Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC)

Comme annoncé précédemment, la justice guinéenne a lancé un mandat d’arrêt international contre Sékou Koundouno, activiste de la société civile et responsable des stratégies et planification du FNDC (front national pour la défense de la constitution). Mais, ce mandat (en date du 31 mai dernier) n’a été rendu public que le 25 août 2021. Et, depuis la publication de cette décision, la justice guinéenne est passée au pilori par les acteurs politiques de l’opposition et de la société civile. Beaucoup y voient une manœuvre désespérée du pouvoir d’Alpha Condé de manipuler la justice pour intimider tous ceux qui s’opposent au troisième mandat et l’instauration d’une dictature en République de Guinée.

Pour Thierno Yaya Diallo, président du parti ‘’Guinée Moderne’’ et membre de l’ANAD (Alliance politique Nationale pour l’Alternance et la Démocratie), ce mandat d’arrêt contre Sékou Koundouno rentre dans le cadre d’une logique fâcheuse de la dictature du régime Alpha Condé.

Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée moderne

« Lorsqu’une dictature est en marche, elle multiplie les arrestations, les emprisonnements et les bavures pour tuer dans l’œuf toute velléité de contestation et ainsi bafouer et piétiner toutes les libertés fondamentales et les droits humains. Aujourd’hui, c’est à ce stade que se trouve le régime d’Alpha Condé. Incontestablement, le mandat d’arrêt international lancé par des magistrats contre Sékou Koundouno rentre dans cette logique fâcheuse. Il est inacceptable de passer sous silence cette dictature. Nous dénonçons et contestons ce mandat contre un combattant de la démocratie et du bien-être des Guinéens », a martelé Thierno Yaya Diallo.

A noter que dans ce mandat d’arrêt international de la justice guinéenne, il est indiqué que Sékou Koundouno est poursuivi pour « des faits d’association de malfaiteurs, incendie volontaire, troubles à l’État par le massacre, la dévastation ou le pillage, participation à un mouvement insurrectionnel et menaces par le biais d’un système informatique ».

Mamadou  Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +224622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin