« … j’ai pris mes dispositions en faisant des révisions, des recherches et en m’approchant de mes professeurs et même ceux de l’école où j’ai fait mon stage. Je posais beaucoup de questions au Directeur, aux éducateurs associés et toutes les personnes que je considère détentrices d’un niveau supérieur au mien. Parfois, je faisais des recherches dans des domaines qui ne sont pas liés au préscolaire pour enrichir ma culture. A la maison, je suis toujours derrière le tableau. Même les jours où il y a des mouvements à l’école, je travaille à la maison avec certains de mes camarades ». 

Comme annoncé dans nos précédentes publications, les résultats des examens de sortie, session 2021, ont été rendus public vendredi dernier, 27 août dernier. Au niveau des Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI), dans la catégorie Préscolaire, c’est Mory Solo Condé de l’ENI de Kankan qui a été classé Premier de la République avec la mention « Bien ».

Originaire du village de Yaracouda, dans la préfecture de Kouroussa, Mory Solo Condé vient ainsi de réaliser un de ses plus grands rêves : être Premier de la République au niveau de l’ENI, dans la catégorie du Préscolaire. 

Dans un entretien accordé à un journaliste de Guineematin.com hier, lundi 30 août 2021, monsieur Condé a affiché un sentiment de fierté pour avoir atteint un de ses objectifs. « J’ai un sentiment de satisfaction non seulement de mes professeurs ; mais aussi, tous ceux qui se sont impliqués pour ma réussite au niveau de l’ENI de Kankan. Je les remercie pour tout ce qu’ils ont fait pour moi durant les 3 années de formation qui ont conduit à ce résultat que je célèbre aujourd’hui. Je pense également à mes parents : mon père, Söti Condé, et  ma mère, Odia Bérété, tous décédés malheureusement », a-t-il dit.  

Mory Solo Condé, 1er de la République, session 2021 catégorie Préscolaire

Marié et père de 3 enfants dont deux filles, Mory Solo Condé a expliqué que son seul secret pour sa réussite a été le travail presque quotidien. « Mon secret n’est rien d’autre que le travail. L’année à laquelle nous avons fait le test d’entrée à l’ENI, on m’a fait savoir que le premier de la République de l’année 2019 était sorti de l’ENI de Kankan. Depuis lors, je me suis dit qu’avec ma promotion aussi, il faudra que le premier de la République sorte encore de cette même école, que ça soit moi ou une autre personne. Pour atteindre cet objectif, j’ai pris mes dispositions en faisant des révisions, des recherches et en m’approchant de mes professeurs et même ceux de l’école où j’ai fait mon stage. Je posais beaucoup de questions au Directeur, aux éducateurs associés et toutes les personnes que je considère détentrices d’un niveau supérieur au mien. Parfois, je faisais des recherches dans des domaines qui ne sont pas liés au préscolaire pour enrichir ma culture. A la maison, je suis toujours derrière le tableau. Même les jours où il y a des mouvements à l’école, je travaille à la maison avec certains de mes camarades », a-t-il expliqué. 

A l’avenir, monsieur Condé rêve d’être éducateur. « J’ai fait le baccalauréat sans l’obtenir ; mais, avec mon courage, j’ai suivi quelques cours en physique de l’environnement à l’Université de Kankan. Comme je n’avais pas eu le diplôme du baccalauréat, je ne pouvais pas continuer sur ça aussi. Mais, mon plus grand souhait aujourd’hui est d’être enseignant. Je veux enseigner et c’est pourquoi je me suis tourné vers l’ENI au préscolaire parce que pour l’enseignement général, il faut également avoir le diplôme du baccalauréat. Sinon, mon objectif était de faire l’enseignement général ; mais, puisque je n’ai pas eu le baccalauréat, je ne pouvais être qu’au niveau préscolaire », a ajouté Mory Solo Condé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin