Les doutes de la Guinée ont été finalement confirmés. La jeune Guinéenne déclarée positive à Ebola le 14 août dernier à Abidjan n’avait pas cette maladie. Une nouvelle analyse effectuée en France a révélé qu’il n’y a aucune preuve de la présence du virus, a appris Guineematin.com à travers un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé.

« Le gouvernement de Côte d’Ivoire a informé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qu’un second laboratoire a analysé les échantillons prélevés sur une patiente suspectée d’avoir Ebola et n’a trouvé aucune preuve de la présence du virus.

Les analyses effectuées par l’Institut Pasteur de Lyon, en France, interviennent après de précédentes analyses conduites par l’Institut Pasteur de Côte d’ivoire, qui ont amené les autorités du pays à déclarer le premier cas d’Ebola depuis 1994. Avec les nouveaux résultats obtenus par le laboratoire à Lyon, l’OMS estime que la patiente n’a pas eu la maladie à virus Ebola et de plus amples analyses sur la cause de sa maladie sont en cours », a indiqué l’OMS.

L’histoire donne ainsi raison à la Guinée, qui avait émis des doutes quant à la fiabilité du diagnostic effectué sur la patiente, venue de la ville guinéenne de Labé et qui a été déclarée positive à Ebola trois jours après son arrivée en Côte d’Ivoire. Le ministère guinéen de la santé avait écrit à son homologue ivoirien pour solliciter une analyse de reconfirmation dans un autre laboratoire. Dans un premier temps, les autorités de Côte d’Ivoire avaient rejeté cette demande, disant être sûres du diagnostic effectué par l’Institut Pasteur d’Abidjan.

En Guinée, 49 personnes ayant été en contact avec la jeune femme déclarée positive à Ebola ont été recensées et placées en isolement dans la ville. 47 d’entre elles ont déjà terminé leur période de suivi (21 jours) et ont repris leurs mouvements.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin