Ibrahima Kapi Camara, Directeur général de l’OGP

Écrire que la Guinée était mal gérée et que ses biens étaient utilisés par des clans qui nageaient dans l’opulence alors que la population est toujours écrasée par la misère, est un secret de polichinelle. C’était connu de tous ; mais, personne, ni aucune institution n’en faisait son problème. Mêmes les dénonciations de la presse étaient perçues comme de simples ragots et la justice s’est toujours montrée sourde, surtout que les mis en cause avaient des entrées au Palais Sékoutoureya.

Mais, depuis l’arrivée du CNRD du Colonel Mamadi Doumbouya et de son équipe à la tête de la Guinée, avec la promesse de faire de la justice la boussole pour les citoyens, les Guinéens commencent à rêver d’une nouvelle nation où les richesses pourraient servir au développement du pays et non à l’enrichissement personnel de quelques cadres véreux, décidés à retourner la veste au gré du vent pour peu que leurs intérêts personnels puissent être sauvegardés.

Ces derniers temps, les histoires de détournements des deniers publics enflent en Guinée et alimentent la quasi totalité des discussions dans les bureaux, les cafés… même dans les mosquées ! Aujourd’hui, beaucoup de nos compatriotes accordent assez de crédit à la détermination des nouvelles autorités à traquer les faussaires de la République. Ce qui délie les langues même de ceux qui avaient complètement désespéré…

Parmi les innombrables confidences faites ces derniers temps aux journalistes de Guineematin.com, il y a cette affaire de 17 milliards de francs guinéens qui auraient été détournés par Ibrahima Kapi Camara, quand il était Directeur général du Grand Hôtel de l’indépendance (ex Novotel GHI Conakry), réputé très proche du président déchu, Alpha Condé. Un montant qui serait lié aux factures cumulées de l’Etat finalement réglées. On raconte qu’après avoir encaissé ces milliards, Kapi aurait acheté un appartement en France, avant de faire de grandes réalisations dans son Fandjé natal (à Forécariah), sans parler de Conakry.

Au moment où les rumeurs commençaient à courir sur cette affaire, au lieu d’être soumis à des enquêtes, l’homme a été bombardé au poste de Directeur général de l’Office guinéen de publicité (OGP) qu’il occupe depuis lors et sans le moindre risque d’être même auditionné…

Joint au téléphone dans la soirée d’hier, vendredi 22 octobre 2021, par un journaliste de Guineematin.com, Ibrahima Kapi Camara a botté en touche, expliquant que le président Alpha Condé a accepté de solder des factures du CNDD du capitaine Moussa Dadis Camara…

« La dette de l’Etat vis-à-vis de l’hôtel, c’était de 19 milliards. Et, c’était le gâchis du CNDD, à travers le séjour des autorités du CNDD à l’hôtel. Le DAF, Saliou Kobélé, et moi avons fait des démarches auprès du ministère du Budget pour régler cette facture. Après les rapprochements, nous sommes arrivés à un montant de 17 milliards 200 ou 17 milliards 300 millions de francs guinéens. Et, c’est Alpha Condé qui intervenait à chaque fois pour qu’on nous paye. Le montant a été payé en tranche, de 7 ou 8 tranches. Et, le règlement était fait directement à la Banque Islamique. C’est cette somme qui nous a permis de payer les travailleurs. La Banque islamique ne connaît même pas mon compte bancaire. Et, je n’ai pas mon compte bancaire dans cette banque. Il n’y a aucune vérité sur cela », a juré l’ancien patron du Grand Hôtel de l’indépendance.

Ibrahima Kapi Camara a également tenu à parler de l’implication personnelle du Président Alpha Condé pour la fourniture continue d’électricité au Grand Hôtel de l’indépendance (GHI Novotel). « Nous n’avions pas de client à l’hôtel, et on avait des groupes électrogènes qu’on ne pouvait pas carburer. Il fallait donc payer les factures d’EDG. On a payé plus de dix milliards à EDG. Un jour, je suis venu voir le Président pour lui dire qu’on n’a pas de client et j’ai 150 travailleurs, tous des pères de famille. L’hôtel ne peut pas fonctionner sans électricité. Et, je suis parti voir le Président Alpha Condé qui a réglé le problème », a-t-il rappelé.

Pour les biens qui lui sont attribués l’actuel Directeur général de l’Office guinéen de publicité (OGP) a balayé également d’un revers de la main toutes les accusations, sauf dans son village où il parle de rénovation faite avec les autres membres de sa famille…

« Je n’ai aucun appartement à Paris ! Pour les constructions à Fandjé, c’est une résidence familiale qu’on a rénovée ensemble. On a commencé la rénovation il y a des années. Mon père a 16 enfants dont 10 chez ma maman. Cela n’a rien à voir avec mes fonctions », s’est défendu l’ancien patron du Grand Hôtel de l’indépendance (ex Novotel GHI Conakry).

À suivre !

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin