Fête de l’Armée : près de mille militaires guinéens mis à la retraite par le Colonel Mamadi Doumbouya

31 octobre 2021 à 21 09 20 102010

Colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition

« Après avoir servi loyalement la Guinée, près de mille militaires vont jouir de leurs droits à une retraite méritée, à partir de ce 1er novembre » ! C’est la principale annonce du chef de l’État, le Colonel Mamadi DOUMBOUYA, président de la Transition, à l’occasion de son adresse à la Nation, dans la soirée de ce dimanche, 31 octobre 2021.

Lire

Aline DESTAILLATS : « pourquoi il est important d’étudier à l’Université française de Guinée »

31 octobre 2021 à 19 07 09 100910

En prélude à la rentrée des classes au compte de l’année universitaire 2021-2022 en Guinée, l’Université française de Guinée (UFG) située dans la commune de Ratoma (Conakry) a organisé vendredi dernier, 29 octobre 2021, une « journée d’intégration des nouveaux étudiants ». La démarche a pour but de permettre aux étudiants de faire connaissance avant de se rencontrer en classe pour les cours. La cérémonie festive a réuni les responsables de l’UFG, les étudiants et plusieurs invités notamment des grands intellectuels et artistes guinéens. Et, elle a été marquée par une série de prestations artistiques pour égayer l’assistance.

Lire

Rentrée universitaire 2021 : « l’université Général Lansana Conté est prête à ouvrir ses portes et accueillir ses étudiants »

31 octobre 2021 à 18 06 30 103010

Dans quelques petites heures, les étudiants de Guinée vont reprendre le chemin des différentes universités et autres institutions d’enseignement supérieur du pays. En tout cas, sauf changement de dernières minutes, la rentrée des classes au compte de l’année universitaire 2021-2022 aura lieu demain, lundi 1er novembre, sur toute l’étendue du territoire national. Et, dans les établissements concernés, l’heure est aux derniers réglages. C’est le cas à l’université général Lansana Conté de Sonfonia où « les préparatifs vont bon train ». Ce temple du savoir a déjà fait sa toilette ; et, au rectorat de ladite université, on assure qu’on est « vers la fin des préparatifs » pour une rentrée des classes réussie, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Labé : l’ONG Solidarité Suisse Guinée lance des activités de lutte contre les violences sexuelles dans le pays

31 octobre 2021 à 17 05 10 101010

Le directeur de cabinet du gouvernorat de Labé, Ouremba Traoré entouré du secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de la préfecture, Lanciné Sangaré, du vice-maire de la commune urbaine, Mamadou Aliou Sampiring Diallo et de l’inspecteur régional des Affaires Religieuses, Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah a procédé, samedi, 30 octobre 2021, au lancement officiel des activités de lutte contre les violences sexuelles en République de Guinée, réalisées sur le terrain par l’ONG Solidarité Suisse Guinée, avec un appui financier du Bureau Régional Afrique de la Fédération Internationale de la Planification Familiale.

Lire

« La mission de C2M GROUP S.A est d’apporter l’innovation nécessaire pour garantir la durabilité et la rentabilité des entreprises », selon son DG Abraham Camara

31 octobre 2021 à 16 04 02 100210

Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder, Abraham Camara parle des raisons de son retour au pays, de ses activités et de son regard sur le secteur privé guinéen dans un contexte marqué par la prise du pouvoir par l’armée.

Abraham Camara, Directeur Général de C2M GROUP SA


Alors qu’il menait une vie professionnelle épanouie en Europe, principalement en Suisse où il a travaillé, étudié et résidé durant plus de 15 ans, Abraham Camara a choisi de rentrer au pays afin de partager ses 20 ans d’expérience avérée dans divers domaines notamment en Informatique, en Gestion d’entreprise, en Communication et en Management. Depuis 2019, il occupe le poste de Directeur Général de C2M GROUP SA fort de 35 employés à temps plein et 70 consultants externes.

C2M GROUP SA est un groupe d’entreprises multiservices qui opère actuellement dans dix domaines d’activités spécifiques tel que l’Expertise et le Consulting, le BTP et l’Immobilier, le Transport et le Transit, la Sécurité et la Surveillance.

En tant que Manager des Systèmes d’Information au sein de grands groupes internationaux comme Danone, Richemont et Kering, Abraham Camara a piloté les stratégies de management des systèmes d’information en cohérence avec la stratégie de l’entreprise.

Il a su relever de nombreux défis en encadrant les équipes techniques, les chefs de projets ainsi que les partenaires externes, dans le but de remettre les entreprises sur pied. Il a également créé et mis en place des solutions d’optimisation de la chaîne de valeur opérant encore à ce jour.

Pourquoi avoir choisi de rentrer en Guinée alors que vous aviez une excellente situation à l’extérieur ?

AC : Ma riche expérience en Suisse m’a permis de comprendre que mon pays avait aussi besoin de moi. Donc, j’ai décidé de rentrer en Guinée pour mettre à profit mon expérience et pour tenter de sauver et de créer un maximum d’emplois pour le plus grand nombre de Guinéennes et de Guinéens.

C2M GROUP SA est aujourd’hui une entreprise multiservice, comprenant dix entités œuvrant dans des domaines spécifiques, mais comme toute structure, elle a commencé modestement comme Cabinet d’Expertise et de Consulting avec pour objectif d’apporter l’innovation nécessaire pour assoir les entreprises dans la durabilité et la rentabilité, puis forts de notre succès nous avons su nous développer dans divers domaines que je vous invite à découvrir sur notre site internet www.c2mgroupsa.com et notre page Facebook.

Vous n’êtes pas sans savoir, qu’ici en Guinée, les entreprises ne sont pas durables et ne sont pas rentables. Lorsque l’on ouvre une entreprise on a déjà des problèmes de paiement des salaires et des fournisseurs quelques mois seulement après avoir démarré les activités.

Nous remplissons quotidiennement notre mission, en effet, spécialisés et experts sur cette problématique, nous sommes aujourd’hui capables d’accompagner les entreprises dans la durabilité et la rentabilité en leur apportant l’innovation nécessaire. Grâce à ses diverses compétences et à la qualité de son travail menant à l’Excellence, C2M GROUP SA a su convaincre et fidéliser une clientèle de plus en plus nombreuse.

C’est fantastique de voir son ambition se concrétiser petit à petit, nous sommes une équipe de 35 employés travaillant à plein temps et faisons appel à environ 70 consultants et partenaires externes, nous avons sauvés mais également créé des emplois, la première brique de l’édifice est posée, grâce à notre force de travail nous avons pu développer le cabinet de départ et faire grandir un peu C2M GROUP SA, mais ce n’est que le début de cette magnifique aventure.

Bien sûr, tout le monde ne travaille pas dans un cabinet, et c’est sur cette base que nous avons décidé de diversifier nos produits et nos services pour permettre à un maximum de Guinéennes et de Guinéens de trouver un emploi, mais surtout de développer leurs compétences dans des domaines tels que le transport, les mines, l’environnement, le voyage, la santé, etc.

Abraham Camara, Directeur Général de C2M GROUP SA

« C2M GROUP SA est une entreprise dans laquelle la valeur du travail est reconnue.

Tout s’articule autour de L’Humain, du Travail et de l’Excellence. Nous partons du principe que lorsqu’un être humain est respecté dans ses valeurs, il accomplit un excellent travail. »

Que signifie C2M ?

AC : C2M signifie « Consulting, Management et Maitrise »

Nous nous différencions des autres cabinets grâce à une implication active dans l’accompagnement de nos clients, nous ne nous contentons pas seulement de faire des états financiers, nous sommes là pour vivre les problèmes de nos clients.La porte d’entrée des structures ce sont les Présidents Directeurs Généraux et les Directeurs Généraux qui se retrouvent face à des problématiques parfois complexes mais qui ne savent pas ou craignent tout simplement d’en parler. On va vivre les problèmes de ces dirigeants et trouver des solutions pour les aider et leur permettre de surmonter les difficultés et de regagner en confiance.

Abraham Camara, Directeur Général de C2M GROUP SA

 « Notre mission première est d’apporter l’innovation nécessaire pour garantir la durabilité et la rentabilité des entreprises. »

C2M GROUP SA évolue dans dix domaines spécifiques, quels sont-ils ?

AC : Tout part de C2M EXPERTISE ET CONSULTING, c’est de là que découle notre mission première qui est d’apporter l’innovation nécessaire pour la durabilité et la rentabilité des entreprises.

C2M GROUP se base sur l’existant, nous souhaitons travailler exclusivement avec le local nous ne sommes pas là pour donner des leçons, mais pour collaborer avec tous les entrepreneurs guinéens.

Le pôle MINES ET ENVIRONNEMENT, apporte l’expertise nécessaire pour aider les entreprises minières en réalisant des études d’impact environnemental de qualité, mais nous n’exploitons pas de mines.

Le pôle VOYAGE ET TOURISME est actuellement essentiellement axé sur la vente de billets d’avion et nous analysons également la possibilité de développer le tourisme en Guinée. Car, la Guinée est un beau pays. Il y’a beaucoup de sites touristiques méconnus, non-exploités ou à l’abandon qui peuvent être visités et remis en état à travers tout le pays. C’est donc une belle occasion de créer des partenariats dans ce domaine.

Le pôle SANTÉ est actuellement en pleine innovation, nous collaborons avec une startup de jeunes développeurs qui travaillent sur la digitalisation de la santé. Aujourd’hui en Guinée, pour avoir accès à un médecin ou à un spécialiste, il faut se déplacer, même pour un cas de paludisme par exemple, ce qui n’est pas toujours évident au vu des problèmes de circulation. On risque ensuite de se retrouver avec d’autres complications. Si nous parvenons à digitaliser cet environnement, nous serons capables de faciliter l’accès aux soins tout simplement via un smartphone.

Nous travaillons également sur des projets d’innovation et de développement dans le domaine de l’agriculture via notre pôle AGROBUSINESS, qui attend quelqu’un prêt à se lancer dans l’aventure.

 « C2M GROUP SA donne de l’espoir à la jeunesse guinéenne »

 

C2M TRANSPORT ET LOGISTIQUE, est essentiellement actif dans le transport et le transit. Pour la petite histoire, un jeune est venu me voir un jour, car il avait perdu son emploi et il cherchait du travail dans son domaine. Je lui ai dit que nous étions un cabinet d’expertise et de consulting, mais que nous n’avions pas d’expertise dans le domaine du transit. Je lui posai donc une seule question : qu’est-ce que tu sais faire ? Il me répondit qu’il souhaitait se développer dans son domaine. Je lui ai donc proposé de rejoindre l’entité transport et logistique existante et d’y intégrer le transit. Ce qui fut fait et après quelques mois de mise en route l’entité a été officiellement lancée en septembre dernier, au premier étage de l’immeuble dans lequel nous sommes installés. Tout cela pour vous dire à quel point C2M GROUP SA prend le temps d’accompagner la jeunesse guinéenne pour aboutir à quelque chose de concret. C’est au même endroit et dans la même optique de partenariat Win Win que l’entité de C2M BTP ET IMMO s’est développée.

Notre ambition est d’ouvrir nos portes à la jeunesse guinéenne en quête de développement et d’innovation ayant une dimension entrepreneuriale forte.

La première innovation est de travailler en collaboration avec des entreprises de la place notamment en ce qui concerne les équipements de BTP et non de reproduire ce que d’autres font en investissant dans le matériel. Notre volonté est d’accompagner nos frères Guinéens qui ont déjà ces équipements et dès que nous avons un projet nous leur permettons de profiter de l’opportunité. Tout cela stimule le marché en faisant jouer la concurrence.

« Nous avons également innové à travers le concept « MA MAISON »que nous avons entièrement pensé et créé dans notre laboratoire d’Innovation afin de faciliter l’accès à la propriété pour le plus grand nombre de Guinéens »

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette magnifique idée ?

AC : Ce concept s’inscrit totalement dans l’ambition du pôle BTP et IMMO qui est de permettre, au plus grand nombre de Guinéens, d’avoir accès à la propriété.

Vous n’êtes pas sans savoir que dans notre pays les loyers sont chers, ce qui représente de grosses sommes sur le long terme pour les locataires, alors qu’ils pourraient investir ce coût dans leur propre logement.

Aujourd’hui il y a des gens qui ont un emploi stable et garanti, parfois même confortable, mais ils sont dans l’incapacité de s’offrir une maison ou de terminer leur construction. Grâce à un partenariat solide avec la BIG ‘’Banque islamique de Guinée’’, nous pouvons, aujourd’hui, permettre aux travailleurs ayant un emploi stable d’accéder au produit « MA MAISON ».

Concrètement, cela signifie que par exemple, vous avez commencé la construction de votre maison, mais elle n’est pas achevée, pour ce faire, vous avez besoin de fonds pour la terminer, en partant du principe que tout le monde n’a pas besoin d’une somme faramineuse, mais parfois juste d’un petit budget. Donc en élaborant le concept « MA MAISON », nous avons pensé à cette catégorie de Guinéens, nous avons pensé à vous !

« MA FUTURE MAISON » s’adresse aux propriétaires de terrain souhaitant le viabiliser en construisant une maison.  Par exemple, cette année, vous avez planifié de faire la fondation, puis l’an prochain de démarrer l’élévation, etc. En faisant une projection, votre maison sera terminée dans cinq ans au plus tôt. Dans les deux cas ce sont des mois ou des années de loyer payé « dans le vide » en faisant de petites économies tous les mois dans le but, un jour, de terminer votre maison.

C’est là que les concepts « MA MAISON » et « MA FUTURE MAISON » prennent tout leur sens, car si vous avez l’opportunité d’accéder aux fonds pour la finition ou la construction de votre maison et ainsi connaitre « La fierté d’offrir un toit à votre petite famille » rapidement, vous pourrez investir la somme de votre précédent loyer dans le remboursement du prêt octroyé par la banque.

Le produit « MON BAIL » a été pensé et créé sur la base des statistiques de vente de terrains privés en Guinée. Imaginez un père de famille, avec des enfants en bas âge ou adolescents, qui possède un terrain à Lambanyi ou à Nongo et qui se retrouve dans une situation financière difficile, que fait-il ? Et bien il vend son bien pour résoudre ses problèmes financiers et ce au détriment de ses enfants, car dans les faits et en extrapolant, il s’agit d’une expropriation des enfants. Le papa empoche donc l’argent de la vente et comme chacun le sait l’argent est vite dépensé. Du coup, plus d’argent et plus de terrain non plus, l’héritage s’est envolé. Il existe pourtant une fantastique option remédiant à ce type de situation, grâce à « MON BAIL » ces pères de familles ont l’opportunité de mettre leurs terrains à la disposition de C2M BTP et IMMO, en partenariat, sous forme de cession de bail emphytéotique sur 10, 20 et 30 ans, permettant aux enfants de récupérer leur bien à terme. C’est là que s’inscrit la véritable vision de l’entrepreneur, sur le LONG TERME. Quand on est entrepreneur, on ne pense pas qu’à soi-même, on se projette dans l’avenir, même au-delà de notre propre existence, dans une idée de continuité et de pérennité assurées par les générations futures.

Idem pour les pôles SECURITÉ et SURVEILLANCE et MARKETING et COMMUNICATION, tout est basé sur du partenariat Win Win.

« Être issu de la Diaspora n’est pas une finalité en soi, mais un atout »

Parlez-nous de vos débuts.

AC :Tout d’abord, j’aimerais expliquer à tous mes frères qui rentrent de l’étranger comme moi, qu’être « Diaspo » peut être un atout, mais pas une finalité en soi, cela ne veut pas dire que tout est donné d’avance, et qu’au retour au pays on nous déroule le tapis rouge. J’ai appris et réappris beaucoup de choses à mon retour au bercail, malgré mon parcours confirmé au sein de quatre grands groupes internationaux, dans lesquels Dieu m’a permis de participer aux Comités de Direction et qui en termes de chiffres d’affaires sont plus puissants que le budget des recettes de la Guinée. Au retour il faut travailler pour confirmer son expérience.

 

Parlant de la Diaspora, très souvent pour certains, la meilleure façon de s’intégrer c’est d’être au sommet de l’État où d’être « copté » dans l’administration. Vous avez choisi le secteur de l’Entreprenariat quelles sont vos motivations ?

AC : Un entrepreneur, crée de l’emploi. Un bon entrepreneur possède quatre qualités importantes.

La première qualité c’est l’Humilité, car on doit être capable d’écouter, on ne travaille plus pour soi-même, mais plutôt pour les autres.

La deuxième qualité, c’est la Liberté, quand on est entrepreneur on est libéral et être libéral, c’est vouloir moins d’impôts et plus d’emplois.

La troisième qualité c’est le Partage, un entrepreneur doit être capable de partager ce qu’il gagne. C’est pourquoi chez C2M GROUP SA, vous trouvez des entités qui fonctionnent sur le partage. En terme technique on parle de partenariat mais en terme simple on parle de partage.

La quatrième qualité c’est le Respect d’autrui. Après mon retour en Guinée, et dans le cadre de mon intégration, je suis passé par plusieurs étapes.

Au début, je portais des costumes-cravates pour aller chercher des clients.  Étant quelqu’un de très simple et d’humble également, j’ai décidé de faire du porte à porte dans les entreprises en Guinée. L’humilité étant la première qualité de l’entrepreneur, comme cité précédemment. L’intégration passe par la capacité d’aborder les autres, de se mettre au même niveau, de les comprendre et d’apprendre d’eux. L’exemple parlant est que lorsque je portais des costumes lors de mes démarches, on m’appelait « Le Suisse », et après avoir bien observé mon environnement j’ai opté pour le port du « Macky Sall », ce qui entraina un changement direct de la perception de mes interlocuteurs à mon égard. Beaucoup de nos frères issus de la Diaspora sont passés par le même chemin et depuis que je porte la tenue traditionnelle, je suis assez bien intégré. Donc, c’est pour vous dire que la démarche c’est dans les deux sens, être Diaspo n’est pas une finalité en soi.

« C2M GROUP SA est une entreprise dans laquelle la valeur du travail est reconnue. Tout s’articule autour de L’Humain, du Travail et de l’Excellence. On part du principe que lorsqu’un être humain est respecté dans ses valeurs, il accomplit un excellent travail. »

Vous l’avez dit, vous êtes rentré au bercail depuis 2019, êtes-vous satisfait en termes de bilan et acquis de vos activités ?

AC : Pour moi le bilan est positif. J’ai une telle volonté de créer un maximum d’emplois que je souhaite voir le nombre d’employés de C2M GROUP SA encore s’agrandir, notamment le nombre de jeunes capables de rentrer chez C2M et de se construire avec nous. Ce n’est pas de la philosophie mais c’est du concret, on se construit grâce aux autres.

Mais, je ne suis pas entièrement satisfait. Selon moi l’entreprenariat doit être complètement réinventé en Guinée.

« Un entrepreneur mesure son résultat au nombre d’emplois qu’il est capable de créer et non pas à la taille de son compte bancaire. »

J’ai eu l’occasion de rencontrer le patron de DANONE en 2011 en Grèce, lors d’une réunion du Groupe en Grèce. Nous avons échangé sur son quotidien et il m’expliquait que sa satisfaction se mesurait à un seul indicateur, le nombre d’emplois que DANONE était capable de créer. Donc, c’est pour vous dire que son objectif n’était pas de voir combien de milliards il pouvait générer, mais plutôt combien d’emplois sa société était capable de créer.

« Être entrepreneur » ne se fabrique pas comme ça. Cela demande un gros sacrifice, tant sur le plan de la vie privée et familiale, que sur la vie sociale. Vous demanderez à ma femme, elle vous dira que je ne compte pas les heures consacrées à l’entreprise, tant aujourd’hui, qu’à l’époque où je conciliais travail et études.

 

« Le risque doit être identifié, le risque doit être classifié, le risque doit être évalué. »

Le monde de l’entreprenariat est un monde de risques, et beaucoup n’aiment pas prendre de risque. Quel regard portez-vous sur ce secteur en Guinée ?

AC : Certes, on vit toujours avec le risque, mais ce n’est pas nécessairement négatif. Quand on est entrepreneur dans l’âme, on essaie de transformer le risque en opportunité, Le risque doit être identifié, le risque doit être classifié, le risque doit être évalué. Vous savez il existe des outils d’identification et de gestion des risques.  Une fois que les outils de gestion des risques ont été appliqués, on peut aller de l’avant.

En réalité, le gros problème que l’on rencontre ici en Guinée, ce n’est pas le risque dans l’entreprenariat, mais essentiellement le manque d’outils et de projection. On travaille sur le très court terme. Pourtant, dans l’entreprenariat, la Vision à long terme est capitale. Nous sommes là, aujourd’hui, au mois d’octobre 2021, mais, je vous garantis que je suis déjà en train de me projeter dans 5 ou 10 ans. Donc, un entrepreneur est capable de gérer les risques grâce à une projection dans le futur.

Selon vous, votre vision est de créer et sauver le maximum d’emplois en Guinée. A ce niveau que faut-il faire pour booster le secteur de l’entreprenariat en Guinée ?

AC : Il est évident que pour booster le secteur de l’Entreprenariat, il faut créer le maximum d’emplois et pour atteindre cet objectif, il faut un accompagnement de qualité. Je suis en relation avec des établissements financiers qui me prouvent chaque jour que nous devons essayer de revoir la vision de l’économie.

Abraham Camara, Directeur Général de C2M GROUP SA

« L’économie est basée sur les acteurs. »

Ces acteurs principaux sont principalement les ménages, les entreprises et les institutions financières. L’État constitue, quant à lui, un régulateur indispensable et aussi l’étranger.

L’acteur principal de la vie économique c’est le ménage et le ménage a besoin de travailler tout simplement. Alors imaginez ! Si l’on créé de l’emploi par l’entreprenariat, on booste directement l’entreprenariat et l’économie.

En revanche, on imagine à tort que l’on peut booster le travail ou l’économie avec le Commerce, mais dans les faits cela ne fonctionne pas tout à fait ainsi. Le véritable moteur de l’Économie c’est la Production, qui elle-même est génératrice d’emploi. Je vous donne un exemple concret, un seul individu, à l’aide de son ordinateur est capable de commander 1000 containers de montres par jour, par semaine ou par année. Mais est-ce qu’une seule personne est capable de produire 1000 montres en un jour, une semaine ou un an ? Non évidemment. Cet exemple vaut pour tout ! Pour produire des montres, des vêtements ou encore des conserves de nourriture, nous avons besoin de main d’œuvre, ce qui génère rapidement de l’emploi à grande échelle. Donc au lieu de commander et de revendre tout simplement des marchandises en provenance de l’étranger, il serait intéressant de réfléchir au potentiel d’employabilité dont nous disposons ici en Guinée, je pense bien évidemment à notre Jeunesse. À mon sens, il faut accompagner nos frères qui sont dans le Commerce et s’ils sont dans l’informel, il faut les ramener dans le formel. Nous sommes à même de mettre des outils en leadership et management à leur disposition pour se lancer dans la production locale de ce qu’ils commandent à l’étranger, par exemple dans le domaine de la transformation des matières premières. Dynamiser l’entreprenariat, c’est booster l’emploi et vous n’êtes pas sans savoir qu’énormément de jeunes, sont à la recherche d’un emploi en Guinée, ce que je trouve d’ailleurs regrettable.

« La véritable vision de l’entrepreneur s’inscrit sur le long terme »

Qui parle d’emploi, qui parle d’entreprise, parle d’environnement d’affaires.

Aujourd’hui la Guinée vit une transition avec la prise du pouvoir par le CNRD dirigée par Le Président de la République, Le Colonel Mamadi Doumbouya. Quelle lecture faites-vous de ce changement de cap dans l’histoire du pays ? 

AC :En ce qui concerne l’environnement des affaires, il faut savoir que pour ouvrir une entreprise on fait une analyse technique que l’on appelle PESTEL.

Cet acronyme qui signifie « politique, économique, sociologique, technologique, environnemental et légal », recouvre les facteurs micro-environnementaux qui peuvent influencer une entreprise positivement ou négativement. Cet outil stratégique permet d’évaluer le positionnement de l’entreprise dans son environnement.

Le jour de la prise du pouvoir, Le Président de la République, Le Colonel Mamadi Doumbouya a été clair. Il a fait un constat très simple de la situation en parlant d’un gouvernement politisé et de corruption endémique.

Dans le monde de l’entreprenariat ce que nous attendons, c’est la VISION, notre projection se fait sur 10 ans et nous avons besoin d’avoir de la visibilité à long terme sur les actions concrètes qui vont être menées par le CNRD et bien évidemment quel sera l’impact de ces actions sur notre secteur.

Aujourd’hui, nous sommes relativement rassurés à la suite de la déclaration du Président de la République, quant à la non-éligibilité, lors des élections futures, des membres du gouvernement de la transition, des membres du CNRD, ni de ceux des institutions de la transition. Ce message que retiendra le peuple de Guinée a d’ailleurs été répété à l’occasion de l’investiture présidentielle. Cette déclaration donne donc une grande visibilité aux investisseurs et aux entrepreneurs. Je salue sincèrement cette décision du Président de la République, Le Colonel Mamadi Doumbouya.

En tant qu’entrepreneur, vous êtes satisfait des actes déjà posés par le CNRD. Que faut-il faire selon vous pour une transition réussie ?

AC : Vous savez, en Guinée, j’ai appris qu’on ne dit jamais « Je n’ai pas compris », même si c’est le cas. Pourtant, la communication est la base de tout. J’ai entendu beaucoup de discours autour de cette question. De mon côté, je souhaite partager ma vision d’entrepreneur et mon analyse montre que les discours tenus sont encore très techniques et théoriques.

Je propose une simplification des messages en commençant par IDENTIFIER LA MISSION du CNRD ; puis SIMPLIFIER LA MISSION pour pouvoir faire passer le message de manière très simple. Ce qui arrive aujourd’hui, c’est que les médias utilisent les informations techniques pour en faire des débats où chacun donne son avis. En réalité, cela ne correspond pas toujours à ce que l’Intéressé souhaite communiquer. Donc, simplifions la communication !

Je vous donne un exemple concret à travers un discours du Général De Gaulle de construction de Habitations à Loyer Modéré, que l’on nomme communément HLM, il déclara tout simplement « Je veux loger les Français ».

De notre côté tentons de répondre à cette question : « Que veut faire le CNRD pour les Guinéens ? » avec des termes simples et à travers un message clair et transparent accessible à tous, la communication se fera tranquillement sans être interprétée par les médias et transformée en sujet de discussions et de polémiques risquant de déstabiliser le pays.

Il y a un élément essentiel dans la réussite de la transition, il s’agit de la classe politique qui a un rôle prépondérant à jouer dans la communication.

Quelle perception avez-vous de la classe politique avant la prise du pouvoir par l’armée ?

AC : J’ai vu se construire et émerger tous les partis politiques et leurs acteurs depuis le début du multipartisme en Guinée. Personnellement, je n’ai jamais accepté de m’impliquer à 100% dans la politique ou auprès d’un parti. Cependant, je peux accompagner les frères qui sont dans le domaine, notamment sur la stratégie, mais je ne suis en aucun cas un acteur de la vie politique.

Mon constat, avant la prise du pouvoir par le CNRD, est que l’on a toujours manqué de débats constructifs en Guinée. Le débat constructif permet à l’autre de se rendre compte qu’il a quand même fait quelque chose de positif. Personne ne se réveille le matin et se couche le soir sans avoir fait quelque chose de bien ; même si on fait 99% de mal, on a fait 1% de bien. C’est fondamental que le débat progresse et que les acteurs de la vie politique reconnaissent en l’autre ses qualités et qu’ils soient capables d’en parler devant les médias, cela va renforcer beaucoup de choses.

Aujourd’hui, c’est le CNRD qui tient le pouvoir avec à sa tête Le Colonel Mamadi Doumbouya. Quelle est la capacité des militaires de diriger un pays ?

AC : Je suis moi-même fils de gendarme. Je connais un peu l’armée, mais de loin. Je reconnais certaines qualités aux gendarmes qui ne sont pas négligeables, comme la rigueur, l’ordre et la discipline. Je pense que la Guinée en a besoin et je pense également que Le Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la République, sera capable de mettre ses outils à la disposition des organes de la transition pour faire évoluer le pays dans le bon sens, parce qu’on a clairement besoin d’ordre. Il suffit de prendre sa voiture pour se rendre compte qu’il y a beaucoup de soucis dans la circulation, ce qui est un excellent indicateur de la situation en général.

Parlant d’ordre, Le Colonel Mamadi Doumbouya l’a souvent répété il faut éviter les erreurs du passé. Selon vous, comment cela pourrait-il se traduire dans les faits pour éviter les erreurs du passé ?  

AC : Éviter de reproduire les erreurs du passé, c’est faire une analyse pointue de la situation, il découlera de cette analyse des actions concrètes à mener et ces actions produiront des résultats à évaluer. En effet, si l’on ne peut pas évaluer les résultats d’un travail, cela signifie que le travail est difficilement présentable. Donc, pour moi, éviter les erreurs du passé, c’est apporter une nouvelle façon de travailler.

A l’occasion du 63ème anniversaire de l’Indépendance, Le Colonel Mamadi Doumbouya a drainé une foule notamment dans la commune de Ratoma, un fief de l’opposition. La fête a été également célébrée dans tout le pays. Quelle est votre lecture ?

AC : J’ai vu dans cette foule l’approbation et l’acceptation de la situation. Le 5 septembre dernier, nous avons tous vécu la prise de pouvoir par le CNRD et de voir la population capable d’accompagner Le Président de la République, Le Colonel Mamadi Doumbouya dans un bain de foule, après quelques semaines seulement, c’est plutôt positif.

Ma lecture de tout ça, c’est de faire en sorte que la fin de la transition soit pareille. Parce que personnellement, je crains le succès en tant qu’entrepreneur, car le succès ça s’entretient, sinon il n’est qu’éphémère. J’ai vu dans ces images beaucoup d’espoir, de joie et un sentiment immense de liberté, et ce sont les mêmes images que je voudrais voir à la fin de la transition. Que la population rende un hommage égal au Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la République, et que lui-même soit capable de refaire ce trajet pour dire au revoir au peuple de Guinée, après avoir réalisé son souhait de rassemblement et de développement en installant la Guinée sur le chemin de la Démocratie.

Abraham Camara, Directeur Général de C2M GROUP SA

« La personne capable de fédérer les compétences à une valeur ajoutée énorme. »

Comment contacter C2M GROUP SA et quels sont vos prérogatives de partenariat en matière d’expertise et d’assistance aux entreprises ?

AC : Aujourd’hui, nous avons des outils qui sont parfaitement orientés sur la performance des entreprises. Nous travaillons sur deux choses, la performance globale de l’entreprise et les risques business. On crée une entreprise pour avoir de l’argent, mais aussi dans le but de générer de l’emploi. Et lorsque ces deux éléments sont réunis, on atteint facilement la performance globale. Pour y parvenir nous utilisons des outils que l’on appelle la gouvernance fiscale, la gouvernance financière, la gouvernance douanière.

Pourquoi parle-t-on de gouvernance ? Une entreprise se gère avec la coordination. La coordination c’est le métier le plus difficile, ce n’est pas la technique, un technicien travaille sur son domaine uniquement ; la personne qui est capable de fédérer les compétences a une valeur ajoutée énorme. Vous avez des problèmes de rentabilité ? Vous avez créé une entreprise et vous avez de la peine à vous en sortir ? Vous avez de la peine à payer vos fournisseurs ? Vous avez de la peine à négocier avec vos partenaires ?Nous sommes là pour vous accompagner.

Alors n’hésitez pas et contactez-nous via notre site internet www.c2mgroup-gn.com, accessible directement sur Google, (je souligne que le nombre d’abonnés ne fait que croître chaque jour). Nous sommes également bien suivis sur Facebook ou encore LinkedIn.

Certaines entités proposent déjà leurs propres plateformes de communication, donc le bébé grandit de jour en jour.

Nous arrivons à la fin de cette interview, quels messages vous avez pour vos concitoyens ?

AC : Je n’ai qu’un seul message pour le peuple de Guinée et pour la Diaspora, « Mettons-nous au travail. »  Moi, je crois au travail.

Quelle que soit notre famille, nos origines, quel que soit notre espoir, le travail peut changer la vie de chacun d’entre nous. Il suffit d’y croire et de se lancer.

Alors, mettons la Guinée au travail, et « ENSEMBLE ; CONSTRUISONS NOTRE SUCCÈS », voici le message que je lance au CNRD également.

Interview réalisée par Boubacar Koyla Diallo et Oumar M’Böh

+224 622 624 545/620 725 486

Lire

Des casernes militaires à l’administration du pays : l’armée guinéenne se politise

31 octobre 2021 à 13 01 03 100310

Alpha Ousmane BARRY, Professeur des Universités en France

Libre Opinion : D’une manière ou d’une autre, dès que l’on envisage la situation politique en Guinée, se pose toujours à nous une série de questions à l’infini, comme si nos idées tournaient en boucle. D’une certaine manière, on est en droit de penser que ce qui se joue dans notre pays ressemble à une sorte de conte de fée qu’on raconte à des enfants pour les amuser. En endossant l’étiquette d’un simple observateur, on peut inférer que tout se passe comme si les acteurs politique dans l’arène infantilisaient en permanence le peuple voire tournaient les citoyens en dérision. Mais avant de s’attarder sur ce sujet, un petit détour ne serait pas inintéressant, histoire de revisiter le passé et de réveiller les mémoires endolories par les âpres de la vie quotidienne.

Nul guinéen ne se représentait en 1984, après la mort du Responsable Suprême de la Chose populaire et révolutionnaire, que l’armée bafouée depuis 1965 allait s’imposer comme force alternative du changement. Toutefois, contre toute attente, dès quele grand Timonier a tiré sa révérence, l’armée en haillon à cette époque s’est réveillée de sa torpeur et a fait irruption sur la scène politique. Depuis cette date -de prise de sa revanche sur les civils-on comptabilise en plus la tentative ratée du Colonel Diarra Traoréau mois de juillet 1985 et la mauvaise sortie de quatre officiers, férus d’idéologie communautariste en février 1976. N’ayant pas pu accorder leurs violons, ils ont banalement libéré leur otage qui du même coup a repris les rênes du pouvoir et les a expédiés en prison. Tous ces événements singuliers ont jeté les bases d’une situation d’instabilité politique pérenne dans notre beaupays-la Guinée. Ainsi, aussitôt après la disparition du Général Lansana Conté en 2008, l’armée a-t-elle imposé à nouveau sa présence sur la scène publique. S’ensuit, treize ans après, un autre épisode de cette histoire mouvante avec l’irruption des bidasses dans lerenversement récent de notre génialissime Professeur-bien-aimé.Bilan : cinq coups d’Etat dont deux ratés et trois réussis. La cadence de ces événements cycliques, qui constituent une menace pour la stabilité de la République, mérite qu’on y réfléchisse.

L’être et le paraître en politique

Dans la vie politique, il s’avère difficile de dissocier le faux du vrai, la sincérité de la duplicité, la bonne foi de la dissimulation ; tant ces couples font corps commun comme les deux faces d’une pièce de monnaie. Conformément à cette distribution complémentaire d’antonymes, notre professeur-bien-aimé nous a appris que « plus le mensonge est gros, plus les Guinéens y croient et y adhèrent ». C’est ainsi qu’il s’est auto-proclamé Professeur. Heureusement qu’en lisant l’ouvrage d’Ibrahima Baba Kaké intitulé : « Sékou Touré. Le Héros et le Tyran (1987) », ondécouvre à la page 152 la précision suivante : « Alpha Condé, assistant à la faculté de droit de Paris 1 ». La coexistence de ces deux figures (l’être et le paraître) chez l’homme politique, atteste la manière dont Alpha Condé a caché aux Guinéens le vrai fondement de sa personne. Ainsi a-t-il promis indûment des TGV, des usines, la démocratie, et surtout il s’est fait passer pour opposant historique. La zone d’ombre, qui se déploie entre ces deux assomptions, correspond à celle que couvre la farce. Par exemple, l’image pompeuse de « l’opposant historique » qui n’en est pas une, ouvre un autre chapitre de l’être et du paraître. Car cen’est pas un secret que Alpha Condé était « collabo », un agent de renseignement au service de Sékou Touré. En effet, même si deux petits détails constituent une couverture pour le président déchu : sa condamnation par contumace et son ouvrage « La Guinée ou l’Albanie de l’Afrique », il ne s’agit qu’une apparence qui masque la réalité. Dans le même ordre d’idées, en lisant l’un des derniers textes du Professeur Ansoumane Doré (Paix à son âme !) à propos de Jean-Marie Doré et de ses tribulations politiques, un détail retient l’attention. Le Professeur Doré à propos d’Alpha Condé indique : « qui a réussi à se faire passer pour un opposant historique ». Si tout cela est une chose, le fait de promettre aux Guinéens la démocratie et le bien-être et de réprimer toutes les manifestations dans le sang constitue l’aspect le plus sombre de son passage à la tête du pouvoir.

Théâtralisation ou mises en scènes de liturgies politiques ?

Depuis Machiavel on sait qu’en politique, le plus important est de montrer un aspect des choses, car pour lui « le peuple se prend toujours aux apparences et ne juge que par l’événement ». D’où l’idée géniale à propos de l’exercice du pouvoir : « Gouverner c’est paraître et qui veut la fin veut les moyens ». De ce fait, la non-transparence au monde réel de la parole politique, atteste que l’Être dans le discours avec la variété de ses images fantomatiques, ne correspond guère à l’Être en chair et en os dans le monde. Dans ce cas, l’homme politique est comparable à un acteur de théâtre qui, à chaque sortie des coulisses, revêt le visaged’un autre personnage. La distorsion entre les deux réalités relève tout simplement du faire-croire que Boudon (1990) appelle « l’art de persuader des idées douteuses, fragiles et fausses ». En d’autres termes, manipulations et torsions de tous ordres participent à la construction de croyances, en tant que fondement de l’opinion publique. Identité manipulée ou identité de façade peu importe finalement, mais ce qi importe en revanche est de comprendre qu’en politique la construction des croyances ne reflète en rien la vraie nature des choses ; elle réponde tout simplement à un enjeu de conquête et d’exercice du pouvoir.

Quel lien avec l’actualité politique guinéenne

En appliquant ces considérations à la situation qui prévaut actuellement en Guinée, cela amène à se demander si les sorties médiatiques, et les décisions du CNRD n’étaient pas sujettes à caution. En d’autres termes, la discordance entre les valeurs sociales positives que la junte militaire au pouvoir revendique et celles qu’elle incarne réellement, correspond sans doute à ce que Barthes (1957) nomme Mythologie. A propos de la mythomanie des hommes politiques, l’auteur soutient que « le discours idéologique comprend à la fois, une précieuse ambiguïté, l’être et le paraître du pouvoir, ce qu’il est et ce qu’il voudrait qu’on le croie ». En effet, devenus acteurs politiques par la force des choses, nos braves militaires du CNRD amusent par leurs modes de théâtralisation de la vie politique. Les nominations à compte-gouttes en sont un exemple frappant pour deux raisons : i) d’une part tel un feuilletage narratif, elles aiguisent l’appétit de savoir que va-t-il se passer demain. Ainsi créent-elles une curiosité immense chez le peuple. Finalement à chaque épisode son feuilleton et ses débats, ce qui permet d’occuper le temps voire de canaliser les esprits, puis de maîtriser temporairement l’opinion toujours dans l’attente de ce qui va suivre ; ii) d’autre part, une telle stratégie consistant à imposer la discontinuité, entre accélération et ralentissement, ne permet guère de conduire une analyse aboutie de la situation. Tout événement susceptible de défrayer l’actualité peut contredire l’analyse menée précédemment.

En termes de marketing politique cela s’appelle le Storytelling(l’art de raconter des récits en politique). Cette stratégie consiste à forger une histoire et l’imposer dans l’agenda politique. Les décisions politiques étant soumises aux variations de l’opinion publique, d’où la relation qui se tisse entre l’agenda de préoccupation des citoyens, l’agenda politique et médiatique. Ainsi, pour occuper l’espace public, faire l’événement de l’actualité, le CNRD crée-t-il l’événement, une histoire que les médias racontent en litanie. A la différence de Lansana Conté droit dans ses bottes, de Dadis Camara, enjoué et frénétique, le CNRD impose aux Guinéens son calendrier, canalise les citoyens par des décisions qui soufflent aux oreilles des mots visant à enfler leur vanité, à les émouvoir. C’est sous ce label que se gère le tempo à leur convenance. Il faudra sans doute la sortie du bras manchot de sa cachette pour que les Guinéens comprennent la vraie nature du jeu politique en cours.

Dans le sillage de ce qui vient d’être dit, les nominations de militaires à la tête des préfectures, des régions et de certains ministères, le recyclage d’anciens collabos et la vie tranquille que mènent les anciens ministres du pouvoir déchu, attestent que nos braves soldats prennent corps dans tous les services de l’Etat selon le principe de la « charité bien ordonnée commence par soi ». Ainsi, l’armée guinéenne se politise davantage qu’auparavant. Mais si cela ne semble poser aucun problème dans le présent, c’est l’avenir qui interroge ; car il y aura certainement un avant et un après à tout cela. La conséquence logique de cette situation induitque tout locataire de la présidence de la République sera obligé de composer avec ces militaires, qui ont pris goût dans l’occupationdes rênes du pouvoir. Il faudra donc de tout temps donner à ces « chèvres » de l’herbe fraîche à brouter. Or pour se développer, la Guinée a besoin d’instituer une gestion saine et rigoureuse, ce qui présuppose une diminution drastique du train de vie de l’Etat. Une telle disposition va sans doute s’avérer dans les faits, très problématique. Face à cette situation, on se demande dans foulée : quelle solution et à quand la solution ! En attendant d’y voir plus clair, quelqu’un m’a appris un secret qu’il est louable de partager avec vous : « la souffrance est à toute personne qui se met à réfléchir sur comment résoudre les problèmes guinéens ».

Alpha Ousmane BARRY, Professeur des Universités en France

Lire

Fodé Bangoura : « le train conçu par Lansana Conté a redémarré »

30 octobre 2021 à 20 08 01 100110


Relancer le Parti de l’Unité et du Progrès (PUP) et lui redonner sa place d’antan, c’est l’ambition des dirigeants de l’ancien parti au pouvoir. Ils ont fait cette annonce au cours d’une assemblée générale organisée ce samedi, 30 octobre 2021, au siège de la formation politique, à Conakry, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Lire

Secours d’urgence : 35 jeunes de la PNJDD et de la PJDD outillés

30 octobre 2021 à 18 06 18 101810

Ce sont au total 35 jeunes leaders dont 3 femmes qui sont venus de toute la Guinée qui viennent de bénéficier de trois jours de formation sur le « secourisme ». La cérémonie de clôture s’est déroulée au siège de la DSV-BI à Bambéto en présence des autorités communales et des membres de la PNJDD, de la PJDD et de la DSV-BI. 

Lire

Suicide à Lola : « il souffrait de l’impuissance sexuelle »

30 octobre 2021 à 17 05 29 102910

Sékou Loua, un jeune homme d’une vingtaine d’années, s’est donné la mort la nuit dernière, au quartier Tighen-mo 1, dans la commune urbaine de Lola. Son corps a été retrouvé dans la matinée de ce samedi, 30 octobre 2021, suspendu à un arbre à l’aide d’une corde. Selon son oncle, Olivier Soumaoro, interrogé par le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré, le défunt souffrait de l’impuissance sexuelle.

Lire

Ministère de l’information et de la communication : le toit emporté par un vent violent

30 octobre 2021 à 15 03 41 104110

Un vent violent qui a soufflé la nuit dernière à Conakry, a causé des dégâts au ministère de l’information et de la communication, situé au quartier Boulbinet, dans la commune de Kaloum. Le bâtiment a été complètement décoiffé, une partie du toit s’est retrouvée à terre et l’autre est resté accrochée à un manguier, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Décentralisation : la coordination forestière réclame la création d’un second gouvernorat dans la région

30 octobre 2021 à 11 11 56 105610

Mohamed Lion Bangoura

La coordination de la Guinée forestière souhaite la création d’un second gouvernorat dans cette région naturelle de la Guinée. Elle a adressé une doléance dans ce sens au président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya, au cours d’une rencontre avec une délégation du CNRD, tenue ce vendredi, 29 octobre 2021, à Conakry. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la volonté de la junte militaire au pouvoir de réconcilier et d’unir tous les Guinéens. Le chef de la délégation, Mohamed Lion Bangoura, a mis l’occasion à profit pour inviter les sages de la Guinée forestière à soutenir les autorités de la transition, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Aéroport de Conakry : reprise du travail après une journée de perturbation

30 octobre 2021 à 11 11 42 104210

La perturbation constatée dans les activités aéroportuaires, liée à la cessation du travail par les agents d’AMA Getma Guinée, hier vendredi 29 octobre 2021, a été de courte durée. Selon une source proche des grévistes, les autorités du département des Infrastructures et des transports, le CNRD et l’ensemble des acteurs impliqués sont parvenus à dénouer la crise. Le travail, arrêté la journée, a finalement repris dans la nuit du vendredi, à 23 heures, avec le traitement du vol d’Air France, a appris un journaliste de Guineematin.com de sources proches des agents manutentionnaires.

Ce samedi, les vols des compagnies Turkish Airlines, Royal Air Maroc (RAM) et ASKY Airlines ont tous été traités et tout est rentré dans l’ordre.

En rappel, hier, vendredi, les agents manutentionnaires qui ne veulent plus travailler dans des conditions particulièrement difficiles, avaient cessé toute activité. Ils avaient exigé l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail ; et surtout leur intégration dans le personnel de la SOGEAC en vue de bénéficier de tous les avantages liés à leurs activités aéroportuaires. Ce qui a eu pour conséquences immédiates la perturbation des activités au niveau de l’aéroport.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél: 628089845 

Lire

Coyah : victime d’expropriation de terre, Elhadj Mamoudou Diallo se confie à Guineematin

30 octobre 2021 à 10 10 06 100610

C’est un vieil homme avide de justice qui interpelle les nouvelles autorités de la Guinée sur l’injustice dont il fait face depuis quelques années. Elhadj Mamoudou Diallo (puisque c’est de lui qu’il s’agit) a été exproprié d’un domaine composé de six (6) à Kouria (dans la préfecture de Coyah) par un expatrié ukrainien, un certain Denis. Un domaine qu’il dit avoir acquis en 2017 des mains de la juge à la retraite, Hadja Habi Dieng.

Lire

Transition : Lanciné Condé, Mamoudou Nagnalen Barry et Moussa Cissé entrent au Gouvernement

30 octobre 2021 à 9 09 21 102110

Dans une série de décrets publiés tard la nuit d’hier à aujourd’hui, samedi 30 octobre 2021, le colonel Mamadi Doumbouya a rendu public la nomination de trois cadres au Gouvernement de la Transition. Et, un autre a été nommé secrétaire général du ministère de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation.

Lire

Transition : le MAG appelle le CNRD à associer les jeunes de l’axe

30 octobre 2021 à 8 08 30 103010

Le Mouvement pour l’alternance en Guinée (MAG) souhaite l’implication des jeunes de l’axe dans la conduite de la transition. Ses responsables ont lancé un appel dans ce sens à l’endroit du CNRD au cours d’une conférence de presse animée hier, vendredi 29 octobre 2021, à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Rentrée universitaire : plus 4000 étudiants attendus à l’ISSEG de Lambanyi (responsable)

30 octobre 2021 à 8 08 16 101610

Sauf changement de calendrier, la rentrée universitaire aura lieu le lundi prochain, 1er novembre 2021, en Guinée. Et, dans les différentes universités et institutions d’enseignement supérieur du pays, l’heure est aux préparatifs pour une ouverture des classes réussie. C’est le cas à l’Institut supérieur des sciences de l’éducation de Guinée (ISSEG) où « toutes les dispositions » ont été prises pour accueillir les étudiants et démarrer normalement les cours dès le premier jour de l’année universitaire. Cet Institut doit accueillir plus de 4700 étudiants cette année ; mais, il ne devrait y avoir aucun souci de place. Car, selon le responsable de l’information et de la communication de ce temple du savoir, Mansa Condé, l’ISSEG dispose d’un nombre de places largement supérieur à l’effectif d’étudiants qui doit y arriver, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire