A l’occasion d’une visite de courtoisie que lui a rendue le nouveau préfet de Labé hier, jeudi 9 septembre 2021, le premier imam de la ville, Elhadj Mamadou Badrou Bah affiché son soutien aux nouvelles autorités avant de les exhorter à lier leurs paroles tenues aux actes, rapporte un correspondant de Guineematin.com à Labé.

Ce jeudi 09 septembre 2021, le nouveau préfet de Labé, Colonel Sylvin Sény Camara, accompagné  de son cabinet, a rendu visite de courtoisie aux autorités religieuses de Labé. La rencontre a eu lieu au quartier mosquée au domicile d’El Badrou Bah. A cette occasion, le premier imam de la ville livré un message aux nouvelles autorités du pays :  » Nous remercions Dieu. Chaque que Dieu fait, il se réveillera avec quelque chose de nouveau. C’est la loi de la vie. Mais comme nous Guinéens sommes tous des croyants (musulmans ou chrétiens), nous nous réjouissons des prières et bénédictions faites par nos aïeux pour nous et pour notre pays. Car leurs prières ont été exhaussées en leur temps et ces mêmes prières continuent de nous protéger.

Plusieurs choses qui devaient s’abattre sur notre pays sont souvent déjouées grâce aux prières de nos ancêtres. Ceux qui pensent que la Guinée va brûler se trompent. Les raisons sont simples : premièrement, les Guinéens sont de croyants.

Colonel Sylvin Sény Camara, nouveau préfet de Labé, chez le grand imam

Deuxièmement,  la Guinée est une famille. Nous remercions Dieu et ceux qui ont été la cause de ce changement de régime sans effusion de sang, sans dégâts.  C’est  vrai,  c’est une première chez nous qu’un coup d’Etat s’opère au vivant du président en exercice sans enregistrer de dégâts.  Je peux dire, que c’est une première. Tout ça, c’est à cause des bénédictions de nos parents. Ce que nous devons faire, c’est de poursuivre ces prières et bénédictions, nous aimer les uns des autres. Le nouveau préfet qui est venu nous rendre visite a dit qu’il n’est pas de Labé,  mais depuis 8 ans il est en service à Labé. Ça prouve qu’il connaît Labé. Il a succéder à El Safioulaye bah. Si on demandait au nouveau préfet,  il allait dire de laisser El Safioulaye comme préfet sans être à sa place.  Mais ça ne dépend pas de lui. C’est la situation qui l’oblige. Comme l’administration est une continuité, El Safioulaye qui en France pour une visite médicale m’a appelé pour me dire d’envoyer le véhicule de service au nouveau préfet et les clés de la résidence du préfet.

Le nouveau préfet a dit qu’il va attendre tout cela  jusqu’au retour d’El Hadj Safioulaye qui, si tout va bien comme prévu,  sera à Labé le samedi prochain. Le nouveau préfet, nous avons entretenu de bonnes relations avec lui lorsqu’il était dans son ancien poste avant d’être aujourd’hui préfet. C’est une tradition pour les labekas. Tout administrateur muté à Labé et qui devient utile à la population, il quittera Labé avec tous les honneurs. Mais si c’est le contraire,  même si la population de Labé ne l’aime pas, ils feront tout pour lui obéir comme l’islam le recommande. Ce n’est pas facile de vivre avec les citoyens de Labé.  Vient seulement te mettre à la disposition de tout le monde. Et tout ce qu’il pense être bon pour Labé,  il n’a qu’à se battre pour la chose et il trouvera que nos bénédictions vont l’appuyer.

Colonel Sylvin Sény Camara, nouveau préfet de Labé

En ce qui concerne les nouvelles autorités qui les ont mis à ces postes, Dieu merci,  depuis qu’ils ont pris le pouvoir nous entendons leurs discours et des promesses qui méritent d’être soutenus. Car, s’ils disent qu’ils ont pris le pouvoir pour rétablir la justice, lutter contre la gabegie financière, se battre pour le développement, la paix,  pour le rassemblement de tous les fils de la Guinée,  cela n’est pas difficile à soutenir. C’est ce que nous cherchons tous. La junte s’est engagée sur une voie qui montre qu’ils sont pour le sérieux en disant qu’ils n’accepteront pas les mouvements de soutiens liés aux mamayas inutiles qui vont les empêcher de travailler. Ça prouve qu’ils sont engagés à travailler pour le pays. Si c’est eux qui convoquent telle ou telle entité, c’est normal que ceux qui sont invités répondent pour échanger avec eux.

Nous prions Dieu que la junte puisse lier la parole à l’acte. Si tel est le cas, ils ne heurteront pas aux erreurs du passé. Comme ils sont des intellectuels, ils doivent tirer les leçons du passé,  prendre tout ce qui est bien et rejeter tout ce qui est mauvais. Nous les leaders religieux, ce qui nous revient, c’est de multiplier les sensibilisations pour la paix dans nos différents sermons. Et cela aussi va aider toutes les autorités qui aspirent au développement en prenant tous les citoyens au même pied d’égalité. Nous avons appris que des prisonniers politiques ont été libérés par les nouvelles autorités,  nous remercions Dieu et ceux qui les ont libérés.

Et nous demandons au nouveau préfet que si par hasard il y a des prisonniers politiques à la Maison centrale de Labé, que cette libération soit élargie. C’est ce que nous leur demandons. Le reste,  ils n’ont qu’à rester tranquilles et travailler pour Labé,  les mains libres. Nous n’allons pas les embêter dans leurs bureaux à travers des visites inutiles.  Mais que le nouveau préfet sache une chose, au cas où il nous voit dans son bureau, qu’il sache que c’est pour une affaire importante. Parce que nous n’allons pas les tromper », a confié Elhadj Badrou Bah,  par ailleurs inspecteur régional des affaires religieuses de Labé. 

Labé,  Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin