteurs de métaux dans tous les centres. Au début, vous avez constaté qu’on a failli diaboliser le déroulement des examens. Mais Dieu merci, comme l’a voulu le ministre, les choses se passent correctement, les choses se passent dans cette logique », s’est réjoui Daouda Doumbouya.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Lancement du CEE à Kindia : « j’invite les surveillants à ne pas terroriser les candidats », dit le DPE Ousmane Camara

31 juillet 2021 à 12 12 47 07477
Mariama Ciré Camara, candidate

Comme annoncé précédemment, le coup d’envoi du Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE) a été donné ce samedi, 31 juillet 2021, en Guinée par les autorités. Dans la préfecture de Kindia, c’est le préfet N’fansoumane Touré qui a procédé au lancement de la première épreuve de cet examen, en présence du directeur préfectoral de l’éducation (DPE) Ousmane Aïssata1 Camara. Cette première autorité préfectorale de l’éducation de la ville des agrumes a d’ailleurs profité de l’occasion pour demander aux surveillants de refuser la fraude, mais de ne pas aussi tourmenter les enfants, rapporte Guineematin.com à travers un de ses correspondants à Kindia.

Cette année, ce sont 12554 candidats dont 5683 filles qui affrontent les épreuves du CEE (communément appelé examen d’entrée en 7ème année) dans la préfecture de Kindia. Et, ces candidats sont répartis dans 42 centres à travers la préfecture.

A l’école primaire de Manquepas où les autorités ont donné le coup d’envoi de l’épreuve de ‘’Dictée et questions’’, le directeur préfectoral de l’éducation de Kindia s’est montré rassurant quant au bon déroulement de cet examen dans sa juridiction. Cependant, il demande aux surveillants de refuser la fraude, mais il les exhorte aussi à ne pas ‘’terroriser’’ ces candidats fragiles.

Ousmane Aïssata 1 Camara, DPE de Kindia

« Je suis rassuré, avec les enfants, on n’aura pas beaucoup de problèmes. Le seul constat c’est par rapport au remplissage des fiches ; et, j’ai dit aux surveillants d’y veiller. J’invite les surveillants également à la régularité, à la ponctualité, surtout de ne pas terroriser les candidats, mais de ne pas accepter aussi le vol », a indiqué Ousmane Aïssata1 Camara.

De son côté, le préfet de Kindia, N’fansoumane Touré, a demandé aux candidats d’éviter la fraude et de compter sur leur propre effort pour se tirer d’affaire dans l’honnêteté.

N’fanssoumane Touré, préfet de Kindia

« Retenez chers enfants, nous sommes dans la dernière ligne droite des examens nationaux qui termine cette fois-ci par vous. Alors, je compte sur vous pour ne pas tomber dans l’irrégularité. Chacun de vous doit veiller à ces comportements. Ne comptez que sur vous-mêmes. C’est ce qui va être une bonne base pour vous dans l’honnêteté… Je souhaite une réussite pour l’ensemble des candidats de la préfecture. Que Dieu vous bénisse », a dit N’fansoumane Touré.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé et Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Lire

Le chef de cabinet du MENA rassure les candidats au CEE : « on ne va pas vous coller »

31 juillet 2021 à 12 12 39 07397

C’est le chef de cabinet du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) qui a procédé au lancement officiel du certificat de fin d’études élémentaires (CEE) dans la commune de Matam. La cérémonie a eu lieu à l’école primaire Lancébounyi, en présence de plusieurs responsables du secteur éducatif. A cette occasion, Alassane Diakité s’est adressé aux candidats en essayant de les rassurer, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Alassane Diakité, chef de cabinet du MENA

« Je suis heureux d’être aujourd’hui pour le lancement officiel des épreuves de l’examen d’entrée en 7èmeannée. En 1973, c’est ici, dans cette salle, que j’ai passé mon examen d’entrée en 7ème année. Donc, je vous demande de ne pas avoir peur, ce n’est qu’un examen. Ne stressez pas, on ne va pas vous coller. Ce que vos maîtres vous ont appris durant 9 mois, c’est ce que vous allez restituer pendant ces 3 jours. Il n’y a rien de sorcier », a-t-il déclaré, avant de mettre en garde contre toute tentative de fraude.

« Pas de tricherie, pas de tricherie, pas de tricherie. Je le répète 3 fois, parce c’est tolérance zéro. Si on vous prend (en train de tricher, ndlr), vous serez éliminés. Et si c’est un surveillant, on va non seulement l’éliminer, mais aussi il ne va plus surveiller et on va le poursuivre en justice. Donc, chers surveillants, vous comprendrez que l’enjeu est pour nous tous : pour les enfants, pour les éducateurs, pour les parents et pour les encadreurs », a dit Alassane Diakité.

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Matam, Ibrahima 2 Barry, a laissé entendre qu’à l’image du baccalauréat et du BEPC, toutes les dispositions nécessaires sont prises pour le bon déroulement de cet autre examen national.

Ibrahima 2 Barry, directeur communal de l’éducation de Matam

« Il y a 13 centres dans la commune de Matam. Nous avons rencontré tous les surveillants et tous les administrateurs des centres, nous avons sensibilisé tout le monde pour ne pas qu’il y ait de port de téléphones, surtout que nous pouvons nous enorgueillir du fait qu’il n’y a eu aucun téléphone qui a été pris à Matam. Dans les 13 centres de la commune de Matam, tous les surveillants sont là et les choses ont bien démarré. Nous avons mis tout ce qui est à notre disposition pour que tout se passe bien dans la commune de Matam. Il y a les détecteurs de métaux, les kits sanitaires, il y a également le service de santé composé 4 éléments par centre. Les agents de sécurité sont aussi présents dans les centres », a indiqué le DCE de Matam.

A noter que pour l’examen d’entrée en 7ème année, ils sont au total 5 522 candidats dont 3 223 filles répartis dans les 13 centres d’examen de la commune de Matam.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225

Lire

Examen d’entrée en 7ème année : 1 820 candidats affrontent les épreuves à Kaloum

31 juillet 2021 à 11 11 58 07587

Comme annoncé précédemment, le certificat d’études élémentaires (CEE) a été lancé ce samedi, 31 juillet 2021, en Guinée. Dans la commune de Kaloum, 1820 candidats dont 909 filles font face aux épreuves. Ces candidats sont répartis dans six (6) centres. Et, c’est à l’école primaire du Centre que le coup d’envoi de ces évaluations a été donné par Elhadj Bozi Bangoura, le premier vice maire de la commune de Kaloum. L’autorité communale a profité de l’occasion pour demander aux candidats de se détendre pour éviter les stresses et faire un travail sérieux, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Devant les candidats qui composent à l’école primaire du Centre, le premier vice maire de la commune de Kaloum n’a pas tenu un long discours. Cependant, il a tenu à rassurer ces enfants qui se trouvent aujourd’hui à la porte d’entrée au Collège.

Elhadj Bozi Bangoura, vice-maire de Kaloum

« Nous sommes venus en père de famille, donc pas uniquement en responsable de la commune, pour encourager les candidats. Nous félicitons les enseignants ; parce que si vous voyez que j’apprécie l’organisation, c’est grâce à eux, mais aussi à tous les cadres de l’éducation. Je demande aux candidats d’être tranquilles dans leur tête, d’enlever les soucis et le stress dans leur tête, parce nous sommes passés par là, on connait comment ça se passe. Même si tu conseilles au candidat de ne pas stresser, il le fera c’est naturel », a laissé entendre Elhadj Bozi Bangoura.

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Kaloum, Ibrahima Yattara, a rappelé la bonne volonté qui se trouve cette année derrière la rigueur qui marque les examens nationaux.

Ibrahima Yattara, directeur communal de l’éducation de Kaloum

« La consigne commune en rapport avec les règlements généraux des organisations des examens est connue par tout le monde, on a des guides. Il faut aller vers l’excellence, il faut réduire au maximum la mendicité, il faut encourager le mérite pour que la Guinée reprenne sa place. On ne peut pas être à la traîne. Pour avoir de bons cadres, c’est ici que ça commence. Et, tant qu’on n’aura pas de bons cadres, la Guinée n’ira pas vers l’émergence », a dit Ibrahima Yattara.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622673681

Lire

Dixinn : le maire Samba Diallo lance les épreuves du CEE

31 juillet 2021 à 11 11 29 07297

Après le baccalauréat et le BEPC, place maintenant au certificat de fins d’études élémentaires (CEE). Les épreuves de cet autre examen national ont débuté ce samedi, 31 juillet 2021. A Dixinn, l’une des cinq communes de Conakry, c’est le maire Mamadou Samba Diallo qui a procédé au lancement officiel de la première (Dictée-Questions), au centre de formation international (Ibrahima Sory Touré), sis au quartier Cameroun. Il a mis l’occasion à profit pour rassurer et encourager les candidats, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Mamadou Samba Diallo, maire de la commune de Dixinn

« J’ai commencé d’abord par féliciter les enfants, parce que j’ai vu des tout-petits aborder cette fois-ci les épreuves pour aller en 7ème année. J’ai compris quand même qu’il y a certains qui sont motivés et engagés à suivre les cours dans la bonne voie. Je leur ai dit d’être très posés, très patients, de ne pas se presser. Quand tu reçois un sujet, il faut le regarder posément, le lire au moins deux à trois fois avant de l’attaquer. Je leur ai dit de ne pas communiquer, d’éviter tout ce qui peut entraîner la fraude. Et je leur ai souhaité bonne chance », a indiqué le maire de Dixinn, au sortir de la salle où il a lancé la première épreuve.

Fodé Sylla, directeur communale de l’éducation de Dixinn

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Dixinn a rassuré que toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement de cet examen d’entrée en 7ème année. « L’examen se déroule avec le slogan tolérance zéro. Dans chaque salle, il y a deux surveillants. Les mesures barrières contre la pandémie de Covid-19 sont aussi respectées : nous avons donné l’obligation à tout le monde de porter des bavettes. Devant toutes les salles, il y a des kits de lavage de mains. La distanciation physique des candidats aussi est respectée », a dit Fodé Sylla.

Cette année, la commune de Dixinn présente 4 598 candidats dont 2 348 filles à l’examen d’entrée en 7ème année. Ces candidats sont répartis dans 11 centres d’examen.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Lancement de l’examen d’entrée en 7ème Année : Ratoma présente 26 550 candidats

31 juillet 2021 à 11 11 16 07167

C’est parti pour le Certificat d’Étude Élémentaire (communément appelé Examen d’entrée en 7ème année) en Guinée. La première épreuve de cet examen (la dictée) a été lancée ce samedi, 31 juillet 2021, sur toute l’étendue du territoire national. Dans la commune de Ratoma (à Conakry), c’est Issa Soumah, le maire de ladite commune, qui a donné le coup d’envoi de cet examen à l’école primaire Konimodou. L’autorité communale a mis l’occasion à profit pour inviter les candidats et les surveillants à faire du sérieux tout au long de ces évaluations, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans cette plus grande commune de Conakry, 26550 candidats dont 13320 filles affrontent les épreuves cet examen. Ces candidats sont repartis vont composer pendant trois jours sous l’œil vigilant de 1770 surveillants. A cela s’ajoutent des superviseurs régionaux, communaux qui veillent au grain pour que l’examen passe dans les meilleures conditions.

C’est pourquoi, en procédant au lancement de la première épreuve de cet examen à l’école primaire de Konimodou, le maire de Ratoma a prodigué d’utiles conseils aux candidats et aux surveillants.

Issa Soumah, maire de la commune de Ratoma

« C’est d’abord un sentiment de réconfort pour moi de voir ces enfants accéder à cette étape de leur vie qui veut dire qu’on commence à chercher son avenir. Je demande aux enfants d’être sereins, calmes et de travailler. Il faut travailler avec beaucoup d’envergure et surtout avec beaucoup de sérieux… A l’endroit des surveillants aussi, il faut qu’ils soient très sérieux. On ne dit pas d’être sévère avec les enfants ; mais, il faut être sérieux, parce qu’il s’agit de l’avenir de notre pays et tout part d’ici. Les surveillants ne doivent pas aider les enfants ou bien tricher pour eux », a dit Issa Soumah.

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Ratoma, Bakary Camara, a rappelé les mesures prises pour un meilleur déroulement du CEE et pour ainsi dire aux candidats qu’il n’y a aucune place pour la fraude.

Bakary Camara, Directeur communal de l’éducation de Ratoma

« Le dispositif mis en place pendant le déroulement du bac et du BEPC est toujours maintenu en ce qui concerne le CEE (Certificat d’Étude Élémentaire). Il y a naturellement l’utilisation des appareils détecteurs des métaux pour détecter les téléphones, les kits sanitaires sont installés et les surveillants portent leurs masques. A côté, il y a la présence des agents de la santé ainsi que la sécurité pour mettre les centres en confiance et éviter toute infiltration », a indiqué monsieur Camara.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Litige autour du bail de 3 boutiques : Mamadi Doubouya dénonce une décision du tribunal de Kankan

31 juillet 2021 à 10 10 58 07587

L’opérateur économique guinéen, Mamadi Doumbouya, est menacé d’expulsion de trois boutiques qu’il occupe au quartier Kabada1, dans la commune urbaine de Kankan. Cela fait suite à une décision de justice récemment rendue par le tribunal de première instance de Kankan autour d’un litige portant sur un contrat de bail qui l’oppose à la famille de feu Karamo Kaba (le propriétaire du bâtiment qui abrite ces boutiques). Cette famille aurait, sans aucune consultation préalable avec lui, donné en bail à un certain Aliou Kalan (un opérateur économique) les boutiques qu’il occupe depuis 2008 et où il a investi beaucoup d’argent pour la rénovation des lieux. Mamadi Doumbouya assure que son contrat n’est pas encore arrivé à échéance ; et, il a du mal à avaler cette pullule amère, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Kankan.

Selon Mamadi Doumbouya, c’est Bangaly Kaba (le neveu de feu Karamo Kaba) qui est à la base de ses difficultés actuelles. C’est ce dernier qui aurait baillé les boutiques à Aliou Kalan, sans prendre en compte le contrat de bail que son oncle Karamo Kaba avait contracté avec Mamadi Doumbouya.

« J’ai pris le magasin en 2008 ; mais, c’est en 2014 que j’ai dit au propriétaire Karamo Kaba dit ‘’Feler’’ de me le donner en bail. Ce qui fut fait. Dans le contrat, on avait dit que les entretiens seront ajoutés sur les montants arrêtés. À cette date, les témoins étaient Sidiki Belmondo Kaba, Oumar Zidane Fofana, ainsi que le jeune frère de Karamo Kaba qui s’appelle Sadikou Lamine Kaba. Et du coup, j’ai payé 43.200.000 francs qui correspondent aussi à la location de 2014 à 2020. Il faut préciser que cette somme est relative aux frais de bail du lieu. Même le forage qui est là, c’est moi qui l’ai fait. En 2017, j’ai été victime de vol de plus de 150.000.000 francs. Ce qui m’a amené à faire des rénovations en sécurisant le bâtiment. Il a été dit en clair qu’aucune résiliation de contrat n’est possible sans l’amortissement des frais de bail et des dépenses effectuées. À la même époque, la famille est venue me demander de l’argent pour les frais d’hospitalisation de Karamo Kaba. J’ai donné l’argent, mais malheureusement il (Karamo Kaba) n’a pas pu survivre. C’est après ce décès que tout est devenu compliqué. Puisque le neveu de feu Karamo Kaba est allé faire une procuration sur laquelle il était dit que c’est à lui que les locations seront payées. Mais, personne de la famille ne m’a fait savoir cette décision familiale. Après un moment, ce dernier m’a appelé pour me dire qu’il a donné le lieu en bail à Aliou Kalan et il m’a dit d’aller voir celui-ci qui est un ami afin qu’on arrête quelque chose. Je suis alors entré en contact avec lui qui avait compris mon amertume par rapport aux dépenses que j’ai faites, mais finalement les choses ont mal tourné ; puisqu’Aliou m’a dit des propos irrévérencieux. Il m’a néanmoins dit de demander à Banagly Kaba (le neveu), pour ce que lui (Aliou) a investi. Lorsque j’ai demandé à la famille, on m’a fait savoir qu’Aliou leur a donné pour le moment 170.000.000 francs. Ensuite, je suis revenu voir Aliou Kalan et je lui ai dit que je m’engage à payer les 170.000.000 francs. Comme il ne voulait pas se retirer, j’ai appelé sa femme et je lui ai dit de dissuader son mari pour cette affaire de bail. Avant même l’expiration du contrat de bail, sans même compter aussi les dépenses supplémentaires effectuées, Bangaly nous a envoyé un préavis le 25 Septembre 2020, afin que je quitte le lieu. Il m’a assigné en  justice ; et, c’est là que j’ai pris mon avocat afin que je sois rétabli dans mes droits », a expliqué Mamadi Doumbouya.

Devant le tribunal de première instance de Kankan où cette affaire a été portée, une décision a finalement été rendue en défaveur de Mamadi Doumbouya. L’opérateur économique a été condamné au paiement de 12 millions de francs guinéens comme arriérés de location, plus 10 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts à l’égard du plaignant. Le tribunal a également ordonné l’expulsion immédiate de Mamadi Doumbouya des boutiques qu’il occupe depuis 2008.

« Après mon constat sur ce que Bangaly était en train de manigancer, j’ai engagé un deuxième avocat pour défendre mes droits et intérêts ; car, je ne suis pas au courant du nouveau bail et aucun droit commercial n’est respecté par la famille. Mon avocat a montré à la justice qu’un petit fils ne peut pas hériter d’un bien de son grand-père tant qu’un héritier direct est en vie. Le juge Oumar Kadiatou Sylla est parti au contraire. Il a fait un transport judiciaire et a dit que les autres sont sortis sauf moi. Je lui ai dit que ce n’est pas dans les mêmes conditions qu’on a pris les magasins. Parce que la famille me doit et mon contrat n’est pas fini. Comme ce juge est incapable on a demandé à ce qu’on lui retire le dossier. Comme le président du tribunal avait voyagé sur Conakry, ce même OKS a transféré le dossier à un de ses complices du nom de Mohamed Lamine Touré. Je me suis déplacé pour rencontrer ce dernier et je lui ai dit de dire la vérité et rien que la vérité, au nom de Dieu. Pour vous dire que je connais la loi. J’ai envoyé le message à mes employés de payer la location de Janvier 2021 ; car, le litige qui est entre nous concerne avant 2021. Mais, Bangaly a refusé et j’ai même le chèque avec moi. J’ai informé le juge, mon avocat et même le chef de greffe Me Bony qui a dit que le tribunal doit l’obliger à prendre l’argent. Le chèque est toujours disponible à la boutique. À mon fort étonnement, ce juge s’est prononcé en disant simplement que j’ai des arriérés de Janvier, Février, Mars, Avril, Mai et Juin ; et qu’il me condamne, a demandé 250.000.000 GNF comme les frais d’entretien et de dommage mais, moi je n’avais pas dit ça à mon avocat. J’ai même dit à mon avocat, Me Aly Diané, de ne pas dire ce que je n’ai pas dit et avant de dire quoi que ce soit, qu’il doit me demander. C’est là-bas que j’ai compris que quelque chose tournait avec ma défense. La justice a rejeté cette demande et me condamne au paiement de 12.000.000 GNF d’arriérés à Bangaly Kaba et 10.000.000 GNF de dommage d’intérêts. Il a insisté pour que je quitte le lieu par la force », a indiqué Mamadi Doumbouya.

Cependant, l’opérateur économique ne compte pas se plier à cette décision de justice. Par contre, il exige du camp adverse (la famille de feu Karamo Kaba) la prorogation de son contrat de location sur une période de 15 ans et le paiement de 500 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts pour les désagréments qui lui ont été causés. Car, il jure que ses ventes ont chuté de 85% suite au dépôt des tas de brique devant sa boutique depuis un certain temps.

A noter que Bangaly Kaba (l’homme à l’origine de ce feuilleton) n’a pas encore accepté de s’exprimer sur cette affaire. Et ceci, malgré nos nombreux appels téléphoniques.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Journée panafricaine des femmes : la déclaration de la ministre des Droits et de l’autonomisation des femmes

31 juillet 2021 à 10 10 53 07537
Hawa Béavogui, Ministre des Droits et de l’Autonomisation des Femmes

« Aujourd’hui, 59 ans après sa création, il me plaît de rappeler que l’Organisation Panafricaine des Femmes, est une agence spécialisée de l’Union Africaine et, continue de jouer un rôle crucial dans la promotion de l’intégration africaine, de l’égalité entre les hommes et les femmes et de l’inclusion des femmes et filles dans les processus décisionnel et de développement. A cet égard, le Gouvernement à travers le Ministère des Droits et de l’Autonomisation des femmes en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers ne ménage aucun effort pour soutien la promotion et la protection les droits et l’autonomisation des femmes et filles », a notamment dit madame Hawa Béavogui, ministre des Droits et de l’Autonomisation des Femmes.

Citoyennes et citoyens,

Chers compatriotes,

Ce 31 Juillet 2021, la République de Guinée à l’instar des autres pays membres de l’organisation Panafricaine des femmes, célébrera la journée de la Femme Africaine, dédiée aux héroïnes Africaines qui se sont illustrées dans la lutte de la libération du continent.

Cette date, choisie en référence à la première Conférence panafricaine des femmes tenue à Dar es Salaam en 1962 revêt une importance capitale en ce qu’elle marque le point de départ de la consolidation des droits humains acquis et surtout, la lutte contre toute forme de discrimination à l’égard des femmes et filles.

Cette année, la célébration de cette importante journée est placée sous le thème « Les Défis et Opportunités de l’Inclusion Financière des Femmes », qui s’intègre d’ailleurs parfaitement à la vision de SEM le Président de la République, Chef de l’Etat, Pr Alpha CONDE,matérialisée par la création d’un Département dédié à la protection des droits des femmes et filles et à leur autonomisation.

Je voudrais en cette occasion solennelle, remercier SEM le Président de la République et son Premier Ministre Chef du Gouvernement Dr Ibrahima Kassory FOFANA pour les efforts louables consentis au processus Complexe et compliqué de promotion, de protection des droits et d’Autonomisation des femmes et filles de Guinée.

Je voudrais également remercier l’ensemble des partenaires techniques et financiers pour les appuis constants consentis en faveur des femmes et filles de Guinée.

Aussi, je tiens à rendre un vibrant hommage à la clairvoyance de nos braves mères et sœurs qui figurent à la base de cette conférence. Je salue également le rôle de l’OPF dans la lutte pour l’émancipation de la femme africaine.

Je pense à celles qui ont consenti d’énormes sacrifices et énergies pour faire valoir la participation des femmes à l’atteinte des idéaux nobles en termes politique, économique et social des leaders Africains.

Aujourd’hui, 59 ans après sa création, il me plaît de rappeler que l’Organisation Panafricaine des Femmes, est une agence spécialisée de l’Union Africaine et, continue de jouer un rôle crucial dans la promotion de l’intégration africaine, de l’égalité entre les hommes et les femmes et de l’inclusion des femmes et filles dans les processus décisionnel et de développement.

A cet égard, le Gouvernement à travers le Ministère des Droits et de l’Autonomisation des femmes en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers ne ménage aucun effort pour soutien la promotion et la protection les droits et l’autonomisation des femmes et filles.

Citoyennes et citoyens,

Chers compatriotes,

En commémorant cette journée, je voudrais rappeler le rôle que les femmes continuent de jouer dans le contexte particulier de crise sanitaire et de lutte contre les violences basées sur le genre qui perdure dans le monde en général et en Guinée en particulier.

Cette Organisation, soigneusement bâtie est le symbole vivant de la détermination des femmes à marquer l’histoire de leur continent en tant que force motrice capable de relever des défis et saisir des opportunités pour asseoir une base économique et financière au sein de leurs communautés.

Le thème du 59eme anniversaire de l’OPF de cette année fait écho de la nouvelle décennie des femmes africaines 2020-2030 notamment, l’inclusion financière et économique des femmes africaines, adopté par les Chefs d’Etat et de gouvernement africain en février 2020.

Citoyennes et citoyens,

Chers compatriotes,

Au regard de cette nouvelle décennie axée sur l’inclusion financière et économique des femmes africaines, le Gouvernement à travers le Ministère des droits et de l’Autonomisation des femmes ait déterminé à améliorer sensiblement l’accès des femmes aux secteurs financiers et économique, à  accroitre les opportunités pour les femmes et les jeunes filles entrepreneures africaines et surtout à renforcer leur inclusion au Travail.

Pour y parvenir, le Gouvernement Guinéen en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers, a mis en place des mécanismes de financement qui sont entre autres :

·       Le Fonds de Financement Rapide d’un montant d’un million cinq milles dollars (1.500.000 US) pour renforcer les capacités entrepreneuriales de 500 jeunes filles et femmes porteuses de projets dans l’emplois verts ou l’agriculture et, appuyer le processus de formalisation de 500 micros, petites et moyennes entreprises dans les zones de Kissidougou, Faranah, Kankan, Dabola, Kouroussa et Mandiana ;

·       Les Mutuelles financières des femmes africaines et les mutuelles de croissances Communautaires, initiative de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Prof. Alpha CONDE pour renforcer les capacités économiques des femmes et jeunes de Guinée ;

·       Le projet d’Appui à l’Entreprenariat féminin, pour un financement conjoint de 15 millions d’Euros de l’Agence Française de Développement et de l’Union Européenne ;

·       Le projet d’Autonomisation des femmes et Dividende Démographique dans les pays du Sahel SWEED2 d’un financement de 60 millions de dollars qui couvrira 153 communes rurales de trois Régions Administratives du pays.

Ces mécanismes de financement favoriseront l’amélioration de la contribution des femmes et filles guinéennes au processus de développement en vue de booster la réduction des violences à l’égard des femmes et des filles dans notre pays.   

Pour terminer, je voudrais saluer la mémoire de Madame jeanne Martin Cissé, Première Secrétaire générale de l’Organisation Panafricaine des femmes ainsi que celle des autres figures emblématiques de la lutte pour la libération et le développement de notre continent.

A toutes nos mères, sœurs et filles des villes comme de la campagne, je souhaite une bonne journée de la femme africaine.

Vive la République de Guinée,

Vive la Panafricaine des femmes,

Vive l’intégration Africaine,

Je Vous remercie

Conakry, le 31 Juillet 2021

Hawa Béavogui

Ministre des Droits et de l’Autonomisation des Femmes

Lire