Sidy Dieye, Directeur Général de la Banque Islamique de Guinée (BIG)

L’affaire « ministère public contre la banque islamique de Guinée (BIG) et son directeur général, Sidy Dieye », a connu son épilogue ce lundi, 25 octobre 2021, au tribunal correctionnel de Kaloum. Cette juridiction de première instance les a condamnés à 6 mois d’emprisonnement assortie de sursis et au paiement d’une amende d’un million de francs guinéens chacun pour le « harcèlement » de monsieur Amadou Bah, ancien directeur des ressources humaines de la BIG. Les deux prévenus ont également été condamnés à payer solidairement une somme de 300 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts à Amadou Bah, rapporte un journaliste que Guineematin.com a dépêché au tribunal.

Dans cette affaire, le directeur général de la Banque Islamique de Guinée a été trimbalé en justice par son ancien directeur des ressources humaines, Amadou Bah, pour « faux et usage de faux et harcèlement ». Le plaignant l’accusait d’avoir fait usage de « faux documents » pour le suspendre injustement de son poste et le licencier de la banque islamique de Guinée.

Au terme des débats contradictoire au tribunal correctionnel, le ministère public avait alors requis un an de prison contre Sidy Dieye, le DG de la BIG. Egalement, la partie civile avait demandé au tribunal de condamner solidairement la BIG et Sidy Dieye à lui payer la somme de 5 milliards de francs guinéens à titre de dommage et intérêts pour le préjudice subi.

Mais, à l’audience de ce lundi, le tribunal en a décidé autrement. Dans son délibéré, cette juridiction de première instance a tout d’abord renvoyé les prévenus des fins de la poursuite pour les infractions de faux et usage de faux qui pesaient sur eux. Par contre, le tribunal a déclaré Sidy Dieye et la BIG coupables de harcèlement moral au préjudice d’Amadou Bah. Et, pour la répression, la BIG et son Directeur Général ont été condamnés à 6 mois de prison assortie de sursis et au paiement d’un million de francs guinéens d’amende chacun. Les deux ont également été condamnés à payer solidairement une somme de 300 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts à Amadou Bah (la partie civile).

Cette décision du tribunal a été hautement saluée par la partie civile. Et, au sortir de l’audience, l’avocat du plaignant, Me Elhadj Madiou Barry a exprimé sa « totale satisfaction » de cette décision en faveur de son client.

« Voici un procès qui prend fin, en tout cas au tribunal de première instance de Dixinn. Le juge a prononcé sa décision dans une affaire qui perdure depuis plus d’une année, parce que tous les moyens ont été utilisés par les prévenus afin que cette décision n’arrive pas. Elle est enfin arrivée, le juge a rendu sa décision… Pour nous, cette décision qui retient les faits de harcèlement moral comme constitués à l’égard des prévenus, et de ce fait condamner le directeur de cette institution à 6 mois d’emprisonnement assorti de sursis, est une victoire. Monsieur Sidy Dieye, en tant que personne physique et morale ( représentant de la banque Islamique de Guinée) est condamné au paiement de 300 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts et au paiement d’une provision de 100 millions de francs guinéens à monsieur Amadou Bah. C’est une grande victoire. Croyez-moi, pour arriver à cette décision, la lutte a été très dure. Le dossier a été plusieurs fois programmé et affiché, le procureur refusait de vider la décision. A date, il ne respecte rien, il ne vient pas à l’audience », a dit Me Elhadj Madiou Barry.

A noter que ni les prévenus, ni leurs avocats n’ont répondu à l’audience de ce  lundi. Donc, c’est à leur absence que le tribunal a rendu sa décision.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin