Madame Hawou Baldé, mère de feu lieutenant Abdoulaye Baldé

Marié et père de deux enfants, le lieutenant Abdoulaye Baldé, membre de la garde présidentielle, est l’un des militaires qui ont été tués dimanche dernier, 05 septembre 2021, dans les affrontements avec les forces spéciales qui ont renversé le régime d’Alpha Condé. Son corps serait toujours à la morgue de l’hôpital Ignace Deen et sa famille souhaite le récupérer pour lui assurer un « enterrement digne ». Madame Hawaou Baldé, sa mère, demande aux nouvelles autorités guinéennes (le comité national de rassemblement et du développement) de lui permettre d’inhumer son fils, tombé sur le champ de bataille, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Labé.

A son domicile, situé au quartier Campanya, dans la commune urbaine de Labé, madame Hawaou Baldé est chagrinée. Les souvenirs du dernier appel téléphonique qu’elle a reçu de son fils très tôt dans la matinée de dimanche, quelques temps avant sa mort, est encore vif dans son esprit. Elle se souvient de chaque mot, chaque détail. Son fils (le lieutenant Abdoulaye Baldé) avait promis de la rappeler dans la journée ; mais, le destin en a décidé autrement. Et, aujourd’hui, tout ce qu’elle souhaite, c’est d’avoir l’occasion d’enterrer dignement son enfant.

« C’est le dimanche dernier (05 septembre 2021) que mon fils Abdoulaye Baldé m’a appelé au téléphone pour prendre de mes nouvelles et demander l’état de ma santé comme j’étais malade ces derniers temps. Il m’a promis de me rappeler avant de raccrocher. J’ai passé toute la nuit sans dormir lorsque j’ai appris ce qui s’est passé à Conakry avec ce coup d’Etat, connaissant son métier. Je suis restée comme ça jusqu’au lundi, dans la journée, j’ai appelé son numéro de téléphone qui a sonné maintes fois, mais il n’a pas décroché. Puis, j’ai joint son épouse pour savoir si elle au moins elle a les nouvelles de son mari, elle a répondu par la négation. Elle a dit qu’elle a même écrit à son mari, mais ce dernier n’a pas répondu. Je suis restée comme ça jusqu’aux environs de 17 heures, deux de mes frères sont venus me rendre visite. Ils m’ont trouvée dans la cour. Mais, dès que je les ai vus ensemble, j’ai douté de quelque chose et j’ai directement eu la supposition que mon fils Abdoulaye Baldé est décédé. C’est lorsque j’ai crié pour leur demander de me dire la réalité, que j’ai vu mon grand frère prendre sa tête. C’est comme ça que j’ai compris que mon fils est mort. Mais, connais pas je ne savais pas les circonstances de sa mort. Ce jour (Dimanche 05 septembre 2021), je sais qu’il s’était rendu à son service. C’est sûr, c’est après son appel à 07 heures du matin qu’il aurait été tué. C’est  lundi que l’un de mes frères s’est rendu à la morgue, comme ils ont appris que des officiers ont été tués lors de ce coup d’Etat, c’est là qu’il a retrouvé le corps de mon fils Abdoulaye. Son corps est toujours à la morgue, ils sont dans les démarches pour voir s’ils vont récupérer son corps. Je demande aux nouvelles autorités du pays de nous aider à récupérer le corps de mon fils pour l’enterrement dignement », a dit Hawaou Baldé avec beaucoup de peines et de chagrin.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin