Kassory Fofana

Depuis son avènement au pouvoir, le président Alpha Condé a toujours ménagé la chèvre et le chou. C’est entre autres raisons qui expliquent le nombre pléthorique de conseillers à la présidence de la République. Le vieil homme a la phobie d’avoir un ancien ministre. Surtout quand celui-ci rejoint l’autre camp.

Serait-ce pour cette raison qu’il trouve, dans un premier temps, un intérimaire à son Premier ministre ? La stratégie consisterait à jauger la réaction de l’intéressé en attendant l’inévitable divorce. Pour faire avaler la couleuvre au Premier ministre, le président de la République lui aurait expliqué que tous les deux absents du pays, celui-ci ne serait pas commandé comme il se doit. Or, lui, le chef de l’État, ne pouvait pas écourter ses vacances pour combler le vide laissé par son Premier ministre. Alors que ce dernier devait impérativement quitter la Guinée.

Devant cette situation, il fallait nommer un intérimaire pour éviter que la vacance du tandem ne devienne la vacance du pouvoir. Kassory Fofana, particulièrement éprouvé par la disparition d’un être cher, encaisse : la famille d’abord, l’État ensuite. C’est ainsi que celui que les caciques appellent le gardien du temple a, pour la première fois, la lourde responsabilité d’assumer les fonctions de chef du gouvernement. Perpétuant ainsi une tradition récente.

Durant la fin de règne de celui qui fut l’éternel adversaire de l’actuel chef de l’État, le ministre des Affaires présidentielles avait aussi dirigé le gouvernement. Même s’il n’avait pas la casquette de Premier ministre. Il était plus qu’un Premier ministre. On l’appelait le petit président. L’histoire va-t-elle se répéter ? L’hypothèse n’est pas à exclure. D’autant plus que l’actuel régime n’a pas hésité à emboiter le pas à l’ancien, en créant ce fameux poste de ministre des Affaires présidentielles.

Kassory Fofana

Ibrahima Kassory Fofana ayant encaissé ce premier coup, le second pourrait suivre rapidement. En effet, selon maints observateurs, la situation de la Guinée est telle qu’un remaniement ministériel est plus qu’imminent. Or, si on ne change pas une équipe qui gagne, par contre on change une équipe qui perd. Et pour le moment, la seule chose que l’actuelle équipe a gagnée est le troisième mandat. Pour le reste, le pays n’a jamais connu autant de difficultés qu’aujourd’hui. Notamment sur le plan des infrastructures routières.

Sauf miracle donc, Kassory pourrait sauter. Ce qui permettrait à Alpha Condé de choisir un autre ou (une autre) Premier ministre. Pour le titulaire du poste, les spéculations et les pronostics vont bon train. Si le maintien de l’actuel intérimaire semble être une équation difficile à résoudre dans la mesure où, pour la première fois, les deux têtes de l’exécutif et le législatif seraient tous de la même région, en revanche, le parti pourrait garder le poste. Ce serait, depuis 2010, pour la première fois qu’un militant ou une militante de la première heure pourrait occuper ce poste.

Et on parle de plus en plus d’une femme. En l’occurrence Hadja Mama Kany Diallo, fidèle parmi les fidèles de l’actuel locataire de Sékoutouréya. Cette dame aurait l’avantage d’être non seulement très proche du patron mais aussi originaire d’une région qui estime à tort ou à raison d’être marginalisée. On se rappelle que cette dame avait croisé le fer avec son patron quand celui-ci avait présenté aux partenaires financiers son plan de riposte contre la Covid-19. Kassory a été déçu par le silence du chef de l’État. Lequel était confronté à un dilemme cornélien entre son ex épouse et son Premier ministre. Finalement, et comme nous l’avons dit plus haut, Alpha Condé avait réussi à ménager la chèvre et le chou.

Lire aussi : Duel Kassory-Mama Kanny : le prédateur face à l’amazone ?

Habib Yembering Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin