Le procès des 14 travailleurs (parmi la trentaine qui ont été arrêtés le 16 août dernier à Matoto) s’est poursuivi ce jeudi, 26 août 2021, devant le tribunal correctionnel de Mafanco. Ils sont poursuivis pour « attroupement délictueux et destruction de biens » au préjudice de la société Albayrak transport. Et, le parquet vient de requérir des peines de prison allant de 6 mois à un an à l’encontre de la majeure partie d’entre eux, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

L’audience de ce jeudi est essentiellement consacrée aux réquisitions et plaidoiries des parties au procès dans cette affaire. C’est le ministère public qui a ouvert le bal de cette épreuve fatidique de ce procès. Et, il n’est pas allé de main morte pour demander la condamnation de la majorité des prévenus à la barre.

« Pour le rassemblement de nature à troubler l’ordre public, nous demandons au tribunal de retenir Mory Bangoura, Hamidou Camara, Fodé Touré, Mohamed Aissatou Condé, Abdoulaye Kouyaté, Laye Nongo Mansaré, Amara Keita, Lansana Condé et Kémoko Soumah dans les liens de la prévention. Et, pour la répression, vous les condamnerez à 6 mois d’emprisonnement et au payement d’une amende de 500 mille francs chacun », a dit la procureure audiencière.

Egalement, le ministère public a requis la condamnation de Abou Sangaré à un an de prison et au payement de 2 millions de francs guinéens pour « participation à un attroupement illégale et destruction de biens ».

Par contre, le parquet a demandé la relaxe de Djénabou Diallo, Alseny Camara, Facely Traoré et Bountouraby Camara pour « délit non constitué à leur encontre ».

Nous y reviendrons !

Depuis le TPI de Mafanco, Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin