Boubacar Kanté : la disparition d’une icône

24 octobre 2021 à 22 10 28 102810

Feu Boubacar Kanté

(Par Amadou Diouldé Diallo) Abidjan, 24 octobre 1997 : Après 23  ans d’exil au bord de la lagune Ebrie, le célébrissime journaliste reporter Boubacar Kanté a bouclé ses valises pour un retour définitif en Guinée où il venait d’être nommé Directeur du bureau de presse de la présidence de la République par le général Lansana Conté. Mais, il ne foulera plus jamais la terre de ses ancêtres ; car, il sera nuitamment assassiné à son domicile par des inconnus qui courent toujours. 

Feu Boubacar Kanté

La triste nouvelle se répand comme une trainée de poudre et consterne le monde entier. Ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où Boubacar Kanté était un journaliste reporter de renom, doublé d’un homme de culture qui avait donné à la régie « Syliphone » ses lettres de noblesse. 

Rarement ou presque jamais un journaliste reporter n’a su allier le génie à l’élégance au point de faire de ce beau métier, un art avec une noblesse de cœur et de caractère. Volubile à la voix grave, il avait constitué avec le doyen Pathé Diallo, le premier duo au monde : narrateur -commentateur techniquement appelé de nos jours : J1-J2.

c’est encore les deux qui prirent part au congrès constitutif de l’UJSA (union des journalistes sportifs africains) en 1970 à Khartoum au Soudan qui accueillait la CAN, la première du Sily national de Guinée. 

C’est deux ans plus tard que boubacar Kanté va définitivement entrer au Panthéon des monstres du micro lorsqu’il assura la retransmission en direct de la première finale de la coupe d’Afrique des clubs champions du Hafia fc de Conakry dont la phase retour se disputait au Nakivubo stadium de Kampala contre le Simba Ouganda Army.

ce jour de triomphe et d’apothéose pour le représentant guinéen et notre peuple tout entier, n’aurait peut-être pas eu son nectar de Babylone sans cette aisance dans la narration de l’événement. 

un événement auquel le président Ahmed sekou toure donna son cachet politique quand de son palais à Conakry, il intervint en direct pour s’entendre dire qu’il est le plus grand lion d’Afrique par boubacar Kanté qui lui transmettait là un message du président Idi Amin Dada d’Ouganda. 

Ce premier sacre du Hafia du capitaine soumah Soriba « édenté « sera suivi de la désignation de souleymane cherif 3e ballon d’or africain. 

une distinction qui porte la marque de boubacar Kanté qui avait le talent magique de pousser les joueurs au surpassement. 

or comme Soundiata Keita, souleymane chérif avait la fougue du buffle et la majesté du lion et constituait avec maxime le bijoutier du clair de lune et petit Sory le poète du dribble, l’un des meilleurs trios du continent. 

Malheureusement le journaliste sportif au style aveuglant de clarté et à la popularité grandissante était dans le viseur des politiques. 

c’est pourquoi en 73 ,il opta pour l’exil en côte d’ivoire à partir de Tunis qui accueillait le festival panafricain des arts et de la culture auquel la Guinée prenait part et dont boubacar Kanté était membre de la délégation. 

L’exil durera 23 ans sans qu’il n’altéra le patriotisme de  celui que toute la côte d’ivoire appelait affectueusement « Bouba » et qui avait pris une part considérable dans la promotion de son football par son verbe et sa verve. 

Les éléphants de côte d’ivoire remportent leur premier titre continental en 92 à Dakar. Ce patriotisme boubacar Kanté va le prouver en terre sénégalaise en renonçant à ses privilèges et honneurs d’envoyé spécial senior de Africa no1 pour venir sur Radio Guinée, sa Radio de cœur, et faire duo avec le jeune reporter à sa première CAN que j’étais. 

face à ceux qui trouvaient son attitude comme une violation de son contrat avec la station panafricaine, boubacar Kanté répondait sans sourciller « si c’est pour votre argent, garder le, je reste sur radio Guinée car c’est sur elle que ma chère m’écoute à dabola « .

cette mère Hadja Doussou Kanté dont il était l’aîné et l’unique garçon, suivi de 7 filles, était  sa raison d’être, elle qui l’appelait Bakary dans une complicité que même la mort fût obligée de succomber car mère et fils reposent côte à côte au cimetière de dabola. 

Ainsi va la vie. quand DIEU rend sa copie, on ne se sauve pas du destin. 

Repose en paix Koro Bouba. 

AMEN !

Par Amadou Diouldé Diallo, journaliste-historien

Lire

Meeting de Cellou Dalein à Bruxelles : « merci à la communauté guinéenne »

24 octobre 2021 à 22 10 13 101310

Après une impressionnante mobilisation de ses compatriotes au meeting qu’il a animé dans l’après-midi d’hier, samedi 23 octobre 2021, à l’Université Libre de Bruxelles, le président de l’UFDG a chaleureusement remercié ses partisans d’Europe et la communauté guinéenne en général. Cellou Dalein Diallo s’est montré très touché par la forte participation à son premier meeting à l’étranger des Guinéens venus d’Allemagne, de France, d’Italie, d’Espagne et de la Hollande.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le message de remerciement de Cellou Dalein Diallo :

J’ai été très honoré et heureux de l’accueil chaleureux que m’ont réservé les militants et responsables de la Fédération UFDG de Belgique.

Je tiens à les remercier vivement pour l’hospitalité et l’attention dont j’ai été l’objet durant tout mon séjour.

J’en suis d’autant plus ému et fier qu’il s’agit de mon premier déplacement à l’étranger depuis plus d’un an suite à l’interdiction de sortie du territoire dont j’ai été arbitrairement frappé.

Mes remerciements vont aussi à l’endroit de toute la communauté guinéenne de Belgique dans son ensemble ainsi qu’aux Fédérations UFDG venues d’Allemagne, de France, d’Italie, d’Espagne et de la Hollande pour assister au meeting que j’ai animé l’après-midi du 23 octobre à l’ULB.

L’engouement exceptionnel qu’a connu cette grande fête dans la capitale européenne a dépassé toutes mes attentes et je tiens à exprimer ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux qui ont contribué à rendre mon séjour si utile et agréable.

Lire

Siguiri : le commissariat central de police attaqué par des jeunes en colère

24 octobre 2021 à 22 10 08 100810

Vive tension ce dimanche, 24 octobre 2021, à Siguiri. Plusieurs conducteurs de taxis motos ont attaqué le commissariat central de la ville pour exiger que leur soient livrés trois présumés bandits détenus dans ces lieux. Ils ont vandalisé les locaux de la police et le véhicule de service du premier responsable de ce commissariat, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Lire

Hadjiratou Barry ébouillante sa locataire et accuse : « c’est Satan qui m’a poussée… »

24 octobre 2021 à 21 09 49 104910

Les faits se sont produits vers la fin de la deuxième du mois de septembre dernier à ‘’Petit Simbayah’’, un quartier de la commune de Ratoma (dans la haute banlieue de Conakry). C’était suite à une bagarre que la mise en cause (Hadjiratou Barry) a livré contre sa locataire (Assiatou Diallo). Cette dernière l’a battue ; et, quelques jours plus tard, en dépit de la médiation pour les réconcilier, Hadjiratou a tenu à « se venger ». C’est dans ce cadre qu’elle a ébouillantée Assiatou Diallo. Et, pour cet acte, elle a été arrêtée et placée en détention le 16 septembre dernier. Son procès pour « coups et blessures volontaires » s’est ouvert mercredi dernier, 20 octobre 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn.

A la barre, Hadjiratou Barry a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés. Et, elle a accusé ‘’Satan’’ de l’avoir poussé à se venger d’Assiatou Diallo.

« Il y a eu une altercation entre nous, on s’est bagarré. Elle (Assiatou Diallo) m’a frappé. Quelques jours après, mon oncle est venu me gifler sans même me demander ce qui s’est passé. Finalement, mon oncle, mon mari et le mari de Assiatou Diallo nous ont réconciliées. Mais, mon cœur n’était pas tranquille. Satan m’a poussé, j’ai chauffé l’eau et je l’ai versée sur elle (Assiatou Diallo). Je regrette les faits et je demande pardon. C’est Satan qui m’a poussé à le faire », a déclaré Hadjiratou Barry devant le tribunal.

« Tu n’avais aucune solution pour te venger, sauf verser de l’eau chauffée à 100 degré sur son corps ? » se presse de demander le ministère public.

« Non ! Je ne pensais pas que cela allait être aussi grave que ça », a répondu la prévenue.

Mais, visiblement, sa réponse n’a fait qu’ajouter à la colère du procureur Boubacar I Bah.

« Maintenant ton cœur est tranquille, non ! Tu pensais que tu peux verser cette eau sur elle et aller dormir tranquillement chez toi ? Voilà pourquoi tu es en prison », a martelé le parquetier audiencier.

« Non, c’est Satan qui m’a poussé à faire ça. Sinon, après les assises organisées par mon oncle et nos époux, j’avais pardonné. Mais, c’est par après que Satan m’a poussé à faire cet acte », a insisté Hadjiratou Barry.

« Cesse d’accuser Satan ! » s’exclame le procureur, avant de poursuivre : « Tu es croyante pour combattre Satan. Donc, si c’est Satan qui te guide, ça veut dire que ta croyance manque encore ».

Appelée à la barre, la victime (Assiatou Barry) a laissé entendre que Hadjiratou Barry l’a attaquée par surprise pour l’ébouillanter.

« Ce jour, il n’y a même pas eu de dispute entre nous. Elle (Hadjiratou) est venue tout simplement verser l’eau chaude sur moi », a dit Assiatou Diallo, avant que son mari ne vienne demander le remboursement des 3 896 000 francs guinéens qu’il a dépensé pour les soins.

Finalement, le tribunal a renvoyé l’affaire au 29 octobre prochain pour les réquisitions et plaidoiries.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/664 41 32 27

Lire

La PJUP lancée à Conakry : « nous aspirons réussir ce que la majorité des Guinéens pense impossible »

24 octobre 2021 à 21 09 49 104910

Une nouvelle organisation de jeunesse vient de naître en Guinée. La très ambitieuse plateforme des jeunes unis pour la patrie (PJUP) a été officiellement lancée hier, samedi 23 octobre 2021, à Conakry. Son objectif est d’unir la jeunesse guinéenne afin de lui donner la place qu’elle mérite, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Lire

Rencontre avec le CNRD à Bambéto : réactions de quelques victimes des exactions du régime Alpha Condé

24 octobre 2021 à 10 10 35 103510

Comme annoncé précédemment, une délégation du CNRD a rencontré à la mosquée turque de Bambéto ce samedi, 23 octobre 2021, les victimes et proches de victimes des exactions de ces dix dernières années du régime d’Alpha Condé à Conakry. Et, au cours de la rencontre, Mohamed Lion Bangoura, l’émissaire du colonel Mamadi Doumbouya à cette rencontre, a demandé pardon et a promis « la justice » pour toutes les tueries qui ont été enregistrées lors des manifestations sociopolitiques en Guinée. « Ceux qui pensent qu’il n’y aura pas la justice se trompent. Notre boussole de justice sera orientée vers tous ceux qui ont commis les horreurs dans ce pays. Ils seront jugés un à un », a-t-il martelé.

Au sortir de cette rencontre, un reporter de Guineematin.com a tendu son micro quelques victimes et proches de victimes qui ont suivi ce discours de l’émissaire du CNRD. Ils expriment tous une satisfaction par rapport au message qui a été livré par Mohamed Lion Bangoura et tous s’accordent à dire qu’il faut d’abord la justice avant le pardon.

Décryptage !

Mme Aissatou Diallo, mère d’Ibrahima Baldé

Mme Aïssatou Diallo, mère d’Ibrahima Baldé (un jeune de 23 ans tué le lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020) : « Nous les remercions tous. Se rappeler de cela (les tueries), c’est beaucoup déjà. Mais, nous voulons qu’il y ait justice pour nos enfants, parce que beaucoup de familles ont été endeuillées. Mon enfant aurait fini ses études universitaires cette année. Si on demande à une personne de pardonner, il faut qu’elle pardonne ; parce que Dieu, le tout puissant, a dit quel que soit ce que l’on subit, il faut pardonner. Mais, avant tout cela, nous souhaitons connaître les bourreaux qui ont tué nos enfants. Alors, s’ils nous rendent justice, nous serons très contents ».

Halimatou Sow, fille d’Elhadj Ibrahima mort en détention

Halimatou Sow, fille de feu Elhadj Ibrahima Sow (un vieux décédé en détention à la maison centrale) : « Nous réclamons la justice d’abord avant le pardon, parce qu’il faut ça pour qu’on puisse vraiment pardonner. On espère obtenir justice avec les nouvelles autorités dirigées par le CNRD. Parce que depuis qu’il est là, beaucoup de choses ont commencé à changer. Alors, je suis très contente de cela. On demande au Colonel Mamadi Doumbouya de rendre justice et de faire la paix entre les guinéens ».

Mamadou Dian Diallo, blessé par balle et emprisonné

Mamadou Dian Diallo, qui avait reçu une balle à l’épaule et qui avait été emprisonné par le régime Condé : « Normalement on devait donner la parole aux victimes ou aux proches des victimes, ce sont elles qui devaient parler à la tribune. Mais, à mon fort étonnement, je constate que c’était un peu politisé ; parce qu’on a vu ici un jeune qui a parlé au nom des jeunes de l’Axe, alors qu’il n’est pas le mieux indiqué pour prendre la parole devant ces autorités.Mais, ce que la délégation a dit nous rassure que la justice sera faite. Elle a demandé le pardon aux victimes ; donc, on va accepter de pardonner. Mais, il faudrait qu’il y ait la justice avant le pardon, parce qu’on ne peut pas parler de réconciliation et de paix sans justice. Avec les actes que les nouvelles autorités sont en train de poser sur l’ensemble du territoire, on a espoir pour l’instant qu’ils vont tenir parole. Parce qu’ils ont juré de respecter la parole d’honneur, à travers le colonel Mamadi Doumbouya. Donc, cela nous donne une lueur d’espoir ».

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Incendie au grand marché de N’Zérékoré : une cinquantaine de boutiques et conteneurs ravagés

24 octobre 2021 à 8 08 20 102010

Un grave incendie est survenu dans la soirée du samedi, 23 octobre 2021, au grand marché de N’Zérékoré. Le feu a ravagé une cinquantaine de boutiques et conteneurs, faisant d’importants dégâts matériels, a appris Guineematin.com, à travers son correspondant dans la ville.

C’est aux environs de 20 heures que l’incendie s’est déclaré dans le grand marché de la capitale de la Guinée forestière. Alertés par la fumée et les flammes, les citoyens se sont aussitôt mobilisés pour venir éteindre le feu. Il est encore difficile d’établir un bilan, mais l’administrateur du marché indique que les pertes énormes.

« La place qui a été brûlée était majoritairement occupée par des vendeurs de mèches. Ce dimanche matin, nous avons tenté de faire l’état des lieux, mais en vain, parce qu’il y a une grande fumée qui se dégage encore des lieux et une grand foule sur le terrain.

Mais comme vous le voyez, les dégâts sont énormes : plus d’une cinquantaine de boutiques et conteneurs sont partis en fumée avec leurs contenus. Nous n’avons pas encore le bilan des pertes, mais il faut déjà s’attendre à plusieurs centaines de millions », a déclaré Moïse Sagno, administrateur du grand marché de N’Zérékoré.

Le préfet de N’Zérékoré, Colonel Sékou Keïta, le maire de la commune urbaine,  Moriba Albert Délamou, et plusieurs autres responsables locaux se sont rendus sur le terrain pour un constat. Les autorités ont annoncé la mise en place d’une cellule de crise et l’ouverture d’une enquête pour déterminer la cause de cet incendie.

A suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Lire

Loi de Finances rectificative 2021 : communiqué du CNRD

24 octobre 2021 à 5 05 25 102510

Le comité National du Rassemblement pour le Développement CNRD a animé un point de presse avec le pôle financier hier, samedi 23 octobre 2021 sur la Loi de Finances Rectificative 2021. La rencontre a été présidée par le Colonel Amara Camara, ministre secrétaire général de la présidence de la République.

Lire