Guinée : des fondateurs de l’Armée dans les fosses communes

Dans un communiqué publié ce lundi, 1er novembre 2021, l’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) a salué l’hommage rendu au colonel Kaman Diaby, tout en sollicitant que cela soit étendu à 44 autres illustres militaires qui avaient également été exécutés et ensevelis nuitamment dans des fosses communes. Cette association qui se bat pour la mémoire des victimes du dictateur Sékou Touré réclame une protection des charniers et fosses communes où les corps de leurs parents ont été ensevelis : Camp Boiro, Nongo, Kakoulima, Sangoyah, Kindia, Dubréka, Kankan, Nzérékoré…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué de l’AVCB :

 Des fondateurs de l’armée guinéenne dans les fosses communes

Monsieur le Président de la République, chef des armées, 

L’Association des Victimes du Camp Boiro « AVCB », créée en 1985, et regroupant les guinéens de tous horizons politiques, et de toutes ethnies, salue ce 63ème anniversaire de l’Armée guinéenne en ce 1er novembre 2021.

 

Nous souhaitons reprendre vos propos disant : « les pères fondateurs de la République de Guinée ont créé l’Armée, l’ont créée dans le but de défendre l’intégrité du territoire et protéger la jeune république proclamée le 02 octobre 1958. Elle a participé à la lutte de libération dans plusieurs pays du continent, notamment l’Angola, la Guinée Bissau, le Congo, et le Mozambique, fidèle à sa vocation panafricaniste. Elle a enfin contribué au retour à la paix au Libéria et en Sierra Leone ».

 

« On se rappelle avec gratitude que d’illustres patriotes… avaient renoncé dignement à tous les privilèges de l’armée coloniale pour se mettre au service de la jeune république ».

 

Monsieur le Président de la République, honorables membres du CNRD, nous vous félicitons d’avoir rendu hommage le vendredi 15 octobre 2021 à l’ex chef d’état-major adjoint de l’armée guinéenne en 1969, le colonel Kaman Diaby. Ce dernier fut arrêté le 26 mars 1969 et rayé de l’armée à compter du 1er mai 1969 en même temps que 23 autres militaires, par décret signé du président Sékou Touré le 7 juin 1969, ci-joint.

 

L’AVCB souhaite qu’en cette fête de l’armée, le Président de la Transition et le CNRD en profitent pour étendre cet hommage à 44 autres illustres militaires, dont la liste suit, qui ont été arrêtés et la plupart exécutés et ensevelis nuitamment dans des fosses communes.

L’AVCB se bat depuis 1985 pour que l’État s’engage officiellement à protéger ces charniers, et à identifier et cartographier avec l’aide de nos partenaires (Coopération française et l’ONG les Sites de Conscience), quelques fosses communes (Camp Boiro, Nongo, Kakoulima, Sangoyah, Kindia, Dubréka, Kankan, Nzérékoré…) où des milliers de nos parents furent jetés. Nous souhaitons en outre que l’État saisisse les Nations-Unies afin d’aider la Guinée à ce que des sépultures sécurisées et dignes soient réalisées et que des milliers de familles commencent leur deuil, 37 ans après la mort du dictateur.

Nous encourageons le Président de la République et le CNRD à permettre à toutes les autres victimes d’avoir la même reconnaissance de la Nation.

Liste des victimes

 Le Secrétariat Exécutif de l’AVCB

Abdoulaye CONTE

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS