Sadjo Barry, président du parti Bloc pour l’Alternance en Guinée et président de l’amical de Guinée en Allemagne

Comme annoncé précédemment, les représentants des associations des guinéens de l’étranger ont conféré hier, mercredi 15 septembre 2021, avec le CNRD (la junte militaire actuellement au pouvoir en Guinée). La rencontre entre dans le cadre des concertations nationales engagées avec les forces vives du pays pour une transition apaisée qui pourrait déboucher sur des élections libres et transparentes. Mais, pour Sadjo Barry, le président du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG) et président de l’amical de Guinée en Allemagne, le ministère des affaires étrangères a organisé une « magouille » visant à donner la parole qu’aux anciens promoteurs du 3ème mandat d’Alpha Condé (le président de la république déchu). Ce guinéen de la diaspora conseille au CNRD de ne pas tout reposer sur l’ancienne administration pour éviter les mauvaises surprises qui pourraient faire de la transition une tragédie.

Sadjo Barry, président du parti Bloc pour l’Alternance en Guinée et président de l’amical de Guinée en Allemagne

« Le colonel Doumbouya a décliné son intention et a demandé aux guinéens de tous les bords de participer au processus de transition qu’ils sont en train de mettre en place. Le communiqué est passé samedi ; et, dès lundi, les guinéens de l’étranger sont allés payer leurs billets pour répondre à cet appel. Arrivée ici, le ministère des affaires étrangères a organisé une sorte de réseau de magouille, en sélectionnant en catimini les gens auxquels ils veulent donner la parole. Généralement, ce fut des gens qui étaient favorables au 3ème mandat ou qui étaient en rapport avec eux (ministères des AE). Ils ont essayé d’introduire ces gens-là à la dernière minute. Dans la salle, ils ont essayé de bloquer la parole. Mais, quand les gens ont protesté, ils ont prolongé la liste. Même le président s’était offusqué. Il a même demandé l’origine de cette liste. Ce n’est pas sérieux… Je demande humblement aux nouvelles autorités de prendre leur responsabilité et de voir la réalité en face. Qu’ils essaient de déléguer le pouvoir à une commission indépendante qui puisse sincèrement faire ce travail. Sinon, s’ils reposent tout sur l’ancienne administration, rien ne va marcher. Car, c’est la même équipe. Ils ont infecté toute l’administration publique ; et, en fin de compte, la transition va finir dans la tragédie », a indiqué Sadjo Barry.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin