Comme annoncé précédemment, une délégation du CNRD a rencontré à la mosquée turque de Bambéto ce samedi, 23 octobre 2021, les victimes et proches de victimes des exactions de ces dix dernières années du régime d’Alpha Condé à Conakry. Et, au cours de la rencontre, Mohamed Lion Bangoura, l’émissaire du colonel Mamadi Doumbouya à cette rencontre, a demandé pardon et a promis « la justice » pour toutes les tueries qui ont été enregistrées lors des manifestations sociopolitiques en Guinée. « Ceux qui pensent qu’il n’y aura pas la justice se trompent. Notre boussole de justice sera orientée vers tous ceux qui ont commis les horreurs dans ce pays. Ils seront jugés un à un », a-t-il martelé.

Au sortir de cette rencontre, un reporter de Guineematin.com a tendu son micro quelques victimes et proches de victimes qui ont suivi ce discours de l’émissaire du CNRD. Ils expriment tous une satisfaction par rapport au message qui a été livré par Mohamed Lion Bangoura et tous s’accordent à dire qu’il faut d’abord la justice avant le pardon.

Décryptage !

Mme Aissatou Diallo, mère d’Ibrahima Baldé

Mme Aïssatou Diallo, mère d’Ibrahima Baldé (un jeune de 23 ans tué le lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020) : « Nous les remercions tous. Se rappeler de cela (les tueries), c’est beaucoup déjà. Mais, nous voulons qu’il y ait justice pour nos enfants, parce que beaucoup de familles ont été endeuillées. Mon enfant aurait fini ses études universitaires cette année. Si on demande à une personne de pardonner, il faut qu’elle pardonne ; parce que Dieu, le tout puissant, a dit quel que soit ce que l’on subit, il faut pardonner. Mais, avant tout cela, nous souhaitons connaître les bourreaux qui ont tué nos enfants. Alors, s’ils nous rendent justice, nous serons très contents ».

Halimatou Sow, fille d’Elhadj Ibrahima mort en détention

Halimatou Sow, fille de feu Elhadj Ibrahima Sow (un vieux décédé en détention à la maison centrale) : « Nous réclamons la justice d’abord avant le pardon, parce qu’il faut ça pour qu’on puisse vraiment pardonner. On espère obtenir justice avec les nouvelles autorités dirigées par le CNRD. Parce que depuis qu’il est là, beaucoup de choses ont commencé à changer. Alors, je suis très contente de cela. On demande au Colonel Mamadi Doumbouya de rendre justice et de faire la paix entre les guinéens ».

Mamadou Dian Diallo, blessé par balle et emprisonné

Mamadou Dian Diallo, qui avait reçu une balle à l’épaule et qui avait été emprisonné par le régime Condé : « Normalement on devait donner la parole aux victimes ou aux proches des victimes, ce sont elles qui devaient parler à la tribune. Mais, à mon fort étonnement, je constate que c’était un peu politisé ; parce qu’on a vu ici un jeune qui a parlé au nom des jeunes de l’Axe, alors qu’il n’est pas le mieux indiqué pour prendre la parole devant ces autorités.Mais, ce que la délégation a dit nous rassure que la justice sera faite. Elle a demandé le pardon aux victimes ; donc, on va accepter de pardonner. Mais, il faudrait qu’il y ait la justice avant le pardon, parce qu’on ne peut pas parler de réconciliation et de paix sans justice. Avec les actes que les nouvelles autorités sont en train de poser sur l’ensemble du territoire, on a espoir pour l’instant qu’ils vont tenir parole. Parce qu’ils ont juré de respecter la parole d’honneur, à travers le colonel Mamadi Doumbouya. Donc, cela nous donne une lueur d’espoir ».

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin