Libération des prisonniers d’Alpha Condé : mes remerciements au CNRD (Par Nouhou Baldé)

Le temps de coucher ces quelques lignes, permettez-moi de sortir de ma réserve, ôter ma casquette de journaliste, pour exprimer mes chaleureuses et sincères remerciements au Colonel Mamadi Doumbouya et à tous les membres du CNRD. Les nouvelles autorités guinéennes ont soulagé ce mardi, 07 septembre 2021, plusieurs dizaines de familles qui souffraient de l’emprisonnement illégal et injuste des leurs. J’y avais mon grand frère, Elhadj Abdoulaye Baldé, imam dans les mosquées de Wanindra (dans la commune de Ratoma), Madina (dans la commune de Matam) et Dabondy (dans la commune de Matam).

Vous pouvez ne pas me croire. Mais, aujourd’hui, tous ceux qui ont un proche libéré savent que notre soulagement est sans limite ! Nous avons pleuré pendant des heures, des jours, des semaines et de très longs mois le mauvais sort qui s’était abattu sur les nôtres. Personnellement, ma famille en a sérieusement été éprouvée. À la recherche de solution, j’ai utilisé tout mon répertoire, j’ai appelé, envoyé des SMS et je suis allé voir toutes mes connaissances qui avaient une parcelle de prérogative dans le système Alpha Condé pour les supplier d’intervenir pour la libération de mon grand frère, Elhadj Abdoulaye Baldé. 

Et, lorsque le médecin de mon papa m’a prévenu que ce dernier était devenu très fragile et qu’on devait chercher à résoudre ses soucis, j’ai, en désespoir de cause, lancé un appel sur Facebook pour demander à quiconque pourrait aider de supplier le président Alpha Condé d’accorder à mon frère une liberté même provisoire pour sauver la vie de mon cher papa, qui n’arrêtait de demander à voir son fils avant de quitter ce bas-monde… 

Malheureusement, il est resté en prison. Et le 1er avril 2021, alors que je suis allé à la Maison centrale pour le consoler et lui remonter le moral suite au décès (le même jour) de notre cher papa, Elhadj Mamadou Sadio Baldé (paix à son âme, amine), je me suis effondré dans ses bras. Heureusement que ses codétenus Etienne Soropogui (leader de Nos Valeurs communes), Abdoulaye Bah (ancien maire de Kindia) et d’autres étaient là…

Suite à ce décès, j’ai encore rappelé des contacts, prié tout le monde d’aider mon frère à avoir une permission pour assister à l’enterrement de notre défunt père, sans succès ! À son absence, c’est finalement moi qui ai été désigné par Koto Mamadou Djâlo, l’ainé de notre famille, à participer au dernier rituel des funérailles qui consiste à descendre, avec quatre autres délégués, pour la mise sous terre du corps de notre cher papa…

Au-delà de la douloureuse perte de notre papa, Koto Abdoulaye a souffert d’apprendre du fond de sa cellule le rappel à Dieu d’au moins 16 de ses proches parents, amis et voisins. C’est notamment le cas de nos grands frères, Elhadj Abdoul Rahimy Baldé (Koto) et Koto Issagha Djibéwy, notre grand-mère Nênéan Fatoumata Diouldé Diallo (Nêné Sodio), notre marâtre Nénan Safiatou Baldé, notre beau-frère Keynan Lamarana Hôré Kaada Diallo, nos sages et proches de notre papa Koto Issagha Sila, Elhadj Abdoul Afia, Kaou Diouldé Missidé Sodio… 

Finalement, c’est quand il ne nous restait plus que les prières et invocations pour implorer Dieu que le vent de la liberté a soufflé. Comme le dit si bien mon frère, Elhadj Souleymane Bantaya Baldé, « aujourd’hui est pour nous la troisième grande fête en Guinée (après le Ramadan et la Tabaski) ». Sans doute que des centaines et des milliers d’autres guinéens éprouvent aujourd’hui un sentiment semblable au mien. Même s’ils ne le proclament pas pour une raison ou une autre.

Elhadj Abdoulaye Baldé, à la sortie de la Maison centrale, ce 7 septembre 2021

Merci encore une fois au Colonel Mamadi Doumbouya et à tous les membres du CNRD. Je prie le Tout Puissant Allah, le Miséricordieux, de vous aider à accomplir honorablement votre mission. Que Dieu fasse que les Guinéennes et les Guinéens ne regrettent JAMAIS votre acte salvateur du 5 septembre 2021. Qu’Il guide vos pas sur le bon chemin, qu’Il protège vos familles et vous donnent les bénédictions de vos parents.

Enfin, je profite de ces lignes pour présenter mes condoléances les plus attristées à toutes celles et à tous ceux qui ont perdu les leurs dans les geôles d’Alpha Condé ou lors des différentes manifestations à Conakry et à l’intérieur du pays. Je demande aux nouvelles autorités guinéennes de continuer d’élargir les autres prisonniers de l’ancien régime (civils et militaires) pour offrir aux autres familles les délices de retrouver les leurs. Ces derniers temps, je me suis rendu compte qu’il faut réellement avoir un membre de sa famille ou soi-même être concerné pour mesurer la joie de la liberté…

Je prie le Tout Puissant Allah d’aider la Guinée à ne plus jamais subir la dictature et à rendre les Guinéens fiers et heureux de vivre chez eux sans aucune haine, amine !

Nouhou Baldé

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS