Conakry : la délégation de la CEDEAO huée par des manifestants

La délégation de la CEDEAO, conduite par Nana Akufo-Addo et Alassane Ouattara, respectivement présidents du Ghana et de la Côte d’Ivoire, a eu un accueil hostile ce vendredi, 17 septembre 2021, en Guinée. Plusieurs jeunes ont manifesté devant l’aéroport international de Conakry-Gbessia pour dénoncer les décisions prises par les chefs d’Etat des pays membres de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest au cours de leur sommet tenu hier à Accra, au Ghana. Pour les manifestants, il est inacceptable que l’organisation sous régionale veuille imposer à la Guinée une durée pour la transition.

Kanté Youssouf, coordinateur des jeunes engagés pour le rassemblement et le développement de la Guinée

Kanté Youssouf, coordinateur des jeunes engagés pour le rassemblement et le développement de la Guinée : « Nous sommes mécontents par rapport à la décision prise par la CEDEAO. La CEDEAO ne peut pas décider à la place des Guinéens. Nous sommes dans un pays souverain et le peuple de Guinée est souverain. Nous sommes capables de tracer le chemin que nous allons parcourir. Pour la transition, nous ne sommes pas pressés, c’est pourquoi il y a des concertations en cours. Après ces concertations, le peuple de Guinée va décider quel chemin il faut emprunter et comment aboutir à notre transition.

Ce n’est pas à la CEDEAO de nous dire d’organiser les élections. La transition ne se résume pas aux élections, elle doit nous permettre de mettre en place d’institutions plus fortes et faire en sorte que le calendrier proposé par le peuple de Guinée puisse valoriser notre pays et non le détruire. En 2010, ça a été le cas, on a anticipé les choses et le problème n’est pas fini. Aujourd’hui, nous devons penser à tout ça pour éviter les erreurs du passé. On doit aller lentement mais sûrement. C’est ce que le peuple de Guinée veut ».

Moussa Condé, membre du collectif pour une transition réussie et apaisée

Moussa Condé, membre du collectif des acteurs pour une transition apaisée : « Nous avons vu la limite de la CEDEAO en ce qui concerne la Guinée. Il faut que les responsabilités soient situées sur les dérives passées et que des Guinéens intègres soient choisis pour la vraie démocratie en Guinée. Nous voulons que le processus de démocratie que les Guinéens veulent soit mené à terme. Nous ne voulons pas que cette transition soit bâclée et qu’on se retrouve dans ce cycle éternel de recommencement.

La mission de la CEDEAO qui est venue ici est la suite logique des sanctions prises par l’organisation contre la Guinée. Et nous sommes là pour leur dire qu’ils ne peuvent pas décider à la place de la Guinée. C’est à la Guinée de décider de ce qu’elle va faire, et la CEDEAO doit s’aligner derrière la volonté du peuple de Guinée. Donc, nous n’acceptons pas les décisions que la CEDEAO a prises hier par rapport à la situation de la Guinée. On n’impose pas à la Guinée un agenda ».

Après l’aéroport, Nana Akufo-Addo et Alassane Ouattara se sont rendus dans un hôtel de Conakry pour s’entretenir avec le colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD, la junte militaire au pouvoir en Guinée. Après la rencontre, ils ont pris la direction de Kaloum (le centre administratif du pays), où ils devraient rencontrer le président déchu, Alpha Condé.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tél. : 622919225

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS