Ebola à Abidjan : « la communauté guinéenne est en danger », alerte un médecin

Près d’une semaine après la notification à Abidjan d’un cas positif d’Ebola en provenance de la Guinée, l’inquiétude est grande au sein de la communauté guinéenne vivant en Côte d’Ivoire. En effet, 68 Guinéens qui ont voyagé dans le même bus que la patiente sont jusque-là introuvables.

Des sujets contacts qui peuvent propager la maladie non seulement en Côte d’Ivoire mais aussi en Guinée, où certains d’entre eux se trouveraient actuellement. Une situation dangereuse pour les deux pays, selon Dr Ibrahima Diallo, un médecin guinéen vivant à Abidjan. Il a donné l’alerte dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce jeudi, 19 août 2021.

Dr Ibrahima Diallo, médecin guinéen vivant à Abidjan

« La fille testée positive a voyagé avec 70 personnes dans le bus. Si on enlève l’apprenti et le chauffeur qui sont des ivoiriens, les 68 autres sont compatriotes guinéens. Parmi eux, il y a les quatre convoyeurs et leurs passagers qu’ils ont regroupés dans le même bus. Il se trouve que la fille a commencé à développer la maladie depuis la frontière. Et lorsqu’ils sont arrivés à la gare d’Abidjan, la maladie s’est empirée. Son mari est allé la chercher pour l’emmener à la maison.

 Après avoir été testée positive à Ebola, elle a été isolée et est sous traitement. Jusqu’hier, elle allait bien. Son mari a également été isolé ainsi que tous les contacts en Côte d’Ivoire, notamment les agents de santé, les médecins qui ont été isolés et vaccinés. Mais le problème, c’est qu’on n’arrive pas à retrouver les personnes qui étaient avec elle dans le bus. Dès que les convoyeurs se sont rendus compte qu’elle a été diagnostiquée Ebola, ils ont fui pour rentrer en Guinée.

Normalement, ces convoyeurs devaient nous aider à retrouver tous ceux qui ont voyagé avec la fille, parce qu’ils ont souvent la liste de leurs passagers et leurs contacts. Mais ils ont disparu pour rentrer en Guinée. Aujourd’hui, non seulement la communauté guinéenne d’ici, mais aussi ceux qui sont chez nous là-bas (en Guinée) sont en danger. Parce qu’on ne sait pas si certains d’entre eux (ceux qui n’ont pas été retrouvés) n’ont pas contracté la maladie », a-t-il indiqué.

Selon lui, depuis que ce cas d’Ebola a été diagnostiqué, une campagne de sensibilisation est en cours au sein de la communauté guinéenne en Côte d’Ivoire. « On utilise les imams, les transporteurs et nous sommes sur le terrain pour dire aux gens d’aller s’identifier dans la discrétion », a dit ce médecin en service dans la capitale ivoirienne. Il appelle à des actions concrètes et urgentes pour retrouver les quatre convoyeurs qui sont revenus en Guinée, afin qu’ils aident les autorités à localiser les passagers qui ont voyagé avec la patiente.

« Il faut qu’au niveau de la gare routière de Labé, on nous aide, parce que les convoyeurs sont partis de là-bas. Ils ont leurs contacts et ils savent qui sont-ils, parce qu’ils sont partis de là-bas. A un moment donné, l’un d’entre eux était en contact avec le ministère de la santé, il avait coopéré. Mais aujourd’hui, on ne sait pas où il est, son numéro de téléphone n’est plus joignable. Et donc, ce sont des personnes contacts qui peuvent contaminer d’autres. Il faut qu’on parvienne à les localiser parce qu’eux seuls peuvent nous dire quels sont leurs passagers et leur destination », a lancé Dr Ibrahima Diallo.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS