image d’archive

La manifestation est un droit constitutionnel en Guinée. Mais depuis plus d’une année maintenant, les Guinéens ne sont pas autorisés à exercer ce droit. Ceux qui tentent de le faire se heurtent souvent à la force étatique (les forces de sécurité et la justice).

C’est le cas de Mamadou Bano Diallo et Loucény Camara, deux jeunes interpellés le 9 août 2021, à Conakry, pour avoir manifesté contre la hausse du prix du carburant. Après trois semaines de détention, ils ont été jugés et condamnés ce lundi 30 août par le tribunal de première instance de Dixinn, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Attroupement et destruction de biens appartenant à autrui ». Ce sont les faits qui étaient reprochés à ces deux jeunes. A la barre, les prévenus ont expliqué les circonstances dans lesquelles ils ont été interpellés par la police. Manadou Bano Diallo a reconnu avoir manifesté contre la décision du gouvernement le prix du litre de carburant (qui est passé de 9.000 à 11.000 francs guinéens), mais il a rejeté l’accusation relative à la destruction de biens.

« On m’a interpellé à 10 heures au quartier Cimenterie, sur la transversale N°8 (T8), alors qu’on manifestait contre l’augmentation du prix du carburant. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, beaucoup de manifestants ont réussi à prendre la fuite mais moi, ils (les policiers) m’ont arrêté. Mais, on a rien gâté, on manifestait seulement notre colère dans la rue », a déclaré ce citoyen.

De son côté, Louncény Camara a nié avoir participé a nié systématiquement les faits mis à sa charge. « J’étais parti chercher mon ancien cahier chez un ami à Kobaya. A mon retour, aux environs de 1 heure du matin, les agents m’ont interpellé. Ils ont dit que je fais partie du groupe qui a manifesté et que c’est mon groupe qui a détruit les biens des gens. Pourtant, moi, je n’ai manifesté ni la journée, ni la nuit, et je n’ai gâté le bien de personne aussi », a assuré cet élève.

Après les débats, le procureur Boubacar 1 Bah a requis 3 mois d’emprisonnement assorti sursis contre les deux prévenus. Car, dit-il, ils ont effectivement participé aux manifestations contre la hausse du prix du carburant, qui auraient conduit à la destruction de plusieurs voitures et motos appartenant à des particuliers. Et le juge a suivi cette réquisition, en condamnant Mamadou Bano Diallo et Loucény Camara à 3 mois d’emprisonnement avec sursis.

Puisque leur emprisonnement est assorti de sursis, les deux jeunes doivent recouvrer leur liberté aujourd’hui et rentrer chez eux, après avoir passé trois semaines à la maison centrale de Conakry.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 629 589 527/ 664 413 227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin