La tension commence à monter à l’université Julius Nyerere de Kankan, suite au retard du paiement de la dernière tranche annuelle de la bourse d’entretien. A bout de patience, plusieurs étudiants se sont fait entendre ce jeudi, 5 août 2021. Ils exigent une réaction rapide des autorités et menacent de passer à la vitesse supérieure, si leur appel n’est pas entendu, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Après plusieurs jours d’attente, sans aucune lueur d’espoir, plusieurs étudiants se sont rendus ce jeudi 5 août 2021, à l’université Julius Nyerere de Kankan. Ils étaient venus chercher des renseignements sur la situation de leur bourse d’entretien pour les trois derniers mois de l’année université (mai, juin et juillet). Mais, ces étudiants n’ont pas eu accès au campus, parce qu’ils ont trouvé le portail de l’université fermé.

Une fermeture qui avait déjà été annoncée dans un communiqué publié la veille sur la page Facebook de l’institution d’enseignement supérieur. La même note précisait d’ailleurs que le paiement de la dernière tranche annuelle de la bourse des étudiants fera l’objet d’un autre communqué. Une situation que déplore Jean Paul Millimono, étudiant au département Chimie, qui n’attend que sa bourse pour aller en vacances.

Jean Paul Millimono, étudiant au département Chimie

« Depuis le début du mois de juillet, ils ont affiché que les vacances vont démarrer le 1er août, mais jusqu’à présent, ils ne nous ont pas donné nos pécules. Comment on va partir chez nous si on n’a pas d’argent pour les frais de transport ? Je demande aux encadreurs de faire tout ce qui est possible pour nous payer, parce que nous souffrons énormément de ce retard », a lancé cet étudiant.

Oumar Barry, étudiant au département Biologie

Même son de cloche chez Oumar Barry, étudiant au département Biologie. Il se dit peiné aussi par le retard de la bourse d’entretien. « Franchement, nous ne sommes pas contents de ce retard. Parce qu’il y a beaucoup d’entre nous qui veulent aller en vacances chez eux, mais ils n’ont pas le prix du transport.

Et aujourd’hui, nous sommes venus à l’université pour chercher des renseignements, mais nous avons trouvé que le portail est fermé, donc nous n’avons eu accès au campus. L’Etat doit rapidement trouver une solution à ce problème pour éviter que la situation ne prenne une autre tournure », a-t-il dit.

Siba Loua, étudiant au département Histoire

De son côté, Siba Loua, étudiant au département Histoire, se montre très en colère. Il annonce que si les autorités ne payent pas rapidement la bourse des étudiants, ils vont recourir à la force pour se faire entendre. « Normalement, on devait recevoir cet argent dès le début du mois d’août. Mais jusqu’à présent, les autorités tardent à se bouger.

Mais nous leur donnons la journée d’aujourd’hui pour faire en sorte qu’on puisse rentrer en possession de notre dû. Et s’ils pensent que cette somme leur appartient, ils se trompent. Cet argent nous appartient, car nous l’avons mérité en décrochant le baccalauréat. Et s’ils continuent de le garder, on va passer par la force pour nous faire entendre », prévient l’étudiant.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin