Asmaou Barry sur les « excuses » de M’Boma : « il doit répondre devant la justice »

madame Diallo Asmaou Barry, présidente de l’APAC

Les déboires de M’Boma, auteur du tristement célèbre tube ‘’Ko Touba & Oundougal’’ sont visiblement loin de finir. En dépit de ses récentes excuses aux femmes, M’Boma devrait comparaitre devant la justice. En tout cas, les ONG qui l’ont mis sur le fil du rasoir (à cause de sa musique impudique et offensante à l’égard des femmes) n’en démordent pas. Elles exigent que l’artiste réponde à la convocation qui lui a été adressée par l’OPROGEM pour que la loi décide de son sort.

Au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, madame Asmaou Barry, présidente de l’association des professionnelles africaines de la communication en Guinée (une des ONG qui ont intenté une action en justice contre l’artiste), s’est montrée catégorique sur cette affaire. Même si l’activiste a salué le premier pas de M’Boma (les excuses), elle s’est aussi montrée ferme sur le fait qu’il doit répondre de son acte devant la loi.

« Ses demandes d’excuses aux femmes marquent un premier pas parce qu’au début, il (M’Boma : ndlr) était dans le déni, il faisait des vidéos en live à travers sa page Facebook et il disait qu’il n’avait rien fait de mal. Mais, aujourd’hui, certains de ses aînés, notamment Mamadou Thug que je salue de passage, ont pris l’initiative de lui faire revenir à la raison, il a fait ces deux vidéos que nous avons tous vus et dans lesquelles il s’excuse. C’est un premier pas. Maintenant, il faut qu’il sache que ce qu’il a fait tombe sur le coup de l’action pénale parce que c’est carrément un appel à la pédophilie, un appel au viol et qui, en soi, constituent des crimes. Et donc, ce que M’Boma devrait faire, puisque déjà l’action publique a été engagée contre lui, il sait qu’il a une convocation, c’est de répondre à cette convocation. Maintenant, c’est devant la justice qu’il doit demander pardon parce qu’aujourd’hui il a une dette envers la société.  Et, pour payer cette dette, c’est de demander pardon au niveau de la justice. Donc, ce n’est pas en m’appelant ou en appelant quelqu’un d’autre signataire de notre déclaration ou en faisant une vidéo où il s’excuse devant les femmes qu’il va considérer que la faute qu’il a commise a été réparée. Non ! Il doit répondre de son acte devant la justice et présenter ses excuses publiques. En ce moment, la justice nous dira s’il mérite d’être excusé ou bien s’il doit être sanctionné. Mais, déjà, nous saluons le fait qu’il a fait le premier pas en demandant pardon à travers les réseaux sociaux. Ce qui lui reste à faire, c’est d’assumer l’intégralité de l’action engagée contre lui et qu’il réponde à la convocation », a indiqué Asmaou Barry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS