Dans la journée du jeudi, 30 septembre 2021, le gouverneur de la région administrative de Boké a rencontré tous les préfets relevant de sa juridiction. La rencontre s’est tenue dans la salle de conférence du gouvernorat. Les discussions ont tourné autour de 5 points : la situation sécuritaire, l’évolution de la pandémie de Covid-19, l’adhésion de la population aux idéaux du CNRD, la situation sociale et administrative qui prévaut dans les localités et les problèmes que rencontre chaque autorité dans sa zone de juridiction, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Avant de donner la parole à ses invités, le gouverneur de Boké, a expliqué pourquoi il a convié les préfets de Boké, Boffa, Fria, Gaoual et Koundara à cette réunion. Selon le colonel Sékouba trésor Camara, l’objectif est de mettre tout le monde au même niveau d’information sur la situation qui prévaut dans toute la région. C’est ainsi que chaque a pris la parole pour aborder les questions à l’ordre du jour.

Colonel Ibrahima Barry, préfet de Boffa

« Dès l’avènement du comité national du rassemblement pour le développement, tous les citoyens ont adhéré et nous ont acceptés comme nouvelles autorités. Les gens se sont sentis libres et ont adhéré aux idéaux du président du CNRD. Sur le plan sécuritaire aussi, tout va bien. En ce qui concerne la situation sanitaire, nous avons les trois types de vaccin contre la Covid-19 et les gens continuent de prendre les doses », a dit le colonel Ibrahima Barry, préfet de Boffa, avant d’évoquer quelques problèmes rencontrés sur le terrain. « Monsieur le gouverneur, nos problèmes sont à plusieurs niveaux. Nous n’avons pas d’eau, pas de courant et les jeunes réclament de l’emploi. À cela s’ajoute le fait que tous les services déconcentrés n’ont pas de budget de fonctionnement », a-t-il souligné.

À ces problèmes qui sont communs à toutes les préfectures de la région, le préfet de Fria, Colonel Yaya Kalissa, a évoqué aussi la situation particulière des zones minières. « Monsieur le gouverneur, nous avons aussi trouvé que les société minières exploitent les Guinéens. À Fria par exemple, vous pouvez voir un travailleur qui est payé à 400.000 GNF. Pas de bulletin de salaire, on met l’argent dans une enveloppe et on la lui jette. Il n’y a pas de bureau de syndicat à l’usine de RUSAL/Friguia. Vous pouvez voir un ingénieur avec un salaire de 1.500.000 GNF.  Ils font ce qu’ils veulent et dès que quelqu’un parle, il est licencié et on lui dit d’aller voir à Sékhoutouréya (le palais présidentiel où vivait Alpha Condé jusqu’à son éviction de la présidence de la République », a déploré le préfet de Fria.

Colonel Sekouba Trésor Camara, gouverneur de Boké

Au terme des débats, le Sékouba trésor Camara, gouverneur de la région de Boké, a donné des instructions aux préfets. « Tenez-vous droits dans vos nouvelles tâches.  Priorisez la paix et la quiétude sociale. Par rapport à vos problèmes, gérez-les comme vous le pouvez en attendant. Nous allons écrire aux différents départements pour les alerter. Et après la nomination des membres du gouvernement, nous allons effectuer des déplacements et parler aux ministres en tête à tête. Mais je pense que d’ici-là, il va falloir que vous gérez les situations au cas par cas », a instruit l’autorité régionale. 

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin